Le Canadien

Saine rivalité à prévoir en défense

Le retour au jeu de Michael Matheson provoquera des changements au sein de l’alignement du Canadien

Jouera ? Jouera pas ? On ignore toujours si Michael Matheson disputera samedi soir son premier match de la saison. Son retour imminent était néanmoins le sujet de l’heure dans le vestiaire du Canadien, vendredi matin.

Le défenseur de 28 ans n’a pas encore reçu le feu vert des médecins, mais tous les signes laissent présager un retour prochain. Matheson a suivi l’équipe à Columbus, jeudi, et a pris part à trois entraînements avec un chandail ordinaire cette semaine. Vendredi, à l’entraînement, il était jumelé à Joel Edmundson.

Le retour éventuel de Matheson signifie qu’il n’y aura bientôt plus un, mais bien deux défenseurs de trop chez le CH.

Qui dit défenseurs de trop dit compétition. Et selon Joel Edmundson, qui dit compétition dit meilleure équipe.

« Tout le monde veut jouer. […] Quand il y a quelques gars qui se battent pour ton poste, ça te fait élever ton jeu d’un cran et je pense que ça fait juste rendre l’équipe meilleure », a lancé le défenseur de 29 ans.

Se dépasser

Le discours de Martin St-Louis était sensiblement le même : « Ils doivent comprendre que c’est une compétition saine. Avoir cette compétition t’amène généralement à un autre niveau. Je pense que ça va être bénéfique pour leur évolution. »

Depuis le retour d’Edmundson, au début du mois de novembre, c’est surtout Wideman qui a été laissé de côté. Les jeunes Kaiden Guhle, Arber Xhekaj et Jordan Harris ont disputé toutes les rencontres. Avec le retour de Matheson, la pression sera un peu plus grande sur eux. Xhekaj, qui évoluait au côté de Chris Wideman vendredi, a bien conscience qu’il devra lutter chaque soir pour sa place.

« C’est drôle parce qu’avec Kovy [Kovacevic], on se disait qu’on se battait pour la même place, a-t-il raconté. Nous sommes des bons amis et, de toute évidence, nous savons ce que nous avons à faire. Ça n’a rien de personnel, c’est juste comme ça que ça fonctionne dans la ligue. La marge est tellement petite, tu dois te défoncer tous les soirs pour espérer rester dans l’alignement. »

L’Ontarien de 21 ans se croit suffisamment « fort mentalement » pour ce qui s’en vient.

« Je ne pensais pas que je serais ici au début de la saison, je pensais que je serais en bas [avec le Rocket]. Tu dois faire tout ce qu’il faut pour trouver un moyen d’être en haut. »

De l’expérience bienvenue

À ses trois derniers matchs, le Canadien a accordé 15 buts, dont 2 dans un filet désert. Depuis le 28 octobre, soit à ses neuf dernières rencontres, il a accordé en moyenne 4 buts par match, ce qui le place au 27rang de la LNH à ce chapitre au cours de cette période. Ça se passait nettement mieux en début de saison, alors que l’équipe occupait le 12rang avec 2,88 buts accordés par match en moyenne après huit rencontres.

« C’est un peu le style de jeu qu’on joue. On domine, on domine, on domine, et paf, on se tire dans le pied et c’est un but de l’autre bord. [Il y a] 90 % du shift [qui] était bon et 10 % [qui a] fait mal », a noté St-Louis.

« Il faut qu’on soit un peu plus alerte avec le style de jeu qu’on joue, mais on est quand même très efficaces avec la rondelle, a poursuivi l’entraîneur. […] On en parle. »

De l’avis d’Edmundson, même si la faute ne revient pas qu’aux défenseurs, le retour de Matheson devrait aider à cet égard.

« Je pense que [le problème] n’est pas seulement dans notre zone. C’est sur 200 pieds. Nous faisons des revirements en zone neutre et même à notre ligne bleue. Les deux dernières équipes qu’on a affrontées en ont tiré profit, alors il faut qu’on règle ces erreurs. »

— Joel Edmundson

« Quand un gars comme Mike sera de retour… Il utilise ses pieds pour prendre le contrôle dans différentes situations. C’est tout un patineur. Il peut se rendre de l’autre côté de la patinoire et créer de l’offensive. »

Dans tous les cas, l’équipe est jeune et « apprend encore tous les jours », a rappelé le grand no 44. « Nous avons eu une bonne séance vidéo aujourd’hui. Nous avons un peu besoin de ces journées [difficiles]. Tant que nous apprendrons de ça, nous serons une meilleure équipe pour la suite. »

Tortorella en ville

Martin St-Louis aura comme vis-à-vis un homme qu’il connaît bien, samedi soir. Le pilote des Flyers de Philadelphie, John Tortorella, a été son entraîneur pendant plusieurs années quand il évoluait avec le Lightning de Tampa Bay. « Ça va être drôle de coacher contre Torts, a lancé St-Louis. C’est un homme envers qui j’ai beaucoup de respect. Il a eu une grosse influence sur ma vie et ça, ça ne changera pas. » Tortorella n’a pas la langue dans sa poche quand vient le temps de dire son opinion. St-Louis n’a, de toute évidence, pas le même style de coaching, mais il a gardé de son ancien entraîneur son honnêteté. « La vérité, c’est la chose la plus importante pour grandir. Comme n’importe quoi. Que ce soit un jeune que tu essaies d’élever ou un joueur que tu essaies d’améliorer, si tu n’as pas de vérité, ce sera dur de grandir. »

Pitlick rétrogradé

Le Canadien a cédé Rem Pitlick au Rocket de Laval, vendredi matin. Rappelé plus tôt cette semaine, l’attaquant a accompagné l’équipe à Columbus, mais n’a pas été inséré dans l’alignement. L’attaquant Emil Heineman, blessé pendant le camp d’entraînement, a pour sa part été prêté au Leksand IF, en Suède. Les attaquants Evgenii Dadonov, Juraj Slafkovsky et Jake Evans n’étaient pas sur la patinoire avec leurs coéquipiers pour l’entraînement ; ils ont bénéficié d’une journée de traitements. Quant à Joel Armia, blessé au haut du corps, il progresse bien, a fait savoir l’organisation. Aucune date n’a cependant été avancée concernant son retour.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.