Changements climatiques

Il y a conservateur et conservateur

Selon le dernier sondage d’Angus Reid, les conservateurs d’Erin O’Toole devanceraient les libéraux de Justin Trudeau dans trois provinces sur dix, à savoir l’Alberta, le Manitoba et la Saskatchewan.

Nous avons ici le grenier du Canada qui, avec la Colombie-Britannique, pourrait encaisser le plus durement les changements climatiques au pays, et pourtant, leurs électeurs entendent largement voter pour un parti qui nie les changements climatiques. Incroyable, mais vrai !

L’Allemagne vient de subir des inondations meurtrières. Les conservateurs du plus puissant pays de l’Europe n’ont pas perdu de temps pour identifier le principal responsable de cette catastrophe : le réchauffement climatique. Voici ce qu’a déclaré le conservateur Horst Seehofer, ministre fédéral de l’Intérieur : « Toute personne sensée devrait comprendre que des caprices météorologiques de cette densité et de cette gravité ne sont pas un phénomène normal dans nos régions, mais des conséquences du réchauffement climatique provoqué par l’homme. » Armin Laschet, tête de liste des conservateurs, a de son côté déclaré : « Nous allons faire face à de tels évènements encore et encore. Cela signifie que nous devons accélérer les mesures de protection du climat. »

Peut-on échanger nos conservateurs pour ceux de l’Allemagne, avec compensation financière, si nécessaire ?

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.