Architecture

Appartement remodelé pour amoureux de Villeray

Un grand îlot pour recevoir leurs amis, une bibliothèque pour accueillir leurs livres, une belle chambre pour chacun de leurs enfants : voilà qui résume les demandes de Marie-Hélène et Xavier. Ce couple de Villeray, amoureux de son appartement et de son quartier, a préféré faire des rénovations plutôt que déménager. Le tour du propriétaire, pièce par pièce.

Le vestibule

À l’origine, l’entrée était étriquée, comme dans bien de vieux appartements montréalais. « Il y avait un petit vestibule classique, aligné avec la porte, qui donnait sur un hall d’entrée pas du tout fonctionnel », souligne Marie-Hélène Aguirre, propriétaire des lieux avec son conjoint, Xavier.

En guise de solution, les designers de La Firme, mandatés par le couple, ont complètement changé la configuration du vestibule. « On est venus cacher l’entrée avec un volume de rangement, qui crée comme un détour pour entrer dans la maison », explique Louis Béliveau, designer principal du projet et cofondateur de La Firme. En effet, en plus de son aspect pratique, ce rangement donne un peu d’intimité entre la rue et l’appartement, tout en organisant mieux l’espace. « Ça permet de couper le froid qui entre, mais aussi qu’il y ait une famille au complet qui puisse entrer en même temps et enlever bottes et manteaux », poursuit le designer.

L’entrée, inspirée des vestibules à la japonaise, se situe également un peu plus bas que le reste de la maison. Cette différence de niveau empêche la poussière du dehors d’entrer dans les autres pièces. C’est là aussi, dans le genkan, qu’on enlève ses souliers. « Le fait qu’il y ait une marche à franchir suggère automatiquement qu’on passe d’un espace transitoire à une zone de vie », précise Louis Béliveau.

Le salon et la salle à manger

Dans le salon, une bibliothèque intégrée en merisier court sur toute la longueur du mur mitoyen et épouse la courbe de la cage d’escalier. « On avait déjà une bibliothèque murale dans l’ancien bureau », précise Xavier. Cette pièce a disparu dans la reconfiguration, mais leurs nombreux livres ont trouvé une belle place dans l’espace de vie principal, baigné de lumière.

Puisque les clients avaient besoin d’ajouter une chambre (nous y reviendrons), la division de l’espace a été complètement remaniée. « Tous les éléments porteurs ont été revus pour permettre d’avoir cuisine, salle à manger et salon dans un espace ouvert. C’est une chose qu’on essaie d’ailleurs de faire dans chacun de nos projets », précise le designer de La Firme.

La cuisine

Marie-Hélène et Xavier adorent cuisiner et recevoir leurs amis. C’est dans cette optique qu’ils ont voulu rénover la pièce, qui n’était pas conçue pour cela. « Ce sont deux personnes qui cuisinent beaucoup, et l’idée, c’était d’être le plus accueillant, le plus festif possible », poursuit Louis Béliveau.

Sauf que la pandémie est arrivée et il n’a pas été possible d’avoir des amis chez soi pendant des mois. Qu’à cela ne tienne, la famille apprécie tout autant son îlot dans un contexte plus intime. « Ça reste quand même le cœur de la maison, et même à quatre, c’est super agréable, affirme Marie-Hélène. Et quand on a pu, on a été très contents de recevoir des amis. L’idée, c’était qu’on voulait un îlot qui n’est pas salissant pour pouvoir y renverser des huîtres et du vin blanc ! »

La salle de bains

Teintée du même vert que celui du comptoir de cuisine, la salle de bains est dotée d’un meuble-lavabo qui cache une petite surprise : elle est peinte en orange à l’intérieur. C’était une proposition des designers, que les propriétaires ont volontiers acceptée. « Quand on était en train de terminer la céramique, on s’est dit que ç’aurait été intéressant d’avoir un clin d’œil, un punch de couleur dans la salle de bains », énonce le designer, en précisant que l’orange est complémentaire au vert. « Ça fait un flash discret. Ça teinte la lumière et donne un éclairage un peu plus chaud », renchérit Marie-Hélène.

Au lieu d’un bain, on y a aussi aménagé une douche à l’italienne. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de seuil entre la douche et le reste de la pièce, puisque les pentes de drains ont été prévues en conséquence, explique Louis Béliveau. « On parle d’un plancher qui est droit dans l’espace sec de la salle de bains, et en pente dans la portion douche avec la banquette intégrée. »

Les chambres

Quand Marie-Hélène et Xavier ont emménagé dans l’appartement, sept ans avant les rénovations, ils avaient un seul enfant. Puisqu’ils voulaient agrandir la famille, il était inéluctable qu’une troisième chambre allait devenir nécessaire, mais ils espéraient ne pas avoir à déménager.

« On savait déjà qu’on voulait rester ici parce qu’on aime vraiment le coin. On a une ruelle verte et les voisins sont vraiment super », affirme Marie-Hélène. « Et l’école que fréquentent les deux enfants est juste à côté », enchaîne Xavier.

Dans la grande chambre qui se trouvait autrefois près de l’entrée, les concepteurs ont réussi à en aménager deux, en rognant aussi dans l’ancien salon. Les deux chambres, celles de Paul, 9 ans, et de Madeleine, 6 ans, sont de taille parfaite pour des enfants de leur âge.

Quant au sanctuaire des parents, il se situe à l’arrière de la maison, dans une rallonge qui avait été construite par les propriétaires précédents. Une grande fenêtre donne sur la ruelle, d’où l’on peut observer les graminées bercées par le vent.

Un « bureau vitrine » pour La Firme

Le bureau de design et de construction est en train de planifier un déménagement sur la Plaza St-Hubert au printemps 2022. C’est là que les concepteurs travailleront, mais ils auront aussi un espace boutique pour le public. Les éléments sur mesure qu’ils dessinent pour les projets – dont le banc et les crochets d’acier du vestibule – pourront s’y retrouver.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.