Politique de guerre d'Erdoğan

« Les pays occidentaux ne doivent plus détourner les yeux. »

— Une centaine de parlementaires français dans une tribune publiée sur le site de l’hebdomadaire Le Journal du dimanche, en affirmant que le président de Turquie « envisage de lancer une énième offensive sanguinaire contre les Kurdes du nord de la Syrie » et en appelant les membres de l’Union européenne « à garantir la protection des militants et des associations kurdes présents sur le sol européen ». (AFP)

Joe Biden se reconfine après un test positif à la COVID-19

Le président américain Joe Biden a de nouveau été déclaré positif à la COVID-19 samedi matin sans ressentir de symptômes, et va retourner à l’isolement pour « protéger » son entourage, a annoncé son médecin personnel dans une lettre diffusée par la Maison-Blanche. Le président, qui est âgé de 79 ans, « a été déclaré positif samedi en fin de matinée selon un test antigénique » et « va reprendre des mesures strictes de confinement », a écrit le Dr Kevin O’Connor, selon lequel les cas de « rebond » de positivité peuvent se produire chez les personnes traitées au Paxlovid, la pilule anti-COVID-19 de Pfizer. M. Biden a lui-même tweeté pour annoncer la nouvelle. « Les amis, j’ai de nouveau été déclaré positif à la COVID-19. Cela arrive à une petite minorité de personnes. Je n’ai pas de symptômes, mais je vais m’isoler pour la sécurité de tous ceux autour de moi », a-t-il écrit. Comme M. Biden avait été déclaré négatif mardi soir, mercredi matin, jeudi matin et vendredi matin, « il s’agit bien d’une positivité de rebond », selon le médecin de M. Biden.

— Agence France-Presse

Exploration spatiale chinoise

Une fusée s’est désintégrée lors de son retour non contrôlé

Un segment de la fusée spatiale chinoise lancée dimanche dernier a fait son retour non contrôlé dans l’atmosphère samedi et s’est désintégré au-dessus de l’océan Indien, a annoncé l’armée américaine, sans préciser si les débris avaient fait des dégâts. « Le commandement de la Force spatiale des États-Unis confirme que la fusée Longue Marche-5B de la République populaire de Chine a fait son entrée dans l’atmosphère au-dessus de l’océan Indien le 30 juillet » en fin d’après-midi, a tweeté l’armée américaine. Pour tout détail sur la dispersion des débris et le lieu exact de l’impact, les militaires américains ont renvoyé aux autorités chinoises, qui ont lancé le 24 juillet dans l’espace le deuxième des trois modules de sa station spatiale Tiangong, qui devrait être pleinement opérationnelle d’ici la fin de l’année. La fusée Longue Marche-5B n’a pas été conçue pour contrôler sa descente d’orbite, ce qui, comme lors des lancements précédents, a suscité des critiques.

— Agence France-Presse

Brésil

500 000 signatures pour la défense de la démocratie

Une pétition pour « la défense de la démocratie » au Brésil a recueilli plus d’un demi-million de signatures, dont celles de poids lourds du patronat, en réponse aux critiques du président Jair Bolsonaro contre les institutions et le système électoral. Lancée par des membres de la faculté de droit de l’Université de São Paulo (USP), cette « Lettre aux Brésiliens et Brésiliennes en défense de l’État démocratique de droit » dépassait les 546 000 signatures samedi à la mi-journée, à deux mois de l’élection présidentielle. « Nous vivons un moment de grand péril pour la normalité démocratique, de risque pour les institutions, avec des insinuations de non-respect du résultat des élections », estiment les auteurs du texte, signé également par d’anciens juges de la Cour suprême et de nombreux artistes, comme le célèbre chanteur Chico Buarque. Le chef de l’État, au pouvoir depuis début 2019 et candidat à un second mandat, ne cesse de critiquer le système de vote électronique en vigueur au Brésil depuis 1996, alimentant la crainte qu’il ne reconnaisse pas le résultat de la présidentielle en cas de défaite.  

