Chronique

Les esclaves sexuelles du gourou d’Albany

Les histoires de sectes secrètes, de gourous charismatiques ou du méchant Damien Nomed (Normand D’Amour) dans L’or du temps m’obsèdent. C’est pourquoi j’ai été aspiré et remué par la minisérie criminelle The Vow, qui révèle l’ampleur des horreurs commises par l’organisation NXIVM, financée notamment par les sœurs Clare et Sara Bronfman, les héritières du milliardaire montréalais Edgar Bronfman père, de l’empire des spiritueux Seagram.

Cette incroyable docusérie de « true crime », offerte sur Crave en anglais et en français avec le combo HBO/Super Écran, coche toutes les cases de ce genre populaire. Elle implique des similivedettes de Hollywood, dont Allison Mack de Smallville, Bonnie Piesse de Star Wars et Catherine Oxenberg de Dynasty. Elle témoigne de la descente aux enfers de gens bien intentionnés et vulnérables, sur qui le piège se referme. Même le fils de l’ancien président mexicain Carlos Salinas et le dalaï-lama y apparaissent.

Et toute cette histoire atroce, qui comprend des cérémonies de marquage au fer rouge (littéralement) de femmes esclaves, s’est déroulée dans les 20 dernières années, en banlieue d’Albany, pas si loin de Montréal.

Évidemment, NXIVM, prononcé Nexium, ne s’est pas d’abord affiché comme une secte, mais bien comme un programme de développement et d’avancement vaguement nouvelâgeux. Les cours coûtaient quelques milliers de dollars et attiraient des gens brillants en quête de sens à leur vie. Plus vous assistiez à ces classes de croissance personnelle, plus vous grimpiez dans la hiérarchie.

The Vow – Le vœu, en français – suit un groupe de têtes dirigeantes de NXIVM qui ont contribué à son essor avant de déchanter, de fuir et de partir aux trousses de leur ancien gourou Keith Raniere, un génie autoproclamé au QI de 240 qui trippe sur le volleyball et les bandeaux à la Napoleon Dynamite.

Comme des membres de NXIVM travaillaient en télé ou en cinéma, ils ont filmé chacune des rencontres, séances de formation ou fêtes privées, ce qui nous plonge au cœur de cette secte. C’est à la fois terrifiant et fascinant, comme regarder un thriller d’espionnage. La quantité d’archives est colossale : vidéos promotionnelles, appels téléphoniques, tout a été enregistré.

La portion la plus glauque se pointe à mi-chemin des neuf épisodes d’une heure de The Vow. Il existait un sous-groupe ultra secret à l’intérieur même de NXIVM, uniquement réservé aux femmes les plus jolies. Ces « esclaves » vivaient sous l’emprise totale de Keith Raniere, qui leur ordonnait de compter chacune de leurs calories et de se soumettre à ses désirs sexuels.

Et qui supervisait les cérémonies d’initiation où les femmes esclaves, dont des mineures, se faisaient inscrire les initiales du gourou Keith Raniere près de leur pubis ? L’actrice Allison Mack, dont le cerveau a été complètement lavé par Keith Raniere, un sociopathe narcissique à l’allure inoffensive.

La série comporte des longueurs et des répétitions hypnotiques, qui évoquent l’endoctrinement et le bourrage de crâne pratiqués par le gourou aux lunettes rondes.

La police de l’État de New York a arrêté plusieurs têtes dirigeantes de NXIVM, dont Clare Bronfman, la comédienne Allison Mack et le dirigeant Keith Raniere. Il ne s’agit pas d’un divulgâcheur, car cette nouvelle a été reprise partout dans le monde à l’été 2018.

HBO a confirmé que The Vow se poursuivrait pour une deuxième saison, qui montrera le procès du gourou.

Toujours sur Crave, il est également possible de visionner Seduced de la chaîne Starz, une minisérie de quatre épisodes où l’actrice Catherine Oxenberg se décarcasse pour sortir sa fille India de cette secte maudite.

Pour finir, Canal D relaiera le 18 février à 22 h le documentaire NXIVM : Les disparues de la secte, à propos de quatre jeunes femmes mortes ou introuvables depuis leur rencontre avec Keith Raniere.

Départ intéressant pour Big Brother

La première émission de Big Brother Célébrités a connu un départ très honnête, dimanche soir, avec 641 000 curieux à l’écoute. En comparaison, le premier épisode d’OD Chez nous avait attiré 480 000 personnes sur Noovo en septembre. Et il s’agissait d’une marque connue.

Reste que TVA, en l’absence d’une édition originale de Tout le monde en parle, a outrageusement dominé les cotes d’écoute de ce premier dimanche sous couvre-feu avec le gala Célébration (1 234 000), Vlog (929 000) et le party disco de P-A Méthot (891 000). À Radio-Canada, les meilleurs moments de Guy A. Lepage et Dany Turcotte ont intéressé 523 000 adeptes, et Découverte a rassemblé 548 000 téléspectateurs devant leur petit écran.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.