La grâce du débutant !

L’Américain Collin Morikawa remporte l’Omnium britannique

L’Américain Collin Morikawa a réussi un rare exploit, dimanche à Sandwich, en remportant l’Omnium britannique à sa toute première participation.

Le golfeur de 24 ans a joué un tour final de 66 (- 4) pour un total de 265 (- 15) et une priorité de deux coups sur son compatriote Jordan Spieth. Le Sud-Africain Louis Oosthuizen, qui était en tête depuis le premier tour et qui avait amorcé le tour final avec une priorité d’un coup, s’est contenté d’un 71 (+ 1), pour terminer à - 11, à égalité au troisième rang avec l’Espagnol Jon Rahm.

Le dernier « débutant » à avoir remporté l’Omnium était l’Américain Ben Curtis, en 2003, sur le même parcours du club Royal St. George. Mais si Curtis était tout à fait négligé, avec une cote de 300-1, Morikawa faisait partie des favoris en vertu de son palmarès et de ses performances cette année en tournois majeurs.

C’est une poussée de trois oiselets aux 7e, 8e et 9e trous qui a permis au jeune Américain de prendre une avance de quatre coups au moment d’amorcer le neuf de retour. Il a encore réussi un oiselet au 14e trou, une normale 5, mais c’est surtout son habileté à éviter les erreurs qui lui a permis de se sauver avec la victoire.

Précis avec ses coups de départ, calme et constant sur les verts, Morikawa n’a commis aucun boguey sur ses 31 derniers trous, un nouveau record en tournoi majeur. Morikawa, déjà vainqueur du Championnat de la PGA l’été dernier, est aussi le premier joueur à remporter deux tournois majeurs à ses premières participations.

« C’est de loin l’une des plus belles expériences de ma vie, a souligné le champion. Je suis un peu partial, venant des États-Unis, mais j’ai vu cette semaine les foules les plus incroyables que je n’avais jamais vues. Leurs cris et leur soutien m’ont vraiment aidé. »

« Je pense aussi à ma famille, mes amis, mes parents, mon frère, ma copine, qui n’ont pu faire le voyage en raison de la pandémie, mais qui sont pour beaucoup dans cette victoire. »

— Collin Morikawa

Morikawa a assuré qu’il croyait en ses chances cette semaine.

« Je voulais gagner en arrivant ici. Les gens me disaient de profiter de l’expérience, mais je voulais vraiment gagner. Quand j’arrive à un tournoi que je n’ai jamais disputé, sur des parcours que je ne connais pas, je fais mes devoirs du lundi au mercredi pour m’assurer que j’en sais assez. Disputer l’Omnium d’Écosse la semaine dernière m’en a aussi appris beaucoup, et je crois que j’étais prêt au début du tournoi.

« J’ai réussi à garder ma concentration à 100 % et, même si mon jeu n’était pas toujours parfait, je suis resté confiant. J’ai dû me calmer un peu après ces trois oiselets au milieu de la ronde. Par la suite, je me suis appliqué à y aller un coup à la fois, sans penser trop loin devant moi.

« Marcher dans l’allée du 18e avec toute cette foule autour était vraiment excitant. Nous sommes chanceux et honorés d’avoir eu l’occasion de jouer ici cette semaine, devant autant de spectateurs. J’ai déjà hâte de revenir jouer l’année prochaine, et les suivantes. »

Avec un total de 265 (- 15) , Morikawa a amélioré le record du parcours, 267 (- 13), qui était détenu depuis 1993 par l’Australien Greg Norman. Difficile de ne pas penser que l’Américain remportera le Claret Jug plusieurs fois au cours de sa carrière.

Et il aura tout de suite l’occasion de réussir une autre « première », puisqu’il sera l’un des joueurs américains au tournoi de golf des Jeux olympiques de Tokyo.

Trop peu, trop tard pour Spieth

Vainqueur de l’Omnium en 2017, Spieth aurait bien pu doubler la mise dimanche avec un tour final de 66. Mais il avait un peu gâché ses chances la veille avec des bogueys crève-cœur aux 17e et 18e trous.

« J’essaie de retenir que j’ai eu un bon tournoi, mais j’aurais aimé aller chercher quelques coups plus tôt cette semaine, à la fin de ma ronde de samedi en particulier. Simplement jouer la normale sur ces deux derniers trous aurait pu tout changer. C’est toutefois difficile de combler un écart quand un joueur comme Collin joue aussi bien dans le groupe derrière vous. »

« Je suis déçu en ce moment, mais ma performance confirme que j’ai bien progressé depuis quelques mois et que je commence à retrouver ma forme et surtout ma confiance. »

— Jordan Spieth

Avec des tours de 65, 67, 69 et 66, Spieth est devenu seulement le cinquième joueur à réussir quatre tours sous les 70 coups à l’Omnium. Le Canadien Mackenzie Hughes (66, 69, 68 et 69) était devenu le quatrième un peu plus tôt dimanche en finissant le tournoi à égalité en sixième place. L’autre Canadien, Corey Conners, qui avait amorcé la journée au quatrième rang, a connu des difficultés avec un tour de 73 (+ 3) et il s’est contenté d’une égalité en 16e place.

Déjà deuxième à l’Omnium des États-Unis et au Championnat de la PGA, Oosthuizen a récolté un troisième podium en tournoi majeur cette année. Le Sud-Africain y voyait surtout une formidable occasion ratée. Déjà à - 11 après deux tours de 64 et 65, il n’a pu améliorer son sort pendant le week-end en raison d’un jeu erratique et de cinq bogueys. Le joueur de 38 ans a ainsi laissé filer une chance de récolter un deuxième titre à l’Omnium, après sa victoire en 2010 à St. Andrews.

Jon Rahm, champion de l’Omnium des États-Unis, a joué un tour final de 66 (- 4), mais il a raté de justesse plusieurs coups roulés et aurait sans doute lui aussi pu faire beaucoup mieux.

Derrière les meneurs, quatre têtes d’affiche, Brooks Koepka, Bryson DeChambeau, Xander Schauffele et Rickie Fowler, ont réussi les meilleurs pointages de la journée, des tours de 65. Ils avaient tous gâché leurs chances plus tôt cette semaine.

Koepka a temporairement laissé de côté sa querelle un peu ridicule avec DeChambeau pour expliquer, en résumant aussi l’opinion de beaucoup : « C’est une occasion ratée pour moi. Je joue toujours pour gagner. J’adore ces semaines [de tournois majeurs], quand les conditions sont difficiles, quand on a l’impression que tout est en jeu à chaque coup, quand la pression est à son maximum.

« C’est là que les bons joueurs changent la donne et je trouve cela très excitant. Malheureusement, je n’étais pas dans la lutte cette semaine après ce mauvais tour [72], samedi, et ce résultat dans le top 10 est un peu insignifiant… »

Koepka, Morikawa, Spieth et tous les meilleurs joueurs du monde auront l’occasion de se reprendre l’année prochaine alors qu’on présentera le 150e Omnium britannique. C’est fort logiquement à St. Andrews, sur le célèbre Old Course du club Royal and Ancient, qu’il sera disputé.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.