Grand gagnant de Star Académie

William, le gentleman académicien

« Je pense que j’en ai encore pour quelques jours à ne pas y croire. »

Sacré grand gagnant de Star Académie lors de la finale qui a été présentée dimanche soir à TVA, William Cloutier se pinçait encore lundi matin, nous confiant lors d’un entretien téléphonique qu’il avait très peu dormi.

« Un peu, deux heures… Mais pour ma blonde, deux heures de sommeil, c’est long, alors je ne vais pas me plaindre ! », lance le chanteur de 25 ans, dont le deuxième enfant est né pendant son séjour à l’Académie.

Le jeune père, qui n’a jamais caché qu’il s’ennuyait de sa famille pendant les 12 semaines qu’a duré l’aventure, est bien sûr content de retrouver un rythme de vie plus « normal ».

« Star Académie, c’est un marathon, un rallye… Passer autant d’heures à répéter, coupé du monde extérieur, ce n’est pas un rythme habituel. » Retrouver le quotidien en famille fera donc du bien, dit-il, tout en précisant que « ça n’enlève pas l’artiste en [lui] ».

« On ne peut pas enlever le papa du gars non plus. Ce qui est certain, c’est qu’ils feront partie de mes futurs beaux projets. C’est important de réussir en famille, et c’est le fun parce que je me sens soutenu par ma blonde. »

Comme un cadeau

Choisi le dernier lors des auditions, armé de son aisance devant les caméras, de son talent et de de sa douce sensibilité, William Cloutier s’est faufilé jusqu’en finale. « Oui, c’est particulier de connaître une remontée comme ça… Un scénario digne d’un film ! », lance-t-il en souriant.

Mais celui qui est déjà un habitué des émissions de téléréalité musicales – il a participé à La cour des grands en 2008, puis à Mixmania 3 en 2012 – n’a jamais rien tenu pour acquis.

« Chaque semaine, c’était une prolongation. Je ne comprenais pas ce qui se passait. C’était un cadeau de pouvoir revenir dans l’autobus avec les autres pour le post-mortem le dimanche soir. »

— William Cloutier

Chaque participant aurait mérité de gagner, estime le chanteur, et il sait qu’il doit au public de s’être rendu jusqu’au bout. « Ça m’a servi, cette attitude. Et en plus, ça évite les déceptions. »

Ce que retient William Cloutier de toute cette expérience, c’est qu’il faut apprendre à se faire confiance et à suivre son instinct. Il est particulièrement fier de ne pas avoir renoncé à présenter une de ses compositions en demi-finale, contre l’avis d’une partie de l’équipe de production.

« Avant, je voulais toujours plaire. Des fois, quand j’avais une bonne idée, si une personne doutait, ça suffisait pour éteindre la flamme. Mais j’ai compris qu’on ne peut jamais faire l’unanimité, et que si on est branché sur son désir profond, c’est rare qu’on se trompe. »

Un échange

Même s’il est aujourd’hui entouré d’une équipe talentueuse et qu’il a confiance en ses bonnes intentions, William entend garder la tête froide et ne pas dire oui à tout.

« Par le passé, on a entendu des histoires d’artistes qui ont fait des albums qui ne leur ressemblaient pas. Mais je pense qu’aujourd’hui, ça n’arrive plus. »

Très populaire sur les réseaux sociaux, il sait qu’en 2021, « on a de moins en moins droit à l’erreur », mais aussi que ce lien avec le public est précieux. D’ailleurs, s’il le pouvait, il écrirait un mot à chaque personne qui a voté pour lui.

« Absolument ! Mais le point positif des réseaux, c’est qu’on peut s’adresser aux gens régulièrement. J’aime cet échange, j’ai une approche très participative. »

C’est le public qui a choisi quelle chanson il allait interpréter en finale (Et je t’aime encore de Céline Dion), et il entend consulter ses fans dans l’élaboration de sa tournée commune avec Lunou, l’autre finaliste, qui est prévue à l’hiver 2022.

« On fait ce métier pour eux, alors si on peut leur donner une place dans notre démarche artistique, c’est encore plus fantastique ! »

Il leur ouvre aussi la porte de sa vie privée tout en gardant une « certaine limite ». « Mais la beauté de la chose est qu’on ne force personne à regarder », ajoute-t-il.

Les temps ont bien changé depuis l’époque de Mixmania, alors que les seuls canaux étaient la télé et la radio. Mais lui, par exemple, est resté le même : ses anciennes fans de « Mix » l’ont d’ailleurs vite reconnu lors de la présentation des auditions, même neuf ans plus tard.

« Ça me fait plaisir d’entendre ça. Ça veut dire que même si j’ai évolué, le fond de qui je suis est resté. »

William Cloutier voit grand et ne manque pas d’ambition ni de projets. Il compte continuer à apprendre, a hâte de partir en tournée, espère trouver des collaborateurs qui l’aideront à définir son univers musical, aimerait jouer dans des comédies musicales ici et ailleurs.

Le tout, bien sûr, en gardant la famille au centre de ses accomplissements.

« Ce qu’on peut me souhaiter ? L’équilibre. Et de rester la même personne que j’ai été durant l’aventure, avec qui les gens auront envie, je l’espère, de faire un bout de chemin. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.