Fusillade à Monterey Park, en Californie

Un suspect septuagénaire, un fait rare

Le tireur de la fusillade de samedi soir à Monterey Park, en Californie, a été identifié par les autorités locales comme étant un homme de 72 ans, ce qui en fait une rareté dans la liste de plus en plus longue des auteurs de tueries de masse du pays, qui ont tendance à être beaucoup plus jeunes.

L’âge médian des tireurs dans les fusillades de masse aux États-Unis au cours des six dernières décennies est de 32 ans, selon le Violence Project, un centre de recherche à but non lucratif financé par l’Institut national de la justice. En 2020, il n’y a eu qu’un seul autre auteur de tuerie de masse âgé de plus de 70 ans.

Les tireurs de masse ont tendance à « cibler des lieux représentatifs de leurs griefs », a déclaré James Densley, cofondateur du Violence Project et professeur à la School of Law Enforcement and Criminal Justice de la Metro State University, au Minnesota.

Il ajoute que les tireurs de masse dans un cadre scolaire sont souvent des élèves. Les fusillades de l’école primaire Robb à Uvalde, au Texas, l’année dernière, et de l’école primaire Sandy Hook à Newtown, dans le Connecticut, en 2012, ont été perpétrées par d’anciens élèves de ces écoles.

Monterey Park est une communauté majoritairement asiatique et américano-asiatique. Plusieurs des victimes de la fusillade de samedi étaient âgées de 50 à 60 ans.

Alors que l’âge moyen d’un tireur de masse se situe au début de la trentaine, il y a des personnes qui commettent des fusillades alors qu’elles ont entre 20 et 40 ans, ce qui reflète la façon dont ces attaquants peuvent se trouver dans des « périodes de transition » dans lesquelles « vous avez l’impression de ne pas être à votre place, et la violence suit », a déclaré M. Densley. Il a qualifié le tireur de Monterey Park d’« aberrant » en ce qui concerne l’âge.

« L’idée rigide et hégémonique de la masculinité toxique »

L’écrasante majorité des tireurs de masse mentionnés dans le rapport du Violence Project étaient des hommes. Cela reflète probablement la pression sociale exercée sur les hommes pour qu’ils « soient plus forts, plus coriaces et qu’ils aient le dernier mot, ce dernier mot étant parfois la violence », a affirmé Vickie Jensen, professeure au département de criminologie et d’études judiciaires de la California State University de Northridge.

Les réseaux sociaux ont été cités comme un facteur dans les récentes fusillades de jeunes hommes, notamment les attaques d’Uvalde et de Buffalo, dans l’État de New York, reflétant « un problème qui se croise avec la diffusion et le renforcement de l’idée rigide et hégémonique de la masculinité toxique », a souligné Mme Jensen. Ce problème ne se posait pas il y a plusieurs décennies.

Il y a eu quelques fusillades de masse aux États-Unis dans lesquelles le tireur avait plus de 60 ans.

Dans l’une des plus importantes, la fusillade de 2017 à Las Vegas qui a fait 58 morts, le tireur, Stephen Paddock, avait 64 ans. Paddock était un ancien postier et contrôleur fiscal, et sa santé mentale et physique s’était détériorée dans les mois précédant la fusillade.

Une 11e victime de la fusillade dans une salle de bal populaire du sud de la Californie est décédée à l’hôpital lundi, alors que les enquêteurs continuent de chercher le mobile du tireur.

Le massacre dans une salle de bal populaire d’une banlieue sino-américaine prospère a été suivi d’une attaque déjouée dans une autre salle de danse voisine et d’une journée de recherches dans la région de Los Angeles, dimanche. Le tireur présumé est mort d’une blessure par balle qu’il s’est lui-même infligée.

Présents à l’émeute du 6 janvier 2021

Trois Marines arrêtés et inculpés

Présents à l’émeute du 6 janvier 2021

Trois membres en service du corps des Marines des États-Unis ont été arrêtés par le FBI il y a quelques jours en raison de leur participation aux émeutes du 6 janvier 2021 au Capitole. Les trois hommes, le caporal Micah Coomer et les sergents Joshua Abate et Dodge Dale, ont été arrêtés sur des accusations de délit, entrée illégale et conduite répréhensible après avoir été identifiés sur des images vidéo d’archives. Selon le média Marine Corps Times, les trois accusés sont demeurés environ 52 minutes à l’intérieur du Capitole. Ils ont entre autres coiffé une statue d’une casquette MAGA, le slogan de Donald Trump, et pris des photos. Selon une recension de l’Université George Washington, 943 personnes, dont 121 avec un passé militaire ou toujours dans les rangs de l’armée américaine, ont été accusées à ce jour relativement à l’émeute du 6 janvier 2021. Mais seulement une poignée seraient des militaires en service.

— André Duchesne, La Presse, d’après Marine Corps Times et NBC News

DeSantis défend l’interdiction d’un cours sur l’histoire afro-américaine

Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, pressenti pour être candidat à la présidentielle de 2024, a défendu lundi son interdiction d’enseigner un cours sur l’histoire afro-américaine dans son État, une décision très critiquée par les associations de droits civiques. « Nous voulons de l’éducation, pas de l’endoctrinement », a déclaré le républicain, connu pour être l’une des voix les plus retentissantes sur les « guerres culturelles » qui divisent les États-Unis, lors d’une conférence de presse. L’enseignement de certains pans de l’histoire afro-américaine est obligatoire en Floride. Mais l’État a interdit ce mois-ci un cours destiné à des élèves qui abordait cette thématique plus en profondeur. Les auteurs de ce programme « essayent d’imposer une idéologie à nos enfants », a accusé le gouverneur de 44 ans, étoile montante de la droite dure américaine. « Les attaques menées par le gouverneur DeSantis contre la liberté d’expression constituent une menace grave pour notre démocratie », a alerté la puissante association de droits civiques ACLU.

— Agence France-Presse

Intempéries dans le Sud

4,5 millions d’habitants menacés

Des intempéries potentiellement violentes menacent plus de 4,5 millions d’habitants du sud des États-Unis. Un front froid qui balaiera les États de la côte du golfe du Mexique, de la Louisiane jusqu’à la Floride, multipliera le risque de tornades et d’orages violents. Le Mississippi, la Louisiane, l’Alabama et une portion de la région floridienne de la Panhandle seront particulièrement menacés mardi et mercredi, a précisé le Service national de météorologie des États-Unis. Les villes de La Nouvelle-Orléans, Baton Rouge, Gulfport et Mobile pourraient être frappées durement, a-t-on précisé. — Associated Press

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.