Festival International de Jazz de Montréal : c’est reparti !

Dès aujourd’hui, une trentaine d’artistes renommés feront vibrer le Quartier des spectacles lors de la 41e édition du Festival International de Jazz de Montréal. « On a une programmation vraiment l’fun », se réjouit Laurent Saulnier, vice-président à la programmation. Pour la première fois, il sera possible de suivre les spectacles en direct en webdiffusion partout sur la planète !

« C’est une année particulière, mais c’est un vrai festival, fidèle à sa mission. Il y aura beaucoup de jazz, toutes sortes de musique et de musiciens influencés par le jazz, des légendes, des habitués du Festival et de la nouveauté. Nous sommes ravis et excités.  »

— Laurent Saulnier, vice-président à la programmation

Un rendez-vous pour les amoureux du jazz

Après une édition spéciale virtuelle l’an dernier, le plus grand festival de jazz de la planète réinvestira le cœur du Quartier des spectacles, tout en permettant pour la première fois aux passionnés de jazz de suivre les prestations en temps réel sur la chaîne YouTube du Festival. Les festivaliers seront à même de vivre une « vraie » expérience, se réjouit Laurent Saulnier : « Nous proposons une programmation 100 % canadienne, COVID oblige, et tout est gratuit ! »

En direct sur vos écrans

Du 15 au 19 septembre, des prestations inédites s’enchaîneront sur la scène TD de la place des Festivals et sur la scène Rio Tinto du Parterre symphonique, toutes rediffusées en simultané sur le web. Les mélomanes sont invités à parcourir la programmation afin d’y noter les spectacles auxquels ils souhaitent assister virtuellement. Les concerts intégraux seront diffusés en temps réel, sans possibilité de reprise, rappelle Laurent Saulnier. Il suggère de les écouter sur un grand écran, afin d’en saisir pleinement l’émotion. « Versez-vous un verre de vin, assoyez-vous et prenez le temps d’en profiter ! Ce sont de vrais shows, avec du vrai son, de l’éclairage, du vrai public, avec toute la magie et l’énergie que cela suppose. »

Les spectateurs en ligne auront un avantage appréciable : la possibilité d’enchaîner jusqu’à 5 ou 7 spectacles par jour, sans quitter le confort de leur canapé. « Après avoir découvert les artistes, on espère que les gens à la maison seront séduits et achèteront leur billet pour un prochain spectacle », commente le vice-président.

Des primeurs à ne pas manquer

Laurent Saulnier est très fier de sa brochette d’artistes. « On a de grands noms, Daniel Lanois, BEYRIES, Elisapie, Yannick Rieu qui arrive avec un nouveau projet, ainsi que plein d’artistes à découvrir et à redécouvrir, ce qui fait partie de la mission du festival. Ghostly Kisses, Patrick Watson, Charlotte Day Wilson et Shay Lia – deux chanteuses hyper talentueuses à surveiller – ainsi que le projet Flore Laurentienne, dans une veine néoclassique extraordinaire.

On est très contents de souligner les 25 ans du François Bourassa Quartet et d’accueillir Michel Cusson, anciennement d’Uzeb, avec son album Omertà. Pour les amateurs de blues, il ne faut pas manquer le spectacle de Steve Hill & the Devil Horns, qui réunit l’homme-orchestre et une belle section de cuivres, et le spectacle du tromboniste montréalais Modibo Keita, qui réinterprétera pour nous l’album iconique What’s Going On de Marvin Gaye, dont c’est le 50e anniversaire. »

Conformément aux consignes sanitaires en vigueur, les festivaliers doivent réserver leurs billets gratuits en ligne. Laurent Saulnier les exhorte à être présents : « Si vous avez pu avoir des billets, de grâce, soyez là ! »

Un contenu numérique à découvrir

En fin de soirée, après les prestations en direct, le Festival diffusera des contenus originaux sur sa chaîne YouTube.

La série Cartes postales de Montréal, présentée par le Groupe Banque TD, mettra en scène différents artistes dans les endroits les plus mythiques de Montréal. Pour ses capsules Molécules musicales, le sommelier François Chartier s’intéresse au lien qui unit la vibration moléculaire de certains vins à des hauteurs de notes précises ou à des genres musicaux. Enfin, L’Accès Blues signé Rogers propose une rencontre intimiste et exclusive en coulisses avec l’harmoniciste Guy Bélanger et un aperçu des répétitions du Blues Summit, qui rassemble les meilleurs bluesmen et blueswomen en ville.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.