Dans la tête des camelots

La neige

Redoutée ou aimée, la neige enivre nos pensées de souvenirs du passé.

Les pas fines

« C’est féerique, la première neige. Puis c’est reposant et très beau à voir. Des fois, ça me tanne, surtout au printemps, mais la toute première neige, je l’aime. Je me rappelle qu’enfant, j’adorais lancer des balles de neige aux filles qui n’étaient pas fines avec moi. »

— Denis Bourgeois, camelot Christophe-Colomb/ Jean-Talon

Pas de neige après l’école

« J’aime me promener sous la neige quand les gens décorent leurs maisons, je trouve ça vraiment beau. D’ailleurs, je me balade plus l’hiver que l’été. Même les tempêtes ne me dérangent pas. Petite, mes parents ne voulaient pas qu’on sorte après l’école. Alors je n’ai pas de souvenirs. Même pas d’avoir fait de la luge. »

— Diane Curadeau, camelot métro De L'Église et IGA Place Dupuis

Le prix du froid

« Cette année, la première neige est arrivée à peu près à la même date que l’an passé. Elle nous rappelle qu’on est au Québec et que ça nous coûte deux fois plus cher que d’autres pays de vivre cette saison : plus cher en vêtements, en électricité et en coût d’isolation. »

— Benoit Chartier, camelot IGA Place Frontenac

Mont Orford

« Je préfère la chaleur au froid. Je trouve la première neige mélancolique et ça me donne tout de suite hâte à l’été. Mais je pense quand même aux choses positives. Notamment au cours de ski alpin que je prenais plus jeune dans le coin du mont Orford. Et aux acrobaties que je faisais. J’étais bonne là-dedans. »

— Manon Fortier, camelot métro Honoré-Beaugrand et Village Champlain

Souvenir de tempête

« Quand t’es jeune, la première neige est le fun. Je me rappelle de la tempête du siècle en 1971. J’avais une dizaine d’années. Les rues étaient bloquées, mon voisin avait un Ski-Doo. On était allé se promener dans notre bout, où il y avait des champs. Aujourd’hui, j’aime la neige pour la beauté du décor. »

— Maxime Valcourt, camelot Fleury/Chambord

Chatouiller le bout du nez

« Je me souviens très bien, petite, avoir adoré faire l’ange dans la neige. Je vivais à Saint-Jean-sur-Richelieu. Avec d’autres enfants, on construisait chacun un fort et on se pitchait des balles de neige. Aujourd’hui, ce que j’aime, c’est quand il neige et qu’il ne fait pas frette. Par contre, je déteste que la neige me chatouille le bout du nez. »

— Lynn Champagne, camelot PJC Promenade Ontario et métro Place-des-Arts

Nulle part ailleurs

« J’aime quand la neige tombe. Ça me donne de la joie. Je me souviens des descentes en traîneau dans les montagnes, dans mon comté de Portneuf, quand j’étais enfant. Il y avait beaucoup de neige en campagne quand j’étais jeune. J’allais à l’école, neige ou pas. Ça nous prenait une demi-heure à pied. Enfant, on faisait des bonshommes, on jouait, on glissait... Je n’irais pas vivre ailleurs. »

— Ronald Cinq-Mars, camelot Pharmaprix Ontario/Champlain

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.