Voyage

Zanzibar : île paradisiaque de l’océan Indien

Zanzibar est une superbe destination plage aux eaux cristallines. Cet archipel au large de la Tanzanie a eu une importance névralgique dans l’histoire de l’Afrique de l’Est, notamment pour le trafic des esclaves et la culture des épices. Il offre la parfaite combinaison de farniente, d’activités nautiques et de découvertes pour séduire les touristes avides de dépaysement.

Organiser son séjour

Il est difficile d’explorer toute l’île dans un seul voyage, mais une dizaine de jours donnent le temps de relaxer et de visiter les principaux attraits : le parc national de Jozani où observer de près le colobe roux, un petit singe ; la plongée à Nungwi ou à proximité de l’atoll de Mnemba ; Paje, rendez-vous des amateurs de planche aérotractée (kitesurfing) et son atmosphère baba cool. Sur la côte est, les plages de Jambiani et de Kiwengwa sont magnifiques, tandis qu’à l’ouest, les couchers de soleil offrent un spectacle quotidien. Derrière les petits hôtels, les villages de pêcheurs et de cueilleuses d’algues ont conservé un caractère authentique.  

À la rencontre des habitants de Zanzibar

Ancien sultanat, Zanzibar fut tour à tour une colonie portugaise et britannique. Son caractère métissé est perceptible dans les fêtes traditionnelles qui animent les villages. L’archipel bénéficie d’une température idyllique toute l’année et d’un climat doux. Dans ce pays africain du tiers monde, l’islam est la religion de 99 % de la population. Sans complexes ni intérêt mercantile, les habitants offrent un accueil chaleureux aux touristes. D’ailleurs, outre le classique jambo, jambo ! [bonjour, bonjour ! en swahili], les Zanzibarois ponctuent chaque discussion d’un hakuna matata ! [pas de problème !].

La vieille ville de Stone Town

Le quartier de Stone Town possède quelques joyaux d’architecture, dont de magnifiques portes cloutées et sculptées de motifs floraux, un mélange des cultures swahilie, omanaise et indienne. On y trouve aussi la demeure natale de Freddie Mercury, le plus illustre des Zanzibarois. Pour un arrêt émouvant et incontournable, optez pour le Mémorial du marché des esclaves et son petit musée. L’île a été autrefois la plaque tournante du trafic humain en Afrique de l’Est jusqu’à l’abolition de l’esclavage à la fin du XIXe siècle.

L’île aux épices

Après le tourisme, quelle est l’économie principale de l’île ? Le clou de girofle ! Incontournable d’un séjour sur l’île, une visite dans une ferme, communément appelée spice tour, s’avère vraiment intéressante. Sur ces terres fertiles, on cultive, entre autres, la vanille, le gingembre, la citronnelle, la cardamome et le poivre vert ; durant trois heures, on déambule parmi les plantations, on hume les parfums, en plus de goûter différents fruits, avant de terminer la visite par un repas local. Une véritable expérience sensorielle !

L’île aux tortues

Successivement prison pour les esclaves, résidence officielle du gouverneur britannique et lieu de quarantaine, l’île de Changuu, plus connue sous le nom de Prison Island, est encore visitée aujourd’hui pour ses tortues. On en compte une centaine, et la plus âgée a 169 ans bien sonnés. Les tortues adorent le chou vert dont les régalent les touristes. On peut aussi observer sur l’île des paons et des antilopes miniatures.

Au gré des marées

Les marées sont spectaculaires à Zanzibar. Au petit matin, on peut observer les cueilleuses d’algues, dont les récoltes sont exportées vers le Japon. Accessible à pied uniquement à marée basse, The Rock est le restaurant le plus célèbre de l’archipel. D’ailleurs, on mange bien à Zanzibar, particulièrement à Stone Town, où l’on apprête finement les épices. Dans les restaurants de plage tenus par des expats d’Europe et d’Asie, on sert une cuisine de la mer, simple et fraîche. 

Conseils aux voyageurs

À moins d’être un voyageur expérimenté, il est préférable de faire appel à une agence de voyage, ne serait-ce que pour coordonner la logistique des transferts, les transports et les activités. Il est bien sûr possible de s’immerger dans le quotidien des locaux en utilisant les dala-dala (minibus) pour rejoindre les principaux centres d’intérêt de l’île, mais la promiscuité peut être éprouvante ; le plus simple consiste à recourir aux services d’un chauffeur, mais peu de Zanzibarois parlent anglais. Pour se loger, il y a des options pour tous les budgets ; la plupart des hôtels offrent une formule en demi-pension, avec petit-déjeuner.

Comment s’y rendre 

L’île est bien desservie par les vols internationaux à travers le monde. Certains arrivent directement depuis Doha, au Qatar, ce qui permet aux voyageurs d’Amérique ou d’Europe de s’y rendre facilement. En outre, plusieurs lignes aériennes proposent des vols permettant des correspondances internationales. Le séjour balnéaire à Zanzibar est souvent organisé en combinaison avec un circuit safari, ou un trek avec l’ascension du Kilimandjaro. À noter : un visa est exigé.

Merci à Anne Domingues, de l’agence Bush Knowledge Safaris, www.facebook.com/ bushknowledgesafaris, pour son aide.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.