Chronique Techno

Le volant de l’avenir, signé BMW

Ceux qui se sont assis au volant d’une Tesla au fil des dernières années ont probablement eu une petite impression futuriste à la vue du volant de concept Yoke, un volant différent de ce que l’on a toujours connu jusqu’à présent. Pour vous donner une idée, imaginez un volant traditionnel, mais dont on aurait retiré la moitié du haut, ce qui permet au conducteur d’avoir une vue dégagée sur le tableau de bord et sur la route.

Or, on n’a rien vu encore. Attendez de jeter un œil sur ce que BMW a imaginé pour les voitures de l’avenir. La firme allemande redouble ici de style en proposant un volant au design inusité, que l’on décrit comme une « poignée de direction » et qui peut se manipuler d’une seule main.

Le volant a effectivement été créé précisément avec cette intention de permettre au conducteur de ne jamais bouger les mains des commandes, et ce, peu importe le mouvement qu’il effectue.

Évidemment, ce volant a été pensé aussi pour les conducteurs qui se retrouveront éventuellement aux commandes d’une voiture autonome. Ainsi donc, lorsque le propriétaire d’une telle voiture voudra rouler de manière autonome à 100 %, il pourra tout simplement rétracter ce volant pour dégager complètement sa vue et son espace.

Le conducteur sera du coup tout à fait à l’aise pour lire son journal, grignoter un peu ou consulter son ordinateur portable. Plutôt pratique.

Style et discrétion

Alors, il a l’air de quoi, ce volant ? Disons d’entrée de jeu qu’il n’a ni haut ni bas. Pour vous faire une image mentale, pensez davantage aux volants des voitures de course.

D’abord, il est muni d’une large barre transversale sur laquelle se trouve, à chaque extrémité, une poignée en forme de L qui peut pivoter sur elle-même et qui peut être actionnée d’une seule main. Deux poignées mobiles, donc, reliées à un grand élément central.

Lors du lancement de la Tesla Model S et de son fameux volant Yoke, le constructeur avait justement reçu plusieurs critiques voulant qu’il ne soit pas très ergonomique, sans compter qu’il ne garantissait ni adhérence ni définition de l’angle droit lors de la conduite. BMW a pris soin de bien se dissocier de ces irritants.

Avec son volant, le principe de la roue restera par ailleurs tout à fait familier aux usagers, conformément à ce qu’on a toujours connu. On lève la main gauche pour tourner à droite, on lève la main droite pour tourner à gauche. Vous aurez compris que tous s’y retrouveront aisément.

L’avantage de ce design est ailleurs. Avec ce volant, la nouveauté est plutôt intéressante du fait que le conducteur pourra pivoter de 90, de 180 ou de 270 degrés sans changer la position d’un seul doigt.

Enfin du nouveau après plus d’un siècle

C’est précisément en prévision des voitures autonomes que certains constructeurs, tout comme BMW, réfléchissent actuellement à la manière de transformer le volant que l’on a toujours connu. Tous vivants que nous sommes, on a toujours fait face au même modèle de volant traditionnel.

Selon les spécialistes, ce volant serait apparu dans nos voitures en 1898 grâce au constructeur français Panhard, qui avait proposé alors une commande ronde pour assurer la direction. Celle-ci remplaçait le levier classique utilisé jusque-là sur les voitures, levier qui datait de l’invention de l’automobile.

Au fil des dernières années, les constructeurs ont déposé à maintes reprises des brevets pour arriver avec un nouveau volant, mais aucun n’a été adopté. Par conséquent, pratiquement aucun changement n’a été fait jusqu’à ce jour. Or, même s’il est évident que tout s’apprête à changer, il faudra avoir encore un peu de patience, car tout n’est pas joué.

Pour le moment, le volant de l’avenir de BMW n’est toujours qu’à l’étape du brevet. Il faudra un bon moment encore avant de le voir dans nos voitures. Mais il est très prometteur et j’ai drôlement hâte de l’essayer.

En fait, ce volant est sans contredit celui qui se rapproche le plus des volants que nous, pilotes de course, utilisons dans nos voitures. Quelle fabuleuse idée de BMW de s’en approcher.

Évidemment, les boutons ne sont pas les mêmes que ceux que l’on retrouve dans nos bolides en course automobile, mais j’ai l’impression que la sensation sera similaire. J’imagine déjà que le positionnement des mains devrait permettre une bonne manipulation du volant et une prise solide. La position de conduite devrait également être avantagée.

Pour l’instant, rien n’indique que BMW souhaite commercialiser ce volant dans un avenir rapproché, mais maintenant qu’on imagine l’avenir avec ce type d’équipement, on peut s’attendre à ce qu’au cours des prochaines années, le style de volant des voitures évolue selon cette tendance et qu’il changera de plus en plus avec l’avènement des voitures autonomes.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.