Hongrie

3000

La Hongrie n’a gelé qu’« un peu plus de 3000 euros » d’avoirs russes dans le cadre des sanctions adoptées en réponse à la guerre en Ukraine, a déploré dimanche le commissaire européen à la Justice Didier Reynders. À titre de comparaison, l’Union européenne a pour sa part gelé 14,5 milliards d’avoirs de personnalités russes en raison du conflit.

— Agence France-Presse

L’ouragan Fiona plonge Porto Rico dans le noir

L’ouragan Fiona a touché terre dimanche après-midi à Porto Rico, ses rafales de vent et ses pluies torrentielles privant toute l’île américaine de courant, après avoir causé un mort et d’importantes inondations en Guadeloupe.

Fiona s’est abattue à 15 h 20 locales sur la côte sud-ouest de Porto Rico, près de Punta Tocon, amenant avec elle des vents soufflant jusqu’à 140 km/h et menaçant l’archipel « d’inondations catastrophiques » et de coulées de boue.

La dépression, qui est passée dimanche du statut de tempête tropicale à celle d’ouragan de catégorie 1, a entièrement privé d’électricité ce territoire américain des Caraïbes et ses quelque 3,2 millions d’habitants.

« En raison de l’ouragan, le réseau électrique est désormais hors service », a annoncé dimanche le gouverneur de Porto Rico, Pedro Pierluisi, précisant que l’électricité serait rétablie en priorité dans les hôpitaux.

Des crues ont eu lieu dans le sud-est de l’archipel, inondant les routes et certaines zones urbaines, tandis que des toits d’habitations ont été arrachés par le vent dans le sud-ouest, selon des médias locaux.

Des photos publiées sur les réseaux sociaux par les pompiers de l’île montraient aussi des arbres couchés sur la route et d’autres débris.

Le président américain Joe Biden a approuvé dans la matinée la déclaration d’état d’urgence de Porto Rico, une mesure qui permet de débloquer des fonds fédéraux pour les secours, coordonnés par l’Agence fédérale américaine des situations d’urgence Fema.

L’ouragan Fiona devrait « encore se renforcer dans les 48 heures à mesure qu’il se déplace près de Porto Rico et de la République dominicaine », ont précisé les services météorologiques américains.

— Agence France-Presse

Transport vers un lieu de quarantaine en Chine

Un accident d’autocar cause la mort de 27 personnes

Vingt-sept personnes sont mortes dimanche dans le sud-ouest de la Chine lors de l’accident du car qui les emmenait vers un lieu de quarantaine anti-COVID-19, ont annoncé les autorités locales. Le véhicule, qui transportait en tout 47 personnes, « s’est renversé sur le côté », a précisé la police locale, et l’accident a également fait une vingtaine de blessés. L’accident, le plus meurtrier en Chine depuis le début de l’année, s’est produit dans la préfecture de Qiannan, une région pauvre, isolée et montagneuse de la province du Guizhou, où vivent plusieurs minorités ethniques. Le gouvernement provincial a confirmé que le car transportait des personnes « vers le lieu où elles allaient être placées en quarantaine, en lien avec l’épidémie » de COVID-19. Sur les réseaux sociaux, on pleurait les morts, mais cela s’accompagnait de grogne contre la politique « zéro COVID-19 », qui voit souvent les habitants de groupes d’immeubles entiers transportés, souvent de nuit, vers des lieux de quarantaine parfois à plusieurs centaines de kilomètres. — Agence France-Presse

Israël

Découverte d’un caveau funéraire datant de l’époque de Ramsès II

Les autorités archéologiques israéliennes ont annoncé dimanche la découverte d’un caveau funéraire « unique » datant de l’époque du pharaon Ramsès. Le caveau a été découvert accidentellement le 13 septembre dans le parc national de Palmahim, au sud de Tel-Aviv, lorsqu’une machine d’excavation a buté sur un morceau de pierre qui s’est avéré être le toit de cette voûte funéraire. Une vidéo diffusée par l’Autorité israélienne des antiquités montre des archéologues ébahis éclairant à la lampe de poche des dizaines de poteries de formes et de tailles diverses, datant du règne de l’ancien roi égyptien, mort en 1213 avant Jésus-Christ. Des bols – certains peints en rouge, d’autres contenant des os –, des calices, des marmites, des bocaux, des lampes et des pointes de flèches ou de lances en bronze se trouvaient dans la sépulture. Ces objets étaient des offrandes funéraires destinées à accompagner les défunts dans leur dernier voyage vers l’au-delà. Ils ont été retrouvés intacts depuis qu’ils y ont été placés il y a environ 3300 ans. Dans un coin de la sépulture, au moins un squelette relativement intact a été trouvé.

