Brooks en renfort, Poehling à Montréal… pour l’instant

Le Canadien a réglé un problème et en a pelleté un autre vers l’avant, lundi.

À l’évidence insatisfait de la profondeur de son club à la position de centre, le directeur général Marc Bergevin a fait l’acquisition d’Adam Brooks, placé au ballottage la veille par les Maple Leafs de Toronto.

Avec cet ajout, le Tricolore se retrouvait avec 24 joueurs actifs, soit un de trop pour sa formation qui devait être finalisée avant 17 h, heure limite imposée par la LNH à toutes les équipes pour se conformer au plafond salarial avant le premier match de la saison. Le sort de Ryan Poehling, seul réserviste du club qui pouvait être cédé à la Ligue américaine sans lui-même passer par le ballottage, demeurait donc en suspens.

Or, en fin d’après-midi, l’équipe a publié sa formation finale de 23 joueurs dans laquelle on pouvait lire le nom de Poehling. Jusqu’à preuve du contraire, l’Américain de 22 ans a donc partiellement atteint son objectif d’amorcer la saison avec le Tricolore.

Par contre, pour que le compte soit bon, on a retiré le nom du défenseur Sami Niku. Victime d’une commotion cérébrale le vendredi 1er octobre, le Finlandais a été placé sur la liste des blessés. Au lendemain du choc, l’organisation avait évoqué une absence d’une durée « indéterminée ». Niku a toutefois pris part à un entraînement complet, sans contrainte apparente, lundi matin. À moins d’avis contraire, son retour en santé ne saurait tarder.

Sans Niku, et en l’absence de Joel Edmundson, qui n’a pas patiné avec ses coéquipiers de tout le camp d’entraînement et qui ratera le début de la saison, la défense du Canadien ne compte pour l’instant que sur six patineurs.

En contrepartie, on retrouve 15 attaquants, un nombre étrangement élevé, ainsi que 2 gardiens. Les équipes de la LNH privilégient généralement des formules à 14-7-2 ou 13-8-2.

On peut présumer que la situation, précaire, à seulement six défenseurs ne sera pas privilégiée très longtemps. Surtout alors que le Canadien s’envole dès ce mardi après-midi pour Toronto, où il disputera son match inaugural. Il est inhabituel que l’équipe voyage sans au moins un réserviste en attaque ou en défense.

Si Niku est rapidement retiré de la liste des blessés, ou encore si le Canadien procède à un rappel, il y aurait de nouveau un joueur de trop.

Poehling serait encore le plus susceptible de se retrouver dans la Ligue américaine, quoique l’entraîneur-chef Dominique Ducharme avait affirmé lundi que le jeune homme serait « encore là » mardi matin. On pourrait également soumettre Alex Belzile au ballottage en vue d’un renvoi chez le Rocket de Laval.

Voilà Brooks

Adam Brooks, 25 ans, n’a disputé que 20 matchs en carrière dans la LNH, dont 2 lors des dernières séries éliminatoires contre le Canadien. Il s’est toutefois révélé comme un joueur extrêmement efficace défensivement, capable de neutraliser les chances de marquer de qualité de l’adversaire.

Il a cependant été un faible contributeur au chapitre des mises en jeu l’année dernière chez les Leafs, qui ne lui ont confié que 17 missions au cercle en 11 rencontres pendant la saison. Il a remporté seulement 41,5 % d’entre elles (7/17).

Le Manitobain a été un choix de 4e tour des Leafs (92e au total) en 2016.

Son arrivée marque un recul manifeste de Poehling dans la hiérarchie des joueurs de centre de l’organisation.

L’Américain de 22 ans s’était amené au camp avec l’objectif d’obtenir le poste de quatrième centre du Canadien. Mais rapidement, c’est Cédric Paquette qui a semblé prendre l’avantage dans la course à cette assignation. Ducharme a même donné une chance à Mathieu Perreault, qui n’a pas joué avec régularité à cette position depuis la saison 2014-2015.

Logiquement, Paquette ou Brooks sera le quatrième centre en uniforme mercredi à Toronto.

Primeau et Guhle dans les mineures

En matinée, le Canadien avait retranché le gardien Cayden Primeau et le défenseur Kaiden Guhle. Le premier se rapportera donc au Rocket, dans la Ligue américaine, et le second, aux Raiders de Prince Albert, dans la Ligue junior de l’Ouest.

Pour Primeau, il ne manquait plus que cette confirmation, car avec l’arrivée à Montréal de Samuel Montembault la semaine dernière, il était devenu évident que le jeune homme se destinait au Rocket.

L’entraîneur-chef Dominique Ducharme a expliqué que l’organisation désirait que Primeau dispute « beaucoup de matchs », ce qu’il n’aurait pu faire comme adjoint à Jake Allen avec le Canadien. De fait, le gardien de 22 ans ne compte toujours que 55 matchs d’expérience chez les professionnels, dont 6 dans la LNH.

Quant à Guhle, il peut prendre le chemin de la Saskatchewan avec le sentiment du devoir accompli. Il a été le dernier défenseur à être retranché au camp d’entraînement. Il a en outre disputé trois matchs préparatoires. L’assurance et l’efficacité qu’il a démontrées n’ont échappé à personne, et Ducharme en a encore parlé, lundi matin, en termes plus qu’élogieux. « Tout est positif dans son cas », a-t-il estimé.

« Il a fait beaucoup de bonnes choses, a résumé l’entraîneur-chef. On a pu voir qu’il avait une longue carrière devant lui et qu’il connaîtra du succès à long terme. Il a le type de personnalité pour devenir un leader dans cette équipe. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.