Canalisation 5

Une « oreille sympathique » à Washington

Le ministre canadien des Ressources naturelles dit trouver une « oreille sympathique » à Washington concernant le sort de la canalisation 5 d’Enbridge dans les Grands Lacs. Jonathan Wilkinson est à Washington jeudi pour des rencontres avec des élus, des responsables de l’administration de Joe Biden et la secrétaire américaine à l’Énergie, Jennifer Granholm. M. Wilkinson a indiqué que le Canada misait toujours sur le maintien de l’exploitation de ce pipeline transfrontalier, mais il a aussi souligné que le gouvernement étudiait des scénarios d’urgence au cas où un tribunal américain ordonnait la fermeture de cette canalisation. L’État du Michigan souhaite la fermeture définitive de la « canalisation 5 », craignant une catastrophe écologique dans le détroit de Mackinac, entre les lacs Michigan et Huron. Le ministre Wilkinson a aussi indiqué qu’Ottawa n’interviendrait pas dans une affaire judiciaire distincte, au Wisconsin, où un groupe autochtone tente également d’obtenir la fermeture de la canalisation.

— La Presse Canadienne

Jerome Powell reconduit au poste de président de la Fed

Le Sénat américain a confirmé jeudi la reconduction, comme président de la banque centrale (Fed), de Jerome Powell, choisi par Joe Biden pour un second mandat, en pleine séquence de relèvement des taux face à la forte inflation. L’assemblée plénière du Sénat s’est, comme attendu, prononcée en faveur de « Jay » Powell, par 80 voix contre 19. Jerome Powell, ancien juriste et banquier de 69 ans, gouverneur de la Fed depuis 2012, avait été nommé à la tête de l’institution en 2018 par Donald Trump. Il avait alors succédé à Janet Yellen, devenue, depuis, la secrétaire au Trésor de Joe Biden. La décision d’offrir à M. Powell un second mandat de quatre ans avait été annoncée en novembre par Joe Biden. La nomination du président de la Fed est, en matière d’économie, une des décisions les plus importantes du mandat du président des États-Unis.

— Agence France-Presse

États-Unis

La hausse des prix de gros ralentit en avril

La hausse des prix de gros aux États-Unis en avril a évolué au même rythme que l’inflation générale, enregistrant un léger ralentissement par rapport à mars, mais restant à un niveau toujours proche du record enregistré le mois dernier. Selon l’indice des prix à la production (PPI) publié jeudi, les prix ont augmenté de 11 % sur un an, soit un peu moins que les 11,2 % enregistrés en mars, mois qui a marqué la plus forte accélération depuis que cet indice a commencé à être calculé en 2010. En excluant les prix de l’alimentation et de l’énergie, qui avaient été les plus touchés par les répercussions de la guerre en Ukraine, la hausse a été de 6,9 %. Et, sur un mois, les prix progressent bien moins vite qu’en mars, à 0,5 %, comme attendu par les analystes, contre 1,6 %. Les prix de l’énergie avaient en effet flambé en mars avec la guerre en Ukraine.

— Agence France-Presse

Le diamant redevient payant pour Osisko

Appartenant à la société Stornoway, la mine Renard, près de Chibougamau, a vendu 409 000 carats de diamants à un prix moyen de 143,19 $ US (182 $ environ) le carat au premier trimestre 2022.

Redevances aurifères Osisko, dont le siège social est à Montréal, détient un flux diamantifère de 9,6 % sur la valeur de production à Renard. Exceptionnellement, Osisko réinvestissait les redevances dans Stornoway sous la forme d’un prêt mezzanine jusqu’en avril dernier.

Osisko a recommencé à encaisser ses redevances sur Renard le 1er mai. À terme, elle recevra environ 16 millions US par trimestre, si le prix du carat reste au-dessus de 100 $ US.

Au premier trimestre, les revenus d’Osisko ont atteint 50 millions de dollars canadiens.

« Les réductions de coûts de Stornoway, associées au renforcement des prix des diamants, ont permis à Renard de générer des liquidités positives », se réjouit la société dans son rapport financier. Renard a même remboursé au complet les sommes exigibles sur la facilité de fonds de roulement, environ 4 millions.

Stornoway doit encore 28,5 millions à Osisko en prêt mezzanine, lequel arrive à échéance en 2025, avec option de prolonger l’échéance jusqu’en 2028.

Autrefois société cotée, Stornoway a été privatisée en novembre 2019 quand Redevances aurifères Osisko et les créanciers garantis ont converti leurs créances en actions de la nouvelle société détentrice de la mine Renard. Les petits actionnaires ont souffert dans le processus. Stornoway traînait des dettes de 300 millions. La construction de la mine avait coûté 1 milliard. À l’époque, les prévisions tablaient sur un prix de 190 $ US le carat. En 2018 et 2019, le prix est tombé jusqu’à 108 $ CAN.

Une amélioration du prix mondial du diamant était attendue après 2020 à la suite de la fermeture de la mine Argyle de Rio Tinto en Australie, qui a longtemps été la plus importante du monde.

Osisko détient 35,1 % des actions de 11 272 420 Canada, société par actions de Longueuil détenant par le truchement d’une filiale 100 % de Renard. Les autres propriétaires sont Investissement Québec, la Caisse de dépôt et Triple Flag Mining.

Plus grande société aurifère québécoise, Osisko a été créée en 2014. Elle possède plus de 165 redevances et flux de métaux dans les Amériques.

— André Dubuc, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.