Grand Prix de Trois-Rivières

Freddie Hunt et Jacques Villeneuve sur les traces de leurs célèbres pères

Ceux qui étaient présents cette année-là et qui peuvent encore en témoigner le disent : l’édition de 1976 du Grand Prix de Trois-Rivières a été l’une des meilleures de sa longue histoire.

Parce qu’un jeune Gilles Villeneuve a battu en Formule Atlantique, ce jour-là, des pilotes de Formule 1 tels Alan Jones et James Hunt, de futurs champions du monde. Quarante-six ans plus tard, les fils Villeneuve et Hunt marchent en quelque sorte sur les pas de leurs pères, alors qu’ils se retrouvent au GP3R en même temps.

Freddie Hunt, 35 ans, recevra ce week-end pour son père décédé l’honneur d’être intronisé au Temple de la renommée des Amis du Grand Prix. Ça peut paraître surprenant, James Hunt n’ayant foulé le sol trifluvien qu’une seule fois. Mais c’est lors de cette unique présence qu’il a changé le destin du clan Villeneuve. D’où son intronisation.

« Parfois, une carrière se décide sur une journée, sur un moment. Celui-là a été vraiment important pour Gilles. La course de 1976 de Trois-Rivières était la plus importante de sa carrière à ce moment-là et il l’a gagnée. »

– Jacques Villeneuve

C’est grâce à cette victoire et à sa nette domination, devant des vedettes de la F1 venues visiter la Mauricie pendant une pause du championnat, que Villeneuve a convaincu James Hunt, un athlète excentrique et charismatique qui livrait alors une bataille épique à Niki Lauda au championnat de F1. L’arrivée de Hunt à Trois-Rivières avait attisé les passions : les amateurs de course n’en avaient que pour lui. Disons qu’il avait tout pour plaire.

Hunt servait d’éclaireur à l’écurie McLaren au Québec. Le rapport fait à son retour en Europe aura été fort élogieux pour la fierté de Berthierville. Pour lui, Villeneuve venait de prouver qu’il méritait sa chance en F1. Cette occasion se concrétisera en 1977 avec McLaren, puis du côté de Ferrari. On connaît la suite.

« Je suis très fier de mon père pour ça », souligne Freddie Hunt, qui est de passage à Trois-Rivières pour la première fois cette semaine. Lui-même pilote, il participera aux épreuves de la Coupe Nissan Sentra.

« Sans James, est-ce que Gilles Villeneuve serait devenu pilote de F1 ? Serait-il devenu une légende du sport automobile ? Mon père avait beaucoup à perdre en vantant ses qualités à McLaren, car c’est un milieu très compétitif. Il a été honnête, il a fait la bonne chose, même si Gilles aurait pu lui damer le pion. »

– Freddie Hunt

« Par son style de pilotage, il est l’une de mes idoles, mais je ne savais pas à quel point le rôle de mon père avait été crucial dans l’avancement de sa carrière, poursuit Freddie Hunt. Je l’ai appris en lisant un livre sur Gilles, lors d’un long voyage, il y a une dizaine d’années. »

Hunt a passé quelques heures au musée Gilles-Villeneuve, jeudi. Il est même monté à bord de l’une des voitures de F1 pilotées par son idole.

Sa présence permet aussi de préparer un documentaire, Le Monaco d’Amérique – Mémoires de circuits, relatant l’histoire du GP3R. À la tête de ce projet se trouvent Louis-Charles Thiffault et Stéphane Choquette. Hunt est la première personne interviewée dans le cadre de ce projet.

Partis trop tôt

Comme Gilles Villeneuve, qui a connu un destin tragique en piste à Zolder en 1982, James Hunt est parti trop tôt. Foudroyé par une crise cardiaque dans son sommeil en 1993, le champion du monde de F1 de la saison 1976 n’avait que 45 ans. Son fils était âgé de 5 ans.

« J’ai peu de souvenirs, je me rappelle surtout sa voix », précise le Britannique, qui perpétue la tradition familiale en course automobile.

Il ressemble beaucoup à son père. « Je me le fais rappeler souvent, répond-il en riant. J’en apprends davantage sur lui depuis le début de ma carrière comme pilote. Je sais à quel point il était apprécié, combien il était spécial pour le sport de la Formule 1. »

Un peu comme Gilles. « J’aurais vraiment aimé les connaître. »

Freddie Hunt se promettait d’aller piquer une jasette avec Jacques Villeneuve, en fin de semaine à Trois-Rivières.

« J’adorerais lui parler ! Je sais qu’il est encore très rapide en piste et qu’il courra en série NASCAR. »

Villeneuve, de son côté, se souvenait de sa rencontre avec James Hunt, après l’arrivée de sa famille en Europe. « Oui, j’ai rencontré Hunt quand j’étais tout petit. C’est un souvenir important. J’espère avoir l’occasion de discuter avec Freddie. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.