Opinion : Commission d'enquête sur le suicide

L’art de passer la puck

Après sept mois d’un long silence, j’ai reçu la semaine dernière un courriel de MAndrée Kronström : « J’aimerais vous parler jeudi 3 juin en soirée. » Pour celles et ceux qui l’ignorent, Andrée Kronström est la coroner qui a été mandatée pour faire l’étude d’une série de six décès dans le cadre d’une enquête élargie du Bureau du coroner sur la thématique du suicide.

Cette enquête, annoncée timidement par communiqué de presse en septembre 2019, c’est l’os que le gouvernement Legault a donné à ronger aux endeuillés du suicide, beaucoup trop emmerdants à son goût. Il faut savoir que le mouvement des endeuillés du suicide milite depuis des années en exhortant le gouvernement du Québec à tenir une commission d’enquête sur la question du suicide et à offrir de véritables soins aux personnes qui souffrent de maladie mentale. Au fil des ans, des dizaines et des dizaines de familles endeuillées ont dénoncé dans les médias les histoires d’horreur qu’ont endurées leurs êtres chers avant de mettre définitivement fin à leurs souffrances. Ces suicides médiatisés ne sont malheureusement que la pointe de l’iceberg.

En janvier 2019, certains endeuillés ont rencontré Danielle McCann, alors ministre de la Santé et des Services sociaux. De l’empathie certes, mais peu d’actions concrètes. En septembre 2019, le juge à la retraite Michael Sheehan et l’experte en prévention du suicide Lorraine Deschênes ont fait front commun en lançant le Collectif pour une stratégie nationale en prévention du suicide.

Malgré la pression exercée sur le gouvernement, on n’a jamais réentendu parler de la stratégie nationale de la CAQ pour réduire le nombre de suicides au Québec.

En janvier 2020, le mouvement des endeuillés du suicide est revenu à la charge en écrivant au premier ministre François Legault qui… a repassé la puck à Mme McCann. C’est digne des 12 travaux d’Astérix !

Insensibles, nos politiciens ? Ben voyons donc ! Rappelez-vous la centaine d’élus qui se sont levés d’un bond au Salon bleu de l’Assemblée nationale le 6 février 2020 pour applaudir chaleureusement Saul Polo, député de Laval-des-Rapides, qui venait de rendre un témoignage poignant sur le suicide de son père, terminant son allocution de deux minutes par « Papa, je t’aime ».

Le capitaine quitte le navire

Donc, l’appel de MKronström à minuit moins une… C’était finalement pour me dire qu’elle aussi passait la puck à quelqu’un d’autre et plongeait en politique. Un vaudeville ? Non. Dès le lendemain matin, soit le 4 juin dernier, le maire de Lévis Gilles Lehouillier a annoncé en grande pompe la candidature de Mme Kronström aux prochaines élections municipales.

Ciao bye ! C’est ainsi que la capitaine a quitté le navire. Je sais que si un capitaine évacue son navire en temps de guerre, cela peut être considéré comme un crime aussi grave que la désertion, la mutinerie ou la sédition. Mais bon, on ne parle ici que de la guerre au suicide, après tout…

Le mandat confié à la coroner Kronström était-il important ? Oui. Aussi important que celui de la commission Laurent ? Certainement. Aurait-on imaginé voir partir Mme Régine Laurent avant d’avoir honoré son mandat ? Certainement pas !

Ces six enquêtes publiques sur la thématique du suicide, c’est tout ce qu’on a pour le moment afin de faire bouger les choses. Espérons que pour la suite, la coroner en chef MPascale Descary nommera dans les jours qui viennent un coroner pour reprendre rapidement cette importante enquête publique et la mener à terme. Espérons qu’il n’y aura pas de délai et que le rapport, une fois publié, ne restera pas lettre morte…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.