Manifestation contre un projet pétrolier à Odanak

Le sort du projet de construction d’installations pétrolières de la société mohawk Original Traders Energy (OTE) est en suspens à Odanak, dans le Centre-du-Québec, alors que viennent d’être déclenchées des élections au conseil de la communauté abénakise, samedi.

Plus tôt dans la même journée, des résidants d’Odanak ont manifesté pour exprimer leur opposition au projet. Ils craignent des dommages environnementaux.

La société OTE veut mettre sur pied un centre de mélange de produits chimiques et pétroliers sur le territoire d’Odanak, selon le Conseil d’Odanak. L’essence ainsi obtenue serait ensuite distribuée à plusieurs communautés autochtones au Québec.

Selon les informations obtenues par le Conseil auprès d’OTE, près de 300 millions de litres d’essence transiteraient annuellement par Odanak.

Le centre de mélange de produits chimiques serait implanté à proximité de l’Institution Kiuna, centre d’études collégiales à Odanak, selon le Conseil. Le choix de ce lieu préoccupe la communauté.

« On reste vigilants »

Jacques T. Watso, conseiller sortant d’Odanak, fait partie du regroupement citoyen Coalition Odanak, qui s’oppose à l’instauration du projet d’OTE. L’homme a organisé la manifestation de samedi. « On a depuis toujours été les protecteurs de notre propre territoire, des ses ressources, de la faune, de la flore. Alors, [le projet] va totalement à l’encontre de nos valeurs traditionnelles », a-t-il affirmé en entrevue avec La Presse.

Les participants à la manifestation souhaitaient inciter les candidats aux élections à prendre position sur le projet pétrolier. Les postes de chef du Conseil et de quatre conseillers sont à pourvoir. M. T. Watso se représente au poste de conseiller, et trois candidats briguent le poste de chef du Conseil. Parmi ceux-ci, deux sont contre le projet d’OTE, explique Jacques T. Watso.

En entrevue avec La Presse, le chef actuel du Conseil, Richard O’Bomsawin, a affirmé que le projet était « en suspens », car le Conseil était divisé sur la question. L’homme qui se représente comme chef n’a pas voulu se prononcer sur le projet.

Selon Jacques T. Watso, le projet d’OTE n’est pas entièrement écarté. « On reste vigilants à la Coalition Odanak, parce que rien n’a été décidé encore. Il n’y a rien par écrit », souligne-t-il.

Sur huit candidats qui font campagne pour accéder à la fonction de conseiller, deux ont exprimé leur opposition à la construction d’installations pétrolières. Les autres ne se sont pas prononcés.

Des retombées potentielles de 750 000 $

Peu d’informations ont circulé sur le projet de la pétrolière, qui pourrait voir le jour dans la collectivité de 5,7 km2, où résident près de 300 âmes. Le Conseil des Abénakis d’Odanak a toutefois obtenu quelques détails sur les plans d’OTE.

D’après M. T. Watso, le pétrole proviendrait de Chicago. Il transiterait par les ports de Montréal et de Québec. Ensuite, il serait transporté par camion-citerne à Odanak, en empruntant la route 132, et se rendrait au centre de mélange de produits.

OTE promet que 18 emplois seront créés et que des retombées de 750  000 $ par an pourraient être versées à la communauté, si le projet se concrétise, a indiqué le Conseil d’Odanak.

Bilan de la COVID-19 au Québec

602 nouveaux cas et 2 morts

La quatrième vague de coronavirus continue de faiblir. Québec a rapporté 602 nouveaux cas de COVID-19 samedi, soit 41 de moins que la veille. La Santé publique recense aussi deux morts de plus liées au virus.

Les nouveaux cas rapportés samedi portent à 530 la moyenne de nouveaux cas quotidiens calculée sur sept jours.

La pression sur le réseau de la santé a légèrement diminué. Les hôpitaux accueillent cinq patients de moins.

