Téléphonie sans fil

Pas de décision avant le printemps, dit Cogeco

Il faudra attendre encore quelques mois avant que le suspense sur l’entrée potentielle de Cogeco Communications dans le marché de la téléphonie sans fil prenne fin.

Le câblodistributeur attend toujours de connaître les conditions réglementaires qui lui permettraient de louer un accès au réseau des grandes sociétés de télécommunication canadiennes. Une fois les règles connues, il prévoit que ses concurrentes traîneront les pieds avant de conclure une entente.

« Cette négociation, je sais qu’elle va être longue et difficile », admet Philippe Jetté, président et chef de la direction de Cogeco Communications, lors d’une conférence de presse, vendredi, en marge de l’assemblée annuelle virtuelle de l’entreprise. « Ils ne veulent simplement pas avoir plus de concurrence dans le marché. »

Le printemps dernier, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) avait déjà tranché que les opérateurs régionaux pourraient accéder au réseau des grandes télécoms à condition d’avoir eux-mêmes un spectre de fréquences locales.

Ce contexte ouvre la porte au câblodistributeur montréalais. Le CRTC doit encore donner plus de détails sur les conditions réglementaires qui entoureront ce partage. Le moment de la décision n’est pas connu, mais M. Jetté anticipe qu’il aura lieu « tard au printemps ou durant l’été ». « Après ça, on devra négocier avec les trois plus grands opérateurs pour savoir à quel prix on pourra avoir accès à leur réseau. »

L’entreprise pourrait également être intéressée par les actifs de Shaw Communications. Rogers n’a pas encore obtenu le feu vert des autorités réglementaires pour son offre d’achat de 26 milliards sur Shaw. Les analystes anticipent qu’une condition de l’approbation sera la vente de Freedom Mobile.

M. Jetté affirme qu’il est trop tôt pour se prononcer sur la pertinence de faire une offre tant que les autorités réglementaires l’analysent. « On considère toutes les options sur la table, mais celle qui est suggérée, elle n’est simplement pas disponible. On est patients. On va attendre de voir ce qui se passe. »

Une baisse « prévue »

L’assemblée annuelle de Cogeco avait lieu au lendemain du dévoilement des résultats du premier trimestre (terminé le 30 novembre).

Malgré un bénéfice plus élevé que prévu, la baisse de la rentabilité des activités existantes au Canada préoccupe Vince Valentini, de Valeurs mobilières TD. En excluant l’acquisition de DERYtelecom, le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) au Canada est en baisse de 6,9 %, souligne l’analyste financier.

Patrice Ouimet, chef des finances, assure que cette baisse était « prévue », en conférence de presse. Il note que les dépenses de la société étaient inférieures à la normale durant la période comparable l’an dernier. « C’était une période où les gens ne voulaient pas changer de fournisseur [ce qui a entraîné une baisse des dépenses publicitaires et des déplacements des techniciens]. Cette année, on est rendu dans une situation normale. » M. Ouimet prévoit que le bénéfice tiré des activités internes canadiennes reviendra en territoire positif.

Au premier trimestre, les revenus totaux ont augmenté de 16 %, à 718,5 millions. Cogeco Communications attribue principalement cette progression à l’acquisition des systèmes de câblodistribution en Ohio, conclue le 1er septembre dernier, et au nombre plus élevé de clients du service internet. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par les coûts liés au repositionnement de marque d’Atlantic Broadband, devenue Breezeline.

Les revenus au sein du secteur des médias, pour leur part, ont diminué de 2,6 %. Certains annonceurs dans le domaine du tourisme et de la restauration sont lourdement touchés par la pandémie et ont réduit leur budget publicitaire radiophonique, a expliqué M. Jetté. Il note que la pénurie de main-d’œuvre et la perturbation de la chaîne d’approvisionnement nuisent aussi au marché. « Les annonceurs ne sont pas pressés dans ces segments-là de retourner en onde pour générer de la publicité puisqu’ils ont de la difficulté à offrir des services pour combler la demande. »

Le bénéfice de Cogeco Communications au premier trimestre a été de 106,8 millions, une hausse de 0,1 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. Le bénéfice par action a été de 2,29 $, comparativement à 2,24 $ un an plus tôt.

Les analystes sondés par la firme Refinitiv s’étaient attendus à des revenus de 717,7 millions et à un bénéfice par action de 2,06 $ pour Cogeco Communications au premier trimestre.

Revue boursière

Rebond des technos

La Bourse de Toronto a rebondi vendredi, malgré son faux départ en début de séance, attribuable à de décevantes ventes au détail aux États-Unis et à de premiers résultats trimestriels inférieurs aux attentes pour le secteur bancaire américain. À New York, les indices ont terminé en ordre dispersé pour les mêmes raisons, le secteur techno a terminé en territoire positif pendant que les secteurs plus traditionnels battaient de l’aile.

— D’après La Presse Canadienne et l’Agence France-Presse

BlackRock

Plus de 10 000 milliards d’actifs sous gestion

La somme des actifs gérés par BlackRock a atteint un record fin 2021, à plus de 10 000 milliards de dollars américains, selon les résultats trimestriels publiés vendredi par l’entreprise américaine. Il s’agit d’une hausse de 15 % par rapport au chiffre de décembre 2020. Le bénéfice net du groupe s’est élevé à 1,6 milliard US au quatrième trimestre 2021 et à 6 milliards US sur l’ensemble de l’année. Rapporté par actions et hors éléments exceptionnels, le bénéfice est de 10,42 $ US sur le trimestre et de 39,18 $ US sur l’année, mieux que les attentes du marché. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.