Actualités économiques

Record de ventes, grands écarts, acquisition et vente

Quelques nouvelles économiques du jour

Nouveau record de ventes de maisons en janvier

Les Canadiens n’ont pas laissé la COVID-19 ou la faiblesse de l’offre de logements à vendre les empêcher d’affluer sur le marché immobilier en janvier, alors qu’ils se sont emparés d’un nombre record de maisons et ont déboursé davantage que les années précédentes. Le nombre de transactions a augmenté de 35,2 % par rapport au mois de janvier 2020, et de 2 % par rapport au mois de décembre, a indiqué mardi l’Association canadienne de l’immeuble (ACI). L’augmentation survient alors que le ratio des ventes nationales aux nouvelles inscriptions est passé à 90,7 %, son niveau le plus élevé jamais enregistré. Le record mensuel précédent, de 81,5 %, avait été établi il y a 19 ans. Le prix national moyen réel d’une maison vendue en janvier était de 621 525 $ – un autre record –, en hausse de 22,8 % par rapport au même mois l’an dernier. Les conditions du marché ont été poussées à des niveaux record en janvier parce que nombre de Canadiens ont retardé la mise en vente de leur maison au milieu de la pandémie, laissant moins d’options aux acheteurs, a souligné l’ACI. Le marché montréalais a enregistré une hausse de 16,6 % de son prix moyen comparativement à janvier 2020, atteignant ainsi 434 200 $.

— La Presse Canadienne

Diversité : de grands écarts à combler

Même si des mécanismes ont été introduits au pays dans le but d’accroître la diversité dans les hautes sphères des entreprises inscrites en bourse, la cadence des renouvellements est généralement « lente », observe l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques (IGOPP) dans une nouvelle analyse. Un an après l’entrée en vigueur des amendements à la Loi canadienne sur les sociétés par actions obligeant les sociétés assujetties au régime fédéral à présenter des renseignements relatifs à la diversité, l’Institut a décidé de brosser un portrait, qui qualifie notamment le gouvernement canadien de « précurseur » en raison du cadre réglementaire mis en place. En moyenne, les conseils d’administration de 76 des 78 entreprises formant l’indice composé S&P/TSX étaient formés par 29,43 % de femmes, 4,47 % de personnes issues des minorités visibles, 0,6 % de membres des groupes autochtones et 0,49 % de personnes avec incapacité. Du côté de la haute direction, ces proportions étaient respectivement de 23,94 %, 7,94 %, 0,14 % et 0,35 %. Si la représentation féminine a presque doublé au sein des conseils d’administration au cours de la dernière décennie, elle demeure néanmoins en deçà de la cible de 40 % établie par l’Institut en 2009 dans le cadre d’une prise de position, est-il souligné dans l’analyse. Seulement 47 % des sociétés observées par l’IGOPP ont fixé un objectif à atteindre en matière de représentation féminine au sein du conseil d’administration, une proportion qui fléchit à environ 18,4 % en ce qui a trait à la haute direction.

— La Presse Canadienne

Amazon acquiert un rival australien

Amazon a acquis Selz, plateforme australienne d’outils de cybercommerce pour les entreprises, après une année qui a consacré la domination du géant des technologies dans ce secteur. La nouvelle de la transaction, dont la somme n’a pas été dévoilée, est sortie mardi dans les médias américains et a été confirmée par les deux entreprises. La multinationale américaine n’a pas souhaité donner plus d’informations sur l’avenir de la jeune pousse en son sein. Les deux entreprises ont simplement précisé que, pour l’instant, rien ne changeait pour les clients actuels de Selz. Amazon tire une part conséquente de ses immenses revenus de sa plateforme de commerce en ligne, grâce à ses propres ventes, mais aussi grâce aux commissions sur les ventes par des tiers, essentiellement des PME. Le sujet est devenu brûlant, car de nombreuses sociétés et des autorités de régulation de la concurrence reprochent au groupe de Seattle d’être à la fois juge et partie sur le site, et d’utiliser à son compte les données sur les produits et les clients des PME.

— Agence France-Presse

Adidas vendra Reebok

L’équipementier sportif allemand Adidas a annoncé mardi qu’il allait vendre sa filiale américaine en difficulté Reebok, dont le sort était incertain depuis plusieurs mois, pour se concentrer sur sa marque. Le groupe « a décidé de lancer le processus formel en vue d’une vente de Reebok », rachetée en 2006 pour 3,1 milliards d’euros, et « se focalisera à l’avenir sur le renforcement de la marque Adidas en tant que leader du marché sportif mondial », a-t-il expliqué dans un communiqué, sans dévoiler à ce stade de potentiels acheteurs. La marque Reebok apparaîtra déjà en dehors du périmètre du groupe à partir des résultats financiers du premier trimestre 2021, est-il précisé. De « plus amples détails » sur l’orientation stratégique d’Adidas jusqu’en 2025 seront également annoncés par le groupe le 10 mars lors d’une présentation du patron danois, Kasper Rorsted, aux analystes financiers et à la presse. Au troisième trimestre de 2020, la marque phare Adidas a vu ses ventes reculer de 2 %, contre 7 % pour sa petite sœur Reebok, qui dépend fortement du marché américain.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.