Voyages de moins de 72 heures

La fin des tests PCR pour les Canadiens vaccinés dans dix jours

Ottawa — C’est à compter du 30 novembre que les Canadiens entièrement vaccinés n’auront plus à fournir un test PCR pour revenir au pays dans le cas des voyages de moins de 72 heures.

Les voyageurs canadiens qui effectuent un plus long voyage à l’étranger devront quant à eux continuer à présenter un test PCR négatif à la COVID-19 aux douaniers canadiens.

Également à compter du 30 novembre, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il élargirait la liste des vaccins contre la COVID-19 que les voyageurs peuvent recevoir pour être considérés comme entièrement vaccinés aux fins de voyage au Canada. Ainsi, la liste comprendra les vaccins de Sinopharm, de Sinovac et le vaccin Covaxin, en plus des vaccins qui ont été autorisés par Santé Canada. La nouvelle liste correspond donc à celle utilisée par l’Organisation mondiale de la santé.

Tels sont les principaux changements annoncés par le gouvernement fédéral relativement aux exigences applicables pour entrer au Canada. Pour le moment, l’exemption de présenter un test PCR ne s’applique pas aux voyageurs étrangers. Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, a toutefois indiqué que les autorités canadiennes n’écartaient pas l’idée d’accorder l’exemption aux voyageurs américains qui souhaitent effectuer un court voyage au Canada au cours des prochaines semaines.

Tous les voyageurs, peu importe la durée de leur séjour à l’extérieur du Canada, sont encore tenus de soumettre les renseignements obligatoires dans ArriveCAN, y compris une preuve de vaccination et un plan de quarantaine, avant leur arrivée au Canada.

« L’exemption ne s’applique qu’aux voyages en provenance du Canada faits par des citoyens canadiens, des résidents permanents ou des personnes inscrites en vertu de la Loi sur les Indiens qui sont entièrement vaccinés et qui quittent le pays et y reviennent, par voie aérienne ou terrestre, en moins de 72 heures, et qui peuvent le démontrer », peut-on lire dans un document d’information du gouvernement fédéral.

D’autres changements en janvier

Parallèlement, le gouvernement fédéral annonce qu’à compter du 15 janvier 2022, certains groupes de voyageurs actuellement exempts de certaines exigences relatives à l’entrée au Canada ne seront admis au pays que s’ils sont entièrement vaccinés.

Ces groupes de voyageurs sont les personnes voyageant pour retrouver leur famille (les personnes non vaccinées de 18 ans ou moins sont toujours exemptées si elles voyagent pour retrouver un membre de leur famille immédiate ou élargie qui est entièrement vacciné ou un citoyen canadien, un résident permanent ou une personne inscrite en vertu de la Loi sur les Indiens).

Les étudiants étrangers de 18 ans et plus devront aussi être entièrement vaccinés, tout comme les athlètes professionnels et amateurs, les personnes qui ont un permis de travail valide, y compris les travailleurs étrangers temporaires (autres que ceux des secteurs agricole et agroalimentaire) ainsi que les fournisseurs de services essentiels, y compris les camionneurs.

Depuis des mois, toute personne entrant au Canada doit présenter un test moléculaire (PCR) récent qui montre un résultat négatif à la COVID-19. Ce test est très onéreux : de 150 $ à 300 $ par test, ce qui a pour effet de gonfler la facture pour les familles qui souhaitent se rendre aux États-Unis. Les tests de détection rapide des antigènes, qui sont moins chers, ne sont pas acceptés.

Le gouvernement fédéral maintient par ailleurs les exigences dans le cas des enfants de moins de 12 ans qui ne sont pas encore vaccinés et qui reviennent au pays après un court voyage familial. Ces derniers devront donc continuer de se mettre essentiellement en quarantaine à leur retour au pays. Ils ne peuvent aller à l’école, au camp de jour ou à la garderie pendant 14 jours après leur arrivée, à titre d’exemple.

« La santé et la sécurité demeureront toujours au premier plan de toute décision prise par notre gouvernement pour lutter contre la COVID-19. Les changements qui seront apportés aux exigences en matière de test de dépistage et aux mesures frontalières représentent la prochaine étape de l’approche de notre gouvernement, alors que les taux de vaccination, tant au Canada qu’ailleurs dans le monde, s’améliorent », a affirmé le ministre Duclos.

« La situation à nos frontières est toujours surveillée de près ; des représentants et des experts continuent d’évaluer les mesures en place et de recommander les modifications nécessaires, au besoin. »

— Jean-Yves Duclos, ministre de la Santé du Canada

Depuis quelques semaines, le gouvernement Trudeau fait l’objet de vives pressions de la part des gens d’affaires, des maires des villes frontalières des deux pays, des membres du Congrès américain et du Parti conservateur pour qu’il jette du lest à la frontière canado-américaine.

Mercredi, une coalition a réclamé l’abolition de l’exigence de fournir un test PCR pour tous les voyageurs entièrement vaccinés, qu’ils soient canadiens ou étrangers.

La mesure annoncée vendredi demeure donc nettement insuffisante aux yeux des gens d’affaires, qui réclament davantage d’assouplissements afin de permettre aux secteurs de l’économie durement frappés par la pandémie de COVID-19, tels que le tourisme et l’hébergement, de reprendre leur élan.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.