Le Port a toujours Contrecœur dans sa ligne de mire

La crise actuelle ne devrait pas ralentir le projet d’expansion du Port de Montréal à Contrecœur. Celui-ci pourrait même voir de premiers développements concrets avant la fin de l’année.

C’est ce qu’a fait savoir la présidente-directrice générale du Port de Montréal, Sylvie Vachon, mardi après-midi, dans le cadre d’une conférence en ligne organisée par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Le projet de terminal de conteneurs à Contrecœur « est absolument nécessaire pour nous », a fait savoir Mme Vachon.

La pandémie, la période de confinement et la crise économique qui en découle ont fait chuter les volumes de marchandises transitant par le port d’environ 12 % jusqu’à présent, a-t-elle révélé.

« Depuis le début avril, on commence vraiment à voir une baisse. […] On voit moins d’exportations qui arrivent par train pour repartir par bateau, et les importations aussi commencent à diminuer. »

Rappelant que le Port s’est porté acquéreur des terrains sur lesquels doit être construit le terminal de Contrecœur il y a une trentaine d’années et que son organisme travaille avec de « longs cycles », et s’appuyant sur des études économiques commandées à des firmes externes, Mme Vachon estime que le besoin de construire un nouveau terminal à Contrecœur est toujours présent.

« Le besoin pour Contrecœur ne disparaît pas parce qu’il y a cette période difficile au travers de laquelle on doit passer. »

Le projet attend toujours l’approbation des autorités environnementales fédérales. Mme Vachon a bon espoir que celle-ci sera accordée bientôt et que des travaux d’aménagement du site, notamment pour le relier à la route 132, pourront débuter avant la fin de 2020.

Croisières : à l’an prochain

Dans le domaine des croisières, une activité relativement mineure pour le Port, la chute risque d’être beaucoup plus importante que 12 %.

« De 60 % à 65 % des compagnies ont annulé et ça, c’est si les autres les font vraiment, a indiqué Mme Vachon. Notre saison est surtout en automne, mais elle commence quand même en mai. J’ai peu d’espoir qu’il y aura vraiment des croisières cette année. »

« Pour la prochaine saison, on a des discussions très positives, a-t-elle néanmoins laissé savoir. Les gens devraient être au rendez-vous en 2021. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.