Au total, 297 personnes sont hospitalisées dans la province en raison du coronavirus. De ce nombre, 84 sont aux soins intensifs. La majorité des hospitalisations impliquent des personnes qui n’ont pas reçu de vaccin contre la COVID-19 ou qui ont reçu leur première injection depuis moins de 14 jours.

En date du 9 octobre, 89 % des Québécois de 12 ans et plus avaient reçu une dose de vaccin contre la COVID-19. De ce nombre, 85 % étaient doublement vaccinés.

La majorité des cas de COVID-19 sont reliés au variant Delta. Du 19 au 25 septembre, 94,9 % des infections criblées et confirmées par séquençage étaient associées au variant Delta.

Le nombre d’éclosions actives a chuté, passant de 531 à 496.

Un total de 31 681 analyses ont été réalisées le 7 octobre. Le taux de positivité est demeuré à 1,9.

Les autorités ont aussi indiqué que 13 748 doses de vaccin, dont 9345 deuxièmes doses, avaient été administrées en 24 heures, pour un total de plus de 13,1 millions.

— Avec La Presse Canadienne

Une cycliste heurtée mortellement en Montérégie

Une cycliste dans la soixantaine a perdu la vie sur une route de la Montérégie samedi. La collision mortelle a eu lieu à Roxton, sur le chemin de Granby (route 139), près de l’intersection du chemin de la Grotte. La dame aurait roulé dans un nid-de-poule et chuté avant d’être percutée par une camionnette. Son décès a été constaté sur place par les services d’urgence. La victime portait un casque et son identité n’a pas été dévoilée par égard pour la famille. Un enquêteur en crime de collision s’est déplacé sur les lieux afin d’éclaircir les circonstances de l’évènement, a indiqué la Sûreté du Québec.

— Lila Dussault, La Presse

COVID-19

Le festival Black & Blue privé de son rave

Le festival Black & Blue, qui célèbre son 30e anniversaire, a dû faire une croix sur son évènement phare au bénéfice d’organismes LGBTQ+. Le rave, qui attire des milliers de danseurs chaque année à Montréal, fera plutôt place à un gala-spectacle ce dimanche à l’Olympia. Les mesures de santé publique empêchent la tenue de soirées dansantes. Les organisateurs avaient proposé une formule de style cabaret avec DJs. Ils suggéraient que les participants, adéquatement vaccinés, puissent danser debout avec leur masque, près de la table à laquelle ils auraient été assignés. Mais leur proposition a été refusée par la Santé publique. « Leurs conditions dénaturaient vraiment trop les partys dansants », explique le président de la Fondation BBCM, Robert J. Vézina, responsable du festival. Bien qu’il comprenne que les autorités sanitaires souhaitent éviter certains comportements entraînant la propagation de la COVID-19, M. Vézina se désole de la décision.

— La Presse Canadienne

Justin Trudeau rencontre des réfugiés afghans

Le premier ministre Justin Trudeau a amorcé le week-end de l’Action de grâce en rencontrant une famille de réfugiés afghans récemment arrivée au pays. « Merci, merci de nous avoir accueillis ici et merci pour tout ce que vous avez fait », a dit Obaidullah Rahimi à M. Trudeau, se disant heureux d’être au pays. M. Rahimi, qui travaillait à l’ambassade du Canada à Kaboul depuis 2008, est arrivé au Canada avec sa femme, sa fille de 3 ans et un bébé âgé d’un mois et demi. « Nous sommes heureux de vous amener ici pour la prochaine étape de votre vie », a déclaré le premier ministre, qui a rencontré la famille à Ottawa dans une maison où des bénévoles ont préparé des paniers-cadeaux pour les réfugiés afghans. Le Canada a accueilli plus de 1000 réfugiés afghans et s’est engagé à en recevoir 40 000, à la suite de la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans l’été dernier.

— La Presse Canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.