Quatrième vague

Une hausse des morts chez les moins de 50 ans

Le nombre de morts et d’hospitalisations attribuables à la COVID-19 est en hausse depuis les trois dernières semaines dans la province. Contrairement aux vagues précédentes, les personnes âgées ne sont plus les seules victimes, alors que la proportion de morts chez les moins de 50 ans augmente.

« Même si les jeunes sont à moins haut risque, ils sont tellement nombreux à être malades qu’il y en a un certain nombre qui va être hospitalisé et qui va décéder », indique le DGaston De Serres, épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et membre du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ).

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a recensé mardi 633 nouveaux cas de COVID-19. Ces nouveaux cas portent la moyenne quotidienne à 744, en hausse de 12 % sur une semaine.

« Depuis la mi-juillet, il y a une augmentation du nombre de cas qui touchent beaucoup moins les personnes âgées que lors des vagues antérieures », a indiqué le DDe Serres.

Le nombre d’hospitalisations a également augmenté mardi, pour un total de 230 personnes hospitalisées à l’heure actuelle, soit 3 de plus que la veille. On compte désormais 78 personnes aux soins intensifs, une augmentation de 3.

Les plus récentes données dans la province font état de sept nouveaux décès, qui portent à trois la moyenne quotidienne. La tendance est ainsi à la hausse. L’augmentation des décès est particulièrement marquée chez les moins de 50 ans, qui représentent désormais 15 % d’entre eux. Cette proportion dépassait à peine 0,5 % lors des deux premières vagues.

De multiples facteurs

La forte propagation du virus chez les plus jeunes, la couverture vaccinale élevée chez les personnes plus âgées et la propagation du variant Delta expliquent probablement ces résultats, selon les experts consultés par La Presse.

Depuis le début du mois de septembre, seulement 15 % des cas sont chez les personnes de 50 ans et plus, a indiqué le DDe Serres.

« Parmi les cas de moins de 50 ans, certains vont être hospitalisés et parfois, ils vont décéder. »

— Le DGaston De Serres, épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec

Le variant Delta joue aussi un rôle non négligeable dans cette quatrième vague, a indiqué la Dre Jacinthe Blouin, médecin résidente en santé publique et médecine préventive à l’Université de Sherbrooke. « Chez les plus jeunes, il y a un peu moins de vaccination et il y a le variant Delta qui peut entraîner des maladies plus sévères et des décès », a-t-elle indiqué.

Plus de 56 000 cas de variants préoccupants ont été identifiés au Québec depuis le début de la pandémie, dont 45 616 cas du variant Alpha et 7876 du variant Delta.

Enfin, les taux de vaccination demeurent plus élevés chez les personnes plus âgées que chez les plus jeunes. En effet, les 60 ans et plus atteignent une couverture vaccinale de plus de 90 %. « En ce moment, c’est une épidémie chez les non-vaccinés », a affirmé la Dre Maryse Guay, médecin-conseil à la Direction régionale de santé publique de la Montérégie et à l’Institut national de santé publique du Québec. Les 50 ans et moins, qui ont une couverture vaccinale de moins de 85 %, sont alors plus à risque.

L’importance de la vaccination

Les experts s’attendent à ce que cette tendance à la hausse des décès et des hospitalisations se poursuive dans les prochaines semaines. « Vu que la rentrée scolaire vient de commencer et qu’une bonne part des jeunes ne sont pas encore vaccinés, on s’attend à ce qu’il y ait une certaine augmentation », a affirmé la Dre Blouin.

« La montée des cas ne va pas se corriger toute seule », a renchéri le DDe Serres. La solution ? Continuer de vacciner le plus de personnes possible, a répondu le médecin. « Si on reste comme on est là, on va continuer avec la tendance à la hausse et on va atteindre des niveaux qui vont être désagréables », a-t-il indiqué.

Jusqu’à présent, 12 801 537 doses de vaccins ont été administrées dans la province, dont 14 116 dans les 24 dernières heures.

— Avec Pierre-André Normandin, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.