— Agence France-Presse

République démocratique du Congo

Des milliers d’enfants forcés de quitter leurs villages

Des milliers d’enfants ont été forcés de quitter leurs villages dans l’est de la République démocratique du Congo, où un conflit oppose les forces de sécurités congolaises au groupe armé M23, a indiqué samedi le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). Depuis le mois de mars, « plus de 190 000 personnes, dont la moitié sont des enfants, ont été forcées à quitter leurs villages vers les territoires de Rutshuru et Nyiragongo », indique un communiqué de l’UNICEF. « Des milliers d’enfants sont en danger et ont un accès très limité aux services sociaux de base nécessaires à leur survie dans cette crise qui risque de se poursuivre, car les familles hésitent à retourner dans leurs villages », a déclaré samedi Grant Leaity, représentant de l’UNICEF en RDC, après sa mission à Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu. Grant Leaity s’est rendu dernièrement dans le territoire de Rutshuru où il a rencontré la communauté des déplacés, selon son agence. Dans la localité de Kalengera, par exemple, le nombre des personnes déplacées « a plus que doublé [le nombre des] populations autochtones ».

— Agence France-Presse

Iran

Plus de 80 morts depuis le début des inondations

Plus de 80 personnes ont perdu la vie et 30 sont encore portées disparues en Iran en plus d’une semaine après des inondations qui ont touché plusieurs régions de ce pays largement aride, ont annoncé samedi des sources officielles. Depuis le début du mois de Mordad (le 23 juillet), « 59 personnes sont mortes et 30 sont portées disparues en raison des inondations », a déclaré Yaghoub Soleimani, secrétaire général du Croissant-Rouge iranien, cité par l’agence officielle de presse IRNA. Un bilan auquel s’ajoutent les 22 décès annoncés le 22 juillet après des pluies diluviennes dans le sud du pays. L’Iran a souffert d’épisodes de sécheresse répétés durant la décennie écoulée, mais aussi d’inondations régulières dues à des pluies torrentielles. Selon M. Soleimani, 60 grandes villes, 140 plus petites et plus de 500 villages ont été affectés, dans un pays de 83 millions d’habitants. La province de la capitale Téhéran a été la plus touchée, avec 35 morts, tandis que dans celle de Mazandaran, dans le nord du pays, 20 personnes n’ont toujours pas été retrouvées, d’après la même source.

— Agence France-Presse

Kentucky

Le bilan des inondations passe à 25 morts

Le bilan des inondations dévastatrices dans le Kentucky est passé à 25 morts et devrait encore monter, a déclaré le gouverneur de cet État américain samedi, alors que les services de secours et les résidants continuaient à chercher des survivants.

« Nous avons 25 morts confirmés », a déclaré Andy Beshear au cours d’une conférence de presse. « Ce bilan va continuer à monter. »

« Je crois malheureusement que nous allons trouver des corps pendant des semaines », a ajouté le gouverneur démocrate, alors que des pluies torrentielles se sont abattues sur l’est de cet État rural dans la nuit de mercredi à jeudi, transformant certaines routes en rivières et obligeant des habitants à se réfugier sur le toit de leur maison en attendant les secours.  

Quatre enfants parmi les victimes

M. Beshear a précisé que quatre enfants avaient péri dans les inondations, et non six comme indiqué précédemment.

Selon le journal local Lexington Herald Leader, il s’agit de quatre frères et sœurs, âgés d’un an et demi à huit ans, qui ont été emportés par les eaux alors qu’ils s’étaient réfugiés au sommet d’un arbre avec leurs parents.  

Certaines régions du Kentucky ont reçu quelque 20 centimètres de pluie en 24 heures et, par endroits, les eaux des rivières ont brusquement monté de plusieurs mètres, avant de sortir de leur lit.  

Le gouverneur a noté qu’il était encore difficile d’estimer le nombre des disparus, car les services de téléphonie mobile ne fonctionnent plus dans les zones les plus touchées et les personnes qui ont échappé aux pluies torrentielles ne peuvent pas rassurer leur famille.

Le président Joe Biden a décrété l’état de « catastrophe naturelle » et débloqué des renforts fédéraux pour soutenir les zones affectées par « la tempête, les inondations, les glissements de terrain et les coulées de boue ».

Problèmes logistiques

Des réservistes de la Garde nationale ont mené 650 évacuations par hélicoptère depuis mercredi, tandis que les services de sécurité de l’État en ont effectué 750 par bateau, selon M. Beshear qui a souligné que les opérations étaient « extrêmement stressantes et difficiles » pour les sauveteurs.  

Quinze centres d’accueil ont été ouverts dans des écoles, des églises et des parcs naturels.

Il a cessé de pleuvoir samedi sur la région, mais de nouvelles précipitations sont attendues dimanche, ce qui risque de poser de nouveaux problèmes logistiques aux sauveteurs qui ont des difficultés à joindre les victimes, car de nombreuses routes sont coupées, des ponts sont inutilisables et le niveau des eaux est encore trop élevé.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.