Dans une jungle virtuelle à Pointe-Calumet

Il y a des sorties estivales incontournables que l’on répète avec joie année après année. Dans la famille de notre journaliste, la journée aux glissades d’eau est un classique. Impossible d’imaginer les vacances sans un arrêt dans un parc aquatique. C’est donc avec enthousiasme que ses filles et elle ont testé la rivière Zéphyr, nouvelle attraction du Super Aqua Club de Pointe-Calumet. Aperçu et impressions.

« Une expérience unique au monde. » Voilà comment le Super Aqua Club présente sa nouvelle attraction, la rivière Zéphyr. Intrigant, non ? Avouons que cette simple citation fait grimper les attentes.

Le début de cette balade aquatique ne révolutionne pas le genre. On s’installe chacun dans son tube ou avec son enfant sur soi. Ce qui rend cette rivière lente si différente, c’est le tunnel immersif que l’on découvre quelques mètres plus loin.

Alors qu’on pénètre dans cette section couverte du parcours, un orage fait rage. On entend le tonnerre gronder et les cris des singes et d’autres animaux qui habitent cette jungle virtuelle. Flavie, 4 ans, observe avec fascination les éclairs apparaître sur les parois sombres de la structure. « Wow », souffle-t-elle, en pointant les faisceaux lumineux. Une bruine flotte dans le tunnel alors qu’on se dirige (déjà !) vers sa sortie. « C’était vraiment cool », affirme Violette, 8 ans, immédiatement secondée par ses deux sœurs.

La balade n’est pas terminée. Tout au long du parcours, on croise de nombreux jets d’eau. Rester au sec sur son tube ? Mission impossible dans cette nouvelle attraction qui remplace Le marais. Et c’est tant mieux ! Un moment rafraîchissant jusqu’à la fin.

Verdict après cette première expérience ? Le tunnel est vraiment impressionnant, mais on aurait aimé qu’il soit plus long. Ce n’est pas la première fois que Nadine St-Amant, présidente du Super Aqua Club, entend cette remarque. « Les gens s’attendent à ce que le tunnel dure tout le parcours. Il faut gérer cette attente-là. Le tunnel en soi est assez dispendieux », indique-t-elle en entrevue sur la plage du parc aquatique qui regroupe 45 attractions et glissades d’eau.

« [Le parcours] a aussi été fait dans le but d’amener les gens à vouloir le refaire et le découvrir un peu plus chaque fois », poursuit celle qui est copropriétaire de l’endroit depuis 2019.

Car même si traverser les 75 pi du tunnel prend environ 30 secondes, l’animation entière dure 5 minutes. À chacune des traversées de la rivière Zéphyr, on vit donc une aventure différente. Un deuxième essai s’impose. D’autant plus qu’en ce jeudi du début du mois de juillet, la file d’attente est très courte.

Cette fois-ci, en pénétrant dans le tunnel, on voit une impressionnante chute d’eau sur laquelle un colibri apparaît. C’est désormais le jour dans cette mystérieuse forêt tropicale. Il semble y avoir plus de jeux de lumière et de bruine que lors de notre passage précédent. A-t-on la berlue ?

« Ce qui est intéressant dans le tunnel, c’est qu’il y a des détecteurs de mouvements. Plus il y a de gens, plus il y a de choses qui s’activent. »

— Nadine St-Amant, présidente du Super Aqua Club

Ce deuxième essai a plu davantage aux trois sœurs. Les deux plus vieilles, qui voguaient quelques mètres devant leur mère, ont même vu… un tigre ! Le moment fort de l’animation, selon Nadine St-Amant.

Une attraction 100 % québécoise

La rivière Zéphyr a été développée en collaboration avec le fabricant québécois Vortex International.

« Ce qui la rend unique, c’est la combinaison de nombreux facteurs immersifs, que ce soit le son, la lumière, les projections, le fait que l’on utilise aussi vraiment la dimension de l’eau. D’avoir tout ça ensemble, ça n’avait pas encore été fait dans le monde dans un parc aquatique. »

— Nadine St-Amant, présidente du Super Aqua Club

La présidente du Super Aqua Club se dit très fière que ce projet ait été mené par des entreprises québécoises.

Le côté évolutif de la nouvelle attraction inspire beaucoup Nadine St-Amant. Une thématique différente pourrait être présentée dans le tunnel dans quelques années, ce qui permettrait d’offrir une aventure renouvelée aux baigneurs, avance-t-elle. « On a plein d’idées pour l’avenir. »

Un autre exemple ? « Peut-être faire un parcours ludique en soirée. On pourrait ajouter des lumières plus loin dans le parcours et des projections », répond Nadine St-Amant, visiblement emballée par le projet. « On est au début de quelque chose. »

D’autres parcs aquatiques, d’autres nouveautés

Sommet Saint-Sauveur

Pas besoin de se mouiller pour essayer la nouveauté du Sommet Saint-Sauveur. Turbo Pinso est une glissade sèche qui permet à quatre participants de courser les uns contre les autres. Celle-ci est l’un des six manèges du parc F.U.N., dont l’accès est inclus à l’achat d’un billet journalier au parc aquatique.

Bromont

À Bromont montagne d’expériences, les tout-petits peuvent profiter depuis peu d’une nouvelle attraction, Les moussaillons, dans laquelle ils glissent seuls, comme des grands. Un chalet avec terrasse a aussi été récemment inauguré tout près de la piscine à vagues.

Amazoo

Tout l’été, le Zoo de Granby et l’Amazoo accueillent l’exposition Animabloc. D’imposantes sculptures d’animaux créées en blocs de construction sont dispersées sur tout le site. Du côté du parc aquatique, notons aussi le retour du bassin de mousse, une attraction originale qui amuse grandement les enfants.

Éco-Parc des Etchemins

Dans Chaudière-Appalaches, l’Éco-Parc des Etchemins ajoute deux glissades d’eau aux trois existantes. D’une longueur de 44 m chacune, les Aquatwist sont deux tubes fermés accessibles aux adultes et aux enfants de 1,22 m et plus. La plage, la piscine à vagues de même que la pataugeoire et son bateau pirate sont aussi là pour vous rafraîchir.

Aquaparc H2O

L’été 2022 marque l’ouverture de trois nouvelles attractions du côté de l’Aquaparc H2O. Avec leurs différents couloirs, Les 4 surfeurs permettent de faire la course contre ses amis. Situées tout près, les glissades Petite vague et Grande vague s’ajoutent aussi à l’offre du parc aquatique de Trois-Rivières.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.