— Agence France-Presse

Afrique du Sud

Le pays plombé par de nouvelles coupures d’électricité draconiennes

L’Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, comptant près de 60 millions d’habitants, est une nouvelle fois frappée par des coupures draconiennes d’électricité, causées par des défaillances d’installations vieillissantes et mal entretenues, a indiqué dimanche la société publique Eskom. Présentant des excuses pour ces nouvelles coupures intenses lors d’une conférence de presse, le PDG d’Eskom, Andre de Ruyter, a annoncé « un niveau élevé de délestage cette semaine ». Sur une échelle de huit niveaux possibles d’intensité, le pays a atteint le sixième stade critique. Cela implique, pour les Sud-Africains et les entreprises, plusieurs coupures, de plusieurs heures, chaque jour. Le président Cyril Ramaphosa a devancé son retour en Afrique du Sud à la suite de cette annonce. Après une rencontre avec le président américain Joe Biden à la Maison-Blanche vendredi, le chef d’État est arrivé dimanche à Londres. « Il rentrera en Afrique du Sud après avoir assisté aux funérailles » de la reine Élisabeth II lundi, a déclaré son porte-parole.

— Agence France-Presse

Conflit Kirghizstan-Tadjikistan

Plus de 90 morts depuis le début des violences

Au moins 94 personnes ont été tuées cette semaine lors d’affrontements frontaliers entre le Tadjikistan et le Kirghizstan, ont indiqué dimanche les deux camps, les pires violences depuis des années entre ces pays qui ont instauré une trêve fragile.

La situation à la frontière disputée de ces deux ex-républiques soviétiques d’Asie centrale était toutefois calme dimanche soir, selon Bichkek, après la signature vendredi d’un cessez-le-feu en urgence.

La diplomatie tadjike a publié dimanche sur Facebook un premier bilan détaillé de son côté, faisant état de 35 morts et de 25 blessés lors des combats entre mercredi et vendredi, et affirmant que la plupart des morts étaient des civils.

Cette source assure que l’armée kirghize a notamment tué douze personnes lors d’une frappe de drone sur une mosquée, six autres lors d’une autre attaque de drone contre une école et sept autres lors de tirs sur une ambulance.

L’AFP n’a pas pu vérifier ces déclarations de source indépendante, dans un pays autoritaire et très fermé à la presse.

Chez les Kirghiz

Pour sa part, dans son dernier bilan, le ministère de la Santé kirghiz a indiqué que 59 Kirghiz avaient été tués dans la région de Batken, située dans le sud-ouest du Kirghizstan et frontalière du Tadjikistan.

Bichkek a également indiqué que 144 personnes avaient été blessées et le ministre des Situations d’urgence, Boobek Ajikeeb, a affirmé dimanche que quatre soldats kirghiz étaient portés disparus.

Le président kirghiz, Sadyr Japarov, a annoncé un jour de deuil national lundi.

Il s’agit d’un bilan humain d’une gravité exceptionnelle depuis l’indépendance de ces deux pays en 1991.

Poutine appelle au calme

Le bilan des combats dépasse désormais largement celui des précédents combats frontaliers d’ampleur, en avril 2021, qui avaient causé la mort d’une cinquantaine de personnes et fait craindre un conflit à plus grande échelle.

Lors d’entretiens téléphoniques, le président russe Vladimir Poutine a appelé dimanche les présidents kirghiz Sadyr Japarov et tadjik Emomali Rakhmon à éviter de nouveaux affrontements, dans ces pays où Moscou joue historiquement le rôle d’arbitre.

« Vladimir Poutine a appelé les parties à empêcher une nouvelle escalade et à prendre des mesures pour résoudre la situation le plus rapidement possible, et cela uniquement par des voies pacifiques et politico-diplomatiques », a indiqué M. Poutine, selon un communiqué du Kremlin.

La situation semblait se stabiliser dimanche. Aucun incident majeur n’a été signalé pendant la journée.

La frontière entre le Tadjikistan et le Kirghizstan est le théâtre de combats réguliers. Près de la moitié des 970 kilomètres de frontière commune est contestée depuis la dislocation de l’URSS, sur fond de tensions pour l’accès aux ressources.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.