La Banque Silicon Valley s’implante à Montréal

La Banque Silicon Valley, qui se présente comme la banque des entrepreneurs technos et dont la valeur au NASDAQ a explosé durant la pandémie, a dorénavant une présence à Montréal.

Jusqu’à tout récemment directeur des investissements chez Desjardins Capital, Karl Théart vient d’être embauché par l’organisation californienne pour devenir l’antenne locale de la Banque Silicon Valley dans la métropole.

Son mandat est de se présenter comme un partenaire financier auprès des entrepreneurs québécois qui se spécialisent en technologies et en sciences de la vie, les deux grandes spécialités de la banque.

Karl Théart offrira aux entrepreneurs d’ici des possibilités de financement, notamment sous forme de prêts, pour appuyer la croissance de leur entreprise en démarrage.

« Le Québec est un marché extrêmement porteur. Il y a beaucoup d’activités ici. C’est un incontournable, dit le banquier de 33 ans. On va s’ajuster aux besoins des clients. »

La Banque Silicon Valley peut accompagner ses clients de ses débuts jusqu’à un premier appel public à l’épargne.

La direction prétend que 63 % des entreprises en technologies ou en sciences de la vie financées par du capital de risque ayant fait le saut à la Bourse au cours de la première moitié de 2021 sont des clients de la Banque Silicon Valley.

Au Québec, des entreprises comme Paper, Accedian Networks et même la firme privée d’investissement White Star Capital sont déjà des clients de la Banque Silicon Valley.

Après Vancouver l’année dernière et Toronto en 2019, c’est maintenant à Montréal que la Banque Silicon Valley décide d’établir une présence physique pour poursuivre son expansion.

Pour les six premiers mois de l’année, la banque souligne que près de 1 milliard de dollars ont été injectés à Montréal en capital de risque dans le secteur de l’innovation.

Multipliée par cinq

L’action de la Banque Silicon Valley est une des plus performantes de l’indice S&P 500 depuis le début de la pandémie. Elle s’est multipliée par cinq depuis son creux atteint en mars 2020. La capitalisation boursière de l’organisation frôle aujourd’hui la barre des 40 milliards US.

« Il y a un contexte de marché, dit Karl Théart. La technologