Littérature

Sur la table de chevet de… Nicolas Ouellet

Chaque dimanche, une personnalité publique nous confie quelles sont ses lectures du moment. Cette semaine, Nicolas Ouellet, animateur de Jusqu’au bout sur ICI Première et collaborateur à C’est juste de la TV à ARTV.

The Fire Next Time

James Baldwin

Vintage

« Je suis un bon lecteur, mais avec la radio et la télé, j’ai moins de temps en semaine. Je me reprends les week-ends. J’ai lu ce livre assez tard, il y a deux ans seulement. À mon avis, on y retrouve tout ce qu’il y a à comprendre de l’expérience afro-américaine. La lettre que Baldwin adresse à son neveu est à la fois remplie de tendresse, de puissance et de lucidité sur l’expérience noire aux États-Unis, et je dirais que ça s’applique à toute l’Amérique du Nord. C’est aussi une lettre empreinte de clairvoyance et de bienveillance. J’ai l’habitude de surligner beaucoup dans mes livres, car j’aime pouvoir y retourner et retrouver l’état d’esprit dans lequel j’étais la première fois que je l’ai lu. Mais je n’ai rien souligné dans ce livre-là. C’est un ouvrage de référence que j’ai reçu comme une claque en plein visage. »

À noter que ce livre existe aussi en traduction sous le titre La prochaine fois, le feu.

En attendant Bojangles

Olivier Bourdeaut

Gallimard

« Je ne connaissais pas cet auteur, un ancien agent immobilier qui a vu son premier manuscrit refusé par tous les éditeurs. Il s’est réfugié dans la maison de ses parents, en Espagne, et a écrit ce roman en sept semaines. C’est devenu un best-seller. C’est l’histoire d’un amour fou qui règne dans une famille composée d’un père, d’une mère et de leur fils. La mère souffre d’un trouble de santé mentale, elle a des idées de grandeur. Elle ne supporte pas la banalité du quotidien. Plutôt que de la forcer à se faire soigner, son mari et son fils embarquent dans sa folie. Leur vie est une longue fête, remplie d’extravagance. Le titre fait allusion à une chanson de Nina Simone sur laquelle ils dansent dans leur salon. J’ai attendu de terminer le livre avant de l’écouter, et l’émotion que j’ai ressentie a été décuplée. Ça s’est terminé dans les larmes. C’est un très beau roman, festif et mélancolique. »

Wine Simple : A Totally Approachable Guide by a World-Class Sommelier

Aldo Sohm

Clarkson Potter

« Comme bien des gens, je bois plus en pandémie. Je me suis dit que tant qu’à boire, autant connaître le vin et m’instruire. Ce livre écrit par le sommelier du restaurant Le Bernardin, à New York, est super bien fait. Il explique avec beaucoup de clarté tous les aspects du vin : les cépages, les régions, etc. Ce livre a complètement changé ma façon d’approcher le vin. J’ai appris à savoir reconnaître ce que j’aime et je suis devenu un peu obsessif à propos de ce que je bois quand je mange. Après, je me suis acheté d’autres livres sur le vin, mais celui-ci demeure une référence. »

L’actualité des livres

Actualités, nouveautés, rencontres d’auteurs, entrevues… Notre journaliste vous informe de ce qui se passe dans le monde des livres.

Évènement

Salon international du livre de Québec

Le Salon international du livre de Québec a présenté sa programmation aux médias mercredi dernier. Dirigé par l’ancien patron du Festival d’été de Québec Daniel Gélinas, l’évènement se tiendra du 7 au 11 avril prochain en mode virtuel, bien entendu. On a prévu une série de grandes entrevues dans l’espace Auteur.e Studio, clin d’œil à Inside the Actor’s Studio, émission de télé animée durant 24 ans par James Lipton. Au nombre des invités : Ken Follett, Margaret Atwood, Marc Levy, Éric-Emmanuel Schmitt, Patrick Senécal, Kim Thúy, Joséphine Bacon, Michel Jean, Dominique Fortier… Les entrevues seront menées par Claudia Larochelle, Gisèle Gallichan et Denise Bombardier.

Amanda Gorman chez Fayard

Les éditions Fayard publieront La colline que nous gravissons, version française de The Hill We Climb, le poème qu’Amanda Gorman a récité de façon magistrale à la cérémonie de prestation de serment de Joe Biden, en janvier dernier. Le texte sera traduit par Lous and the Yakuza (en nomination dans la catégorie de la révélation féminine de l’année aux Victoires de la musique présentées la semaine dernière, en France). Quant à l’avant-propos, il sera signé par l’animatrice et productrice Oprah Winfrey. Proche d’Amanda Gorman, c’est elle qui lui a offert la bague et les boucles d’oreilles qu’elle portait à l’inauguration.

Cinéma

Édouard Louis sur Netflix

C’est sur la plateforme Netflix qu’on pourra voir The End of Eddy, adaptation de deux romans d’Édouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule et Qui a tué mon père. C’est nul autre que James Ivory qui signe l’adaptation de ces romans autobiographiques, dont l’action se déroule dans le nord de la France. Rappelons que M. Ivory, aujourd’hui âgé de 92 ans, a remporté un Oscar en 2018 pour son adaptation du roman d’André Aciman Call Me by Your Name. Les romans d’Édouard Louis sont entre bonnes mains.

Évènement

Livres comme l’air

Pour attirer l’attention du public sur la situation d’écrivains persécutés, intimidés ou emprisonnés, le Salon du livre de l’Outaouais, de concert avec l’organisme Amnistie internationale, présente une séance de dédicaces bien spéciale. Cinq écrivains québécois seront jumelés à cinq écrivains de la Chine, de la Syrie, de l’Arabie saoudite, du Viêtnam et de la Turquie. Dans un élan de solidarité, les écrivains québécois liront les dédicaces destinées à ces écrivains dont la liberté d’expression est menacée ou carrément niée. C’est Kim Thúy, présidente d’honneur de l’évènement, qui animera la soirée. On rappelle qu’à ce jour, cette activité a donné des résultats : au cours des 20 dernières années, 114 des 184 écrivaines et écrivains soutenus par Livres comme l’air ont été libérés. Les auteures Lucie Pagé, Michèle Vinet et Monia Mazigh, entre autres, participeront à l’évènement, qui se tiendra le 27 février prochain, à 17 h 15, sur le site du Salon ainsi que sur sa page Facebook.

Patrimoine

La bibliothèque d’Umberto Eco

Un jour, on pourra recommencer à voyager. Et si nos pas nous mènent du côté de l’Italie, on pourra peut-être consulter l’impressionnante bibliothèque privée du grand Umberto Eco. Depuis sa mort, en 2016, sa famille était en pourparlers avec l’État italien pour assurer la protection de cette importante collection de plus de 36 000 livres. Les deux parties viennent de conclure une entente : la collection contemporaine de l’auteur du roman Le nom de la rose ainsi que ses archives personnelles iront à la bibliothèque de l’Université de Bologne, où il enseignait. Quant à sa collection de livres anciens – environ 1200 livres –, elle sera confiée à la Bibliothèque nationale Brera, à Milan. La durée de ces « prêts » est d’une durée de 90 ans.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.