Portfolio / Femmes en affaires

Tout a débuté avec une machine à coudre

L'aventure a commencé il y a cinq ans lorsque Josée Villemure s’est fait offrir en cadeau par sa sœur Annye, « une petite machine à coudre de base ». Et c’est ainsi, de fil en aiguille, que la jeune femme, qui venait de donner naissance à son premier enfant, s’est lancée dans la confection de vêtements pour bébés et mamans.

« À l’âge de 26 ans, je venais de trouver ma voie ! », se souvient la présidente et fondatrice de l’entreprise au nom évocateur : « Fait par une maman », à Shawinigan.

Un an plus tard, l’entrepreneure de père en fille – « j’ai beaucoup appris au contact de mon père qui fait carrière dans le monde des affaires » – remporte un premier prix, dans la catégorie « nouvelle entreprise », lors du gala Distinction organisé par Desjardins.

La roue se met à tourner très vite. Le mot se passe. On apprécie la qualité de conception des vêtements fabriqués de façon artisanale. Graduellement, une dizaine de couturières de la Mauricie – et cinq sous-traitantes – seront embauchées pour répondre à la demande des clientes qui viennent de tous les coins du Québec pour se procurer les vêtements « évolutifs », à la boutique de la 5e rue de la Pointe, au centre-ville de Shawinigan.

« On dit évolutifs, dans le cas des pantalons pour bébés, parce qu’ils peuvent être déroulés au fur et à mesure que l’enfant grandit, ce qui permet d’allonger la durée de vie du vêtement. »

Ventes en ligne

Parallèlement, la présidente de l’entreprise multiplie ses efforts pour vendre en ligne les créations « faites à la main », en utilisant la plateforme Etsy Québec. Une stratégie web qui lui permet d’augmenter son carnet de commandes, année après année.

« On a fait le bon choix en misant sur les ventes en ligne, se félicite-t-elle. Cela est d’autant plus vrai depuis le début de la pandémie. À vrai dire, nous avons réussi à maintenir notre niveau d’activités même si notre boutique a dû fermer ses portes [de la mi-mars à la fin septembre] pour respecter les consignes gouvernementales. »

Une affaire de famille

Josée Villemure l’admet d’emblée : elle est incapable de « rester sans rien faire ». Cela fait en sorte qu’elle carbure constamment aux projets.

« J’ai la chance d’être bien entourée, convient-elle. J’ai ma sœur Annye [30 ans] qui s’occupe de l’atelier de fabrication, et depuis peu, je peux compter sur l’aide de ma mère, Johanne Vachon ; mon père, Claude, est en quelque sorte mon mentor sur les questions de finance et de comptabilité. »

« Quand j’étais étudiante, je ne savais pas trop ce que j’allais faire dans la vie. J’avais un tempérament plutôt artiste. Mais depuis que j’ai mon entreprise de couture, ma vie a changé du tout au tout ! »

— Josée Villemure, présidente et fondatrice de Fait par une maman

L’achat local

Il va sans dire que cette entrepreneure autodidacte croit au potentiel de l’achat local permettant de renforcer la structure économique des économies régionales.

Elle se dit néanmoins consciente de l’importance de livrer de la qualité pour fidéliser une clientèle « qui est prête à payer un peu plus cher pour des vêtements qui vont durer plus longtemps, à comparer avec un vêtement importé de Chine ».

« On essaie de nouvelles choses, on crée de nouveaux designs, on continue d’innover, souligne-t-elle. On est dans la bonne direction et on le voit à la réaction de nos clientes ! »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.