Véronique Claveau

À bas les « cases » !

Véronique Claveau, grâce à ses talents d’imitatrice, est devenue une figure incontournable des émissions de fin d’année. Tour à tour enrôlée dans le spectacle Revue et corrigée, dans le très sélect Bye bye et, tout récemment, sur les plateaux d’À l’année prochaine et d’En direct de l’univers, la touche-à-tout reprend ses propres traits pour coanimer un gala ComediHa! Fest.

Poussé par un vent d’optimisme, le festival d’humour de Québec devait initialement se tenir en août dernier. Mais le virus n’entendait pas à rire, et c’est cinq mois plus tard, ce jeudi soir, que la série de galas s’ouvre enfin en direct du Capitole de Québec.

« On avait commencé le travail en février, et en mars, tout a été à l’arrêt », explique Véronique Claveau, qui pilotera le gala du 21 janvier en compagnie de Jean-Michel Anctil. « On a continué à peaufiner les numéros cet automne, sur Zoom. On est plus que prêts. »

Bien sûr, les détenteurs de billets devront se dilater la rate de leur salon, pandémie oblige. Pandémie qu’ils pourront d’ailleurs oublier pendant deux petites heures grâce aux blagues de Katherine Levac, Korine Côté, Fabien Cloutier, Guillaume Wagner, Guillaume Pineault et Christine Morency, entre autres humoristes rameutés à Québec par le duo Claveau-Anctil.

« Il y a très peu d’allusions à la COVID-19. Il y a quelques lignes, mais c’est tellement présent au quotidien qu’on s’est dit qu’il fallait divertir les gens et les amener ailleurs, le temps d’un gala. »

— Véronique Claveau

La chanteuse originaire de Québec n’ose pas trop s’épancher sur le contenu, mais elle avertit que son animation ne reposera pas sur ses talents de personnificatrice. « Pour le monde, ça semble être une évidence, mais moi, je ne tenais pas à faire des imitations. Il y aura quand même un petit clin d’œil, avec deux invitées surprises. »

Joie d’être deux

Chanteuse, comédienne, imitatrice et maintenant… humoriste ? « Je ne suis pas une fille de stand-up, nuance-t-elle. Je touche à l’humour par les parodies et des imitations, qui se veulent drôles. Mais jamais comme Jean-Michel Anctil sait si bien le faire. C’est pourquoi je suis très contente de l’avoir à côté de moi. »

« Plus que jamais, je suis contente d’être en duo, parce qu’au moins, je m’adresse à quelqu’un. En humour, le public est extrêmement important, alors c’est un peu spécial. En ayant Jean-Michel, il va y avoir des échanges, une complicité, ça m’enlève un peu de stress. »

— Véronique Claveau

Le ton entre les deux animateurs promet d’être gentiment baveux. « Jean-Michel disait qu’il voulait prendre sa retraite de la scène et être plus présent en tant que comédien. Je le taquine avec ça. On est les seuls [du festival] qui font une coanimation, alors lui me taquine en disant que je ne peux pas animer toute seule, que j’ai besoin de lui. »

P-A Méthot, Cathy Gauthier, Fabien Cloutier, Bleu Jeans Bleu et Rachid Badouri seront aux commandes des autres soirées d’humour, présentées « sans rodage ».

Mélange des genres

La soirée du 31 décembre a permis à Véronique Claveau de briller deux fois plutôt qu’une. D’abord sur la scène d’En direct de l’univers, où elle a pris le micro après avoir été estampée « coup de cœur » par la chanteuse Mélissa Bédard et l’auteur Simon Boulerice. Une première invitation pour une émission spéciale « jour de l’An » qu’elle a reçue comme un « super cadeau », alors que les rassemblements étaient interdits.

« En tant qu’artistes, on attend tous notre courriel d’invitation. Quand on regarde la programmation, on se dit : “Lui, je le connais, lui, je le connais.” On aime tous En direct de l’univers. France [Beaudoin], c’est une rassembleuse. »

À peine deux heures plus tard, la chanteuse réapparaissait à l’écran, cette fois dans l’équipe d’À l’année prochaine, dérivé télévisuel de l’émission de radio À la semaine prochaine, à laquelle elle participe sporadiquement.

Depuis 2007, Véronique Claveau, qui sait se glisser autant dans la peau de Sonia Benezra que dans celle de Hillary Clinton, a participé sans relâche – exception faite de 2019 – à des revues de fin d’année, sur scène ou à la télévision.

Trois ans après sa sortie de Star Académie, la chanteuse s'est jointe à l’équipe de Revue et corrigée, « un Bye bye théâtral » présenté au Rideau Vert.

« C’est Joël Legendre qui m’a donné ma chance à l’imitation. Il faisait la mise en scène à l’époque. Mais moi, quand j’étais jeune, c’était chanteuse. Ce n’était pas imitatrice, ce n’était pas comédienne. Aujourd’hui, je ne veux plus me mettre dans des cases. »

— Véronique Claveau

En 2014, la satiriste a été repérée par l’équipe du Bye bye. Son aventure s’est terminée cinq ans plus tard, laissant sur son chemin quelques sketchs mémorables, dont En direct de Céline Dion. A-t-elle regardé les deux dernières émissions avec nostalgie ?

« On ne se tanne pas de faire un Bye bye, dit-elle. Les chances d’en faire un dans une vie sont très minces. J’ai eu la chance d’en faire cinq, avec de belles équipes. Si on m’avait retirée après la deuxième année ou si j’avais été la seule à partir, j’aurais fait : “Ouch.” Il y a eu un vent de changement. Je ne suis pas amère. Je regarde le Bye bye avec un beau sourire, mais c’est vrai que je ne suis pas totalement détachée parce que je l’ai vécu. »

Autre projet dont Véronique Claveau n’est pas totalement détachée : un spectacle hommage à Nicole Martin, qu’elle devait défendre au côté de Marie-Élaine Thibert et de Marie Michèle Desrosiers. « Il y a un an, on se donnait rendez-vous chez [le directeur artistique] Pierre Séguin pour la distribution des chansons. On a fait un toast. Quelques semaines après, le projet était sur la glace » à cause d’on-sait-quoi, se désole Véronique Claveau.

« C’est dommage, parce que c’était vraiment un beau projet initié par le mari de Nicole Martin, Lee Abott, un après qu’elle nous eut quittés subitement. Elle avait beaucoup de fans qui la suivaient. Elle était très aimée et il voulait lui rendre un bel hommage à son image : à grand déploiement et très minutieux. »

« Le spectacle est sur pause, mais il n’est pas annulé », poursuit-elle, avant de résumer nos vies à tous. « Il y a énormément d’incertitude. »

Le ComediHa! Fest se déroule en ligne du 14 au 28 janvier.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.