Actualités économiques

Dette, ventes au détail, inflation et aviation

Quelques nouvelles économiques du jour

La dette du Québec, sous-estimée de 12 milliards

La dette du Québec est sous-estimée de 12 milliards, selon la vérificatrice générale. En commission parlementaire vendredi, Guylaine Leclerc a expliqué qu’elle allait déposer un rapport en mars pour faire état de cette situation. Elle estime qu’elle doit expliquer clairement à la population pourquoi et comment la dette actuelle du Québec est sous-évaluée. « C’est plus qu’un débat de comptables, a-t-elle plaidé, en réponse à une question du député péquiste Sylvain Gaudreault. C’est comme si on disait en recevant notre relevé de carte de crédit : ma dette n’est que le montant minimal à payer, par rapport au montant total du relevé. » Selon le ministère des Finances, au 31 mars 2021, la dette brute s’établira à 220,8 milliards, soit 50,5 % du PIB. L’opposition a questionné la vérificatrice générale concernant les nombreux contrats accordés sans appel d’offres par le gouvernement Legault depuis le début de la crise sanitaire.

Selon les calculs de Québecor, ils s’élèveraient à une valeur totale de 3,8 milliards. « Cela fait partie de notre banque de projets » potentiels d’examens comptables, a-t-elle laissé entendre, sans confirmer que son équipe allait les scruter.

— La Presse Canadienne

Les ventes au détail à un creux de neuf mois en décembre

Les ventes des détaillants canadiens ont enregistré en décembre leur plus forte baisse depuis leur creux d’avril, ce qui était attribuable aux mesures mises en place par certaines provinces en réaction à une augmentation des cas de COVID-19, a indiqué vendredi Statistique Canada. Les ventes au détail ont reculé de 3,4 % pour s’établir à 53,4 milliards en décembre, des baisses ayant été observées dans neuf des onze sous-secteurs étudiés par l’agence fédérale. L’estimation préliminaire de Statistique Canada pour janvier suggère que les ventes au détail ont chuté de 3,3 % le mois dernier, mais ces chiffres feront l’objet d’une révision d’ici à leur publication officielle. « Ces baisses sont survenues alors que des restrictions supplémentaires en matière de santé publique étaient nécessaires dans de nombreuses régions du pays, pendant le pire de la deuxième vague du virus au Canada », a écrit l’économiste Royce Mendes, de la Banque CIBC, dans un rapport. Les économistes attendaient en moyenne un recul de 2,5 % des ventes au détail en décembre.

— La Presse Canadienne

L’inflation pointe le bout de son nez aux États-Unis

Hausse galopante du prix des voitures et autres produits du quotidien : l’inflation pourrait faire un retour par la grande porte aux États-Unis avec le plan de relance de Joe Biden, ce qui inquiète les marchés, mais ces craintes sont balayées par le gouvernement et le Fonds monétaire international (FMI). Quasi absente du paysage depuis des années, l’inflation pourrait venir réduire le pouvoir d’achat des consommateurs américains. En cause, les 1900 milliards de dollars américains que Joe Biden veut injecter dans l’économie. L’économiste en chef du FMI, Gita Gopinath, a balayé vendredi ces craintes. Elle estime que même avec une enveloppe d’aides aussi élevée, il est « peu probable » que l’inflation s’établisse de façon durable au-dessus de l’objectif de 2 % annuels que vise la Réserve fédérale américaine (Fed). Autrement dit, les Américains paieront un peu plus cher certains produits, mais de façon temporaire.

— Agence France-Presse

Aviation : Chorus n’a plus d’acheteur potentiel

La proposition d’acquisition reçue par Chorus Aviation l’automne dernier, de la part d’un acheteur potentiel non identifié, n’est plus au menu, mais les discussions se poursuivent au sujet d’un possible investissement. La société d’aviation commerciale avait indiqué en octobre avoir reçu une proposition d’acquisition préliminaire, non contraignante, qui était assujettie à un certain nombre de conditions significatives. Cette évolution de la situation a été signalée alors que Chorus dévoilait vendredi un bénéfice de 9,2 millions pour son quatrième trimestre, en baisse par rapport à celui de 36,6 millions de la même période un an plus tôt, alors que les restrictions entourant les voyages pendant la pandémie ont nui à la demande. Le bénéfice par action a atteint 6 cents pour le trimestre clos le 30 décembre, par rapport à celui de 23 cents du quatrième trimestre précédent. Les revenus d’exploitation ont totalisé 218,2 millions, par rapport à ceux de 338,6 millions de la même période en 2019. Sur une base ajustée, le bénéfice par action s’est chiffré à 5 cents pour le plus récent trimestre, alors qu’il avait été de 15 cents un an plus tôt.

— La Presse Canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.