À petites doses

Quelques milligrammes de toute l'actualité scientifique de la semaine

La chaleur tue de plus en plus en Chine

Près des deux tiers de la population chinoise sont actuellement affectés par une intense vague de chaleur qui frappe le pays. Dans certaines régions, la température a dépassé les 41 °C, et le gouvernement demande aux citoyens de limiter l’utilisation du réseau électrique afin de répondre à la demande. Ce sont 900 millions de personnes qui seraient touchées par cette canicule. Selon une étude publiée dans la revue The Lancet, le nombre de morts causées par la chaleur a plus que quadruplé en Chine entre 1990 et 2019. Ce nombre pourrait encore doubler si la hausse moyenne de la température dépassait 2 degrés d’ici la fin du siècle.

Quiz

L’Arctique libre de glace en été, c’est pour bientôt ?

Depuis que des données satellites permettent de documenter le phénomène, en 1979, l’Arctique a perdu au moins 40 % de son couvert de glace et l’épaisseur de la glace a diminué de plus de 50 % pendant la même période. Le couvert de glace est à son plus bas en septembre, à la fin de l’été, un phénomène appelé le minimum de glace en été (summer ice minimum). Or, la dernière décennie a vu le couvert de glace en été à son plus bas depuis 40 ans, ont constaté les scientifiques. Une infographie préparée par le groupe Carbon Brief montre d’ailleurs ce recul de manière spectaculaire.

Le chiffre

2117

C’est le nombre de bovins qui ont succombé à la chaleur dans le sud-ouest du Kansas dans la semaine du 11 juin. La température avait alors dépassé les 38 °C. Les autorités s’attendent à ce que la chaleur occasionne un taux de mortalité élevé des bovins cet été.

100 millions de plus pour les forêts aux États-Unis

Le Service des forêts des États-Unis (US Forest Service) a annoncé récemment que son budget annuel consacré à la reforestation serait triplé pour passer à 100 millions de dollars américains. Une décision qui fait suite aux nombreux incendies de forêt qui ont dévasté plusieurs régions du pays au cours des dernières années. Selon plusieurs experts, cette somme devra encore être augmentée pour faire face aux nombreux défis posés par les changements climatiques.

Pollution et démence

Des experts ont récemment prévenu le gouvernement britannique des conséquences de la pollution de l’air pour les personnes âgées. Dans un rapport transmis au gouvernement du Royaume-Uni, le groupe d’experts du Committee on the Medical Effects of Air Pollutants a rappelé que près de 70 études ont déjà démontré que la pollution de l’air pouvait accélérer le déclin des fonctions cognitives chez les personnes âgées. Les effets de la pollution atmosphérique sont bien connus en ce qui concerne les problèmes respiratoires et cardiaques, mais les liens avec la démence sont plus récents. En 2018, une étude menée à Londres avait indiqué que 60 000 des 210 000 nouveaux cas de démence cette année-là étaient probablement dus à la mauvaise qualité de l’air.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.