Chaudière-Appalaches

Québec impose des mesures Spéciales d’urgence

La hausse préoccupante des nouveaux cas dans Chaudière-Appalaches a forcé le gouvernement à instaurer des mesures spéciales d’urgence qui seront en vigueur dès ce lundi à 20 h, jusqu’au lundi 12 avril à 5 h, dans plusieurs MRC de la région.

Après Québec, Lévis et l’Outaouais, ce sont désormais les MRC de Beauce-Sartigan, de Bellechasse, des Etchemins, de La Nouvelle-Beauce et Robert-Cliche qui devront se soumettre aux mesures spéciales d’urgence. Dans ces MRC, le couvre-feu sera ramené de 21 h 30 à 20 h. Les commerces non essentiels seront fermés, et les écoles devront poursuivre les cours à distance jusqu’au 12 avril.

Québec décrète également la fermeture des gyms, des salons de coiffure, des cinémas, des salles de spectacle et des restaurants (sauf pour livraison et comptoir pour emporter). Le nombre maximal de personnes pouvant se réunir dans un lieu de culte est de retour à 25. Les activités extérieures sportives ou récréatives sont permises uniquement avec des personnes résidant à la même adresse ou en groupe de huit personnes avec distanciation physique.

Les services de garde éducatifs à l’enfance demeureront ouverts, mais les parents qui peuvent garder leurs enfants à la maison sont priés de le faire. Les services de garde d’urgence en milieu scolaire n’accueilleront que les enfants dont les parents occupent un emploi figurant sur la liste des emplois et des services prioritaires.

Le télétravail demeure obligatoire pour tous, à l’exception des employés dont la présence est essentielle.

Notons que les MRC des Appalaches, de L’Islet, de Lotbinière et de Montmagny ne sont pas touchées par les mesures spéciales d’urgence.

Mercredi dernier, le premier ministre, François Legault, a annoncé des mesures spéciales d’urgence à Gatineau, à Québec et à Lévis. Le Bas-Saint-Laurent et Chaudière-Appalaches sont également passés en zone rouge pour la première fois depuis le 8 mars. Une hausse importante des nouveaux cas de personnes atteintes de la COVID-19 a justifié cette décision.

Hausse des cas préoccupante dans certaines régions

Ce resserrement des mesures survient au moment où le nombre des cas de COVID-19 dans la province demeure au-dessus de la barre des 1000. Les autorités ont rapporté dimanche 1154 nouvelles infections et 9 décès.

« Malgré une apparence de stabilité [au Québec], certaines régions connaissent une [hausse] des nouveaux cas préoccupante », a indiqué dimanche le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, sur Twitter. Son attention s’est portée sur trois régions : la Capitale-Nationale (+ 239 cas), Chaudière-Appalaches (+ 136 cas) et l’Outaouais (+ 118 cas).

La moyenne mobile des cas quotidiens calculée sur une semaine dans la province est de 1100. Jusqu’à présent, 316 112 Québécois ont contracté le virus. Parmi eux, 295 453 sont rétablis.

Au Québec, 10 693 personnes ont succombé à la COVID-19 depuis le début de cette pandémie. Sur les neuf décès comptabilisés dimanche, deux sont survenus dans les Laurentides et trois, dans la région de Québec. On signale un décès dans chacune des régions suivantes : Montréal, le Bas-Saint-Laurent, la Montérégie et Chaudière-Appalaches.

Les hospitalisations augmentent de un, alors que 502 patients se trouvent en centre hospitalier, dont 128 aux soins intensifs. Il s’agit d’un bond de quatre par rapport à la veille.

Au total, 28 542 tests de dépistage ont été réalisés vendredi.

Les variants gagnent du terrain

Dans son bilan quotidien, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a recensé dimanche 779 nouveaux cas de variants détectés par criblage, pour un total de 10 337. Les cas de variants détectés par criblage représentent 68 % de tous les nouveaux cas rapportés quotidiennement.

La Capitale-Nationale, Laval, l’Outaouais et le Bas-Saint-Laurent sont les régions comportant la plus grande proportion de variants. Le Nord-du-Québec et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine sont les seules régions à n’avoir aucun cas de variant.

L’INSPQ prévoit qu’à la fin du mois de juin, tous les cas de COVID-19 recensés au Québec seront des variants.

La vaccination se poursuit

Le Québec a administré 41 073 doses supplémentaires de vaccin, pour un total de 1 529 541. Jusqu’à présent, 18 % de la population québécoise a été vaccinée. La province a reçu 2 127 605 doses. On rapporte que 135 100 doses du vaccin de Moderna et 339 600 doses de celui d’AstraZeneca ont été reçues. Ces doses seront en transit dans le réseau dès la semaine prochaine, précise-t-on.

Au cours de la fin de semaine, certains élus et certains résidants se sont dits inquiets de voir la vaccination fonctionner au ralenti à Montréal, alors que des plages de rendez-vous demeuraient libres. Le ministre Dubé a indiqué qu’il souhaitait s’assurer que les tous les Québécois de 65 ans et plus puissent avoir leur vaccin pour la mi-avril, avant de permettre aux plus jeunes de se faire vacciner.

Il a ensuite indiqué que 77 % des Montréalais de 60 ans et plus avaient reçu leur vaccin ou pris leur rendez-vous. Jeudi, 34 000 doses destinées à Montréal ont été redirigées en région.

Éclosion au Méga Fitness Gym

« La catastrophe totale », dit Labeaume

Dimanche soir à l’émission Tout le monde en parle, le maire de Québec, Régis Labeaume, a de nouveau ouvertement critiqué le propriétaire de la salle Méga Fitness Gym, Daniel Marino, à l’origine de 147 cas de COVID-19. « C’est la catastrophe totale », a-t-il affirmé. L’éclosion s’est également propagée dans une vingtaine de milieux de travail. « C’est une irresponsabilité envers ses employés, ses clients. Il est actuellement l’homme le plus populaire en ville pour les mauvaises raisons, parce que tous les commerçants lui en veulent à mort », a-t-il ajouté. À l’heure actuelle, les variants représentent 70 % des nouveaux cas de la région de la Capitale-Nationale. Mercredi, le premier ministre, François Legault, a annoncé des mesures d’urgence pour la ville de Québec, dont le retour du couvre-feu à 20 h et la fermeture des écoles et des commerces non essentiels.

— Alice Girard-Bossé, La Presse

Congé pascal

Les autorités à l’affût des rassemblements illégaux

Les policiers étaient aux aguets à l’occasion du congé pascal, afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de rassemblement illégal. « Pour le long congé de Pâques, le SPVM continuait à être présent pour faire respecter les mesures sanitaires à la demande de la Santé publique, afin de limiter la propagation de la COVID-19 », a indiqué le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal, Julien Lévesque. La Sûreté du Québec a aussi augmenté sa surveillance des rassemblements privés et a effectué des contrôles routiers afin de s’assurer du respect du couvre-feu. Une attention particulière a été portée aux mesures sanitaires exceptionnelles mises en place dans la MRC de l’Île-d’Orléans, de La Côte-de-Beaupré et de La Jacques-Cartier. Les informations concernant les rassemblements illégaux au cours de la fin de semaine seront dévoilées mardi.

— Alice Girard-Bossé, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.