Adolescente disparue à Magog

Coralie Lessard retrouvée sans vie

Coralie Lessard, une adolescente de 15 ans qui était portée disparue depuis samedi après-midi en Estrie, a été retrouvée sans vie jeudi matin.

« Quand j’ai appris sa disparition, j’étais sous le choc. Je ne comprenais pas ce qui se passait. J’avais beaucoup de peine, mais je suis restée optimiste et je me disais qu’elle allait revenir », témoigne Laurie-Ann Harvey, la cousine de Coralie.

Après cinq jours de recherche intensive, le corps inanimé de la jeune fille a été retrouvé par les policiers de Memphrémagog vers 10 h 45 jeudi.

« Quand ma mère m’a annoncé la nouvelle par téléphone, elle pleurait énormément. C’est extrêmement difficile. Je suis très émotive. »

— Laurie-Ann Harvey, cousine de Coralie Lessard

Selon les autorités, Coralie était en détresse psychologique et les enquêteurs avaient des raisons de croire qu’elle pouvait s’en prendre à elle-même. Une lettre écrite par la jeune fille confirmant sa détresse avait été retrouvée plus tôt.

Ses proches décrivent Coralie comme une enfant enjouée et toujours de bonne humeur. « Elle était vraiment une personne heureuse, toujours souriante et qui riait tout le temps, se remémore sa cousine. Elle était timide, mais dès qu’elle apprenait à connaître quelqu’un, c’était vraiment une personne enjouée. »

Vers l’âge de 9 ans, Coralie a commencé à se refermer sur elle-même. « Elle avait plus de difficulté à s’ouvrir, elle avait de la difficulté à s’approcher des autres pour se faire des amis et elle restait dans son coin », raconte Nancy Grimard, l’ancienne conjointe du père de Coralie, qui considère l’adolescente comme sa propre fille.

Les recherches

Samedi dernier, Coralie Lessard avait quitté à pied sa résidence familiale du secteur Omerville, à Magog, vers 16 h, et n’est pas revenue à la maison par la suite. Des chasseurs avaient vu la jeune femme sur un chemin boisé près des lieux environ une heure après son départ de la maison.

Près de 200 intervenants ont participé aux recherches, ratissant environ 10 kilomètres carrés de terrain boisé. Les moyens déployés pour la retrouver étaient nombreux : véhicules tout-terrain, hélicoptère, maître-chien, embarcation nautique et drones.

Depuis les derniers jours, les propriétaires de résidences des secteurs d’Omerville et de Venise à Magog étaient invités à faire des vérifications régulières de leurs dépendances et vérifier les endroits où l’adolescente aurait pu se réfugier.

Après plus de quatre journées de recherches intensives, la Régie de police de Memphrémagog avait mis fin mercredi soir au ratissage du territoire, puisqu’aucune trace de Coralie n’avait été trouvée.

Mais la mère de Coralie ne voulait pas baisser les bras. Mercredi soir, elle a créé le groupe Facebook « Ensemble pour Coralie », où elle invitait les citoyens à une marche à Magog samedi matin à 9 h, afin de tenter de retrouver sa fille.

En quelques heures à peine, le groupe avait rassemblé des milliers d’internautes.

« Au moins, ils l’ont retrouvée »

En matinée jeudi, les recherches se poursuivaient au ralenti en Estrie. Les rues de Magog étaient calmes, alors que quelques policiers de la Sûreté du Québec et de la Régie de police de Memphrémagog assuraient une présence près de l’endroit où elle avait été vue pour la dernière fois par les chasseurs.

Quelques mètres plus loin, un duo de patrouilleurs manœuvrait un drone au-dessus d’un boisé. D’autres policiers poursuivaient leurs recherches dans des endroits isolés à l’extrémité de la zone de recherche initiale, dans le but de couvrir au maximum la zone où Coralie Lessard pouvait potentiellement se trouver.

En début d’après-midi, son décès a été annoncé publiquement. « Elle a été retrouvée sans vie ce matin », a écrit brièvement la mère de Coralie, Annie Lessard, dans un message Facebook, accompagné d’une émoticône d’une personne en pleurs.

Le corps de l’adolescente a été retrouvé dans un endroit isolé, un boisé à environ un kilomètre à l’ouest de l’endroit où elle avait été aperçue la dernière fois par les chasseurs.

« Au moins, ils l’ont retrouvée. Ça va permettre à la famille de faire son deuil », lance Mme Grimard.

Des centaines de messages de condoléances affluaient, jeudi après-midi, sur le groupe Facebook créé par la mère.

« Tu laisses un gros vide, mais je suis tellement fière de toi pour tout ce que tu as réussi à accomplir dans ta courte vie. T’as ensoleillé mes journées et tu m’as toujours aidé à passer à travers tout. […. ] T’étais une personne magnifique, toujours souriante et super drôle. Mes plus beaux moments sont ceux passés avec toi. T’es ma meilleure amie et tu le seras toujours », a déclaré sur Facebook son amie Britany Côté, accompagnée d’un montage photo des deux amies.

Une enquête du coroner sera faite afin de déterminer la cause exacte du décès. « Cependant, rien n’indique à ce moment-ci de l’enquête que l’adolescente aurait été victime d’un acte criminel », a indiqué le corps de police dans un communiqué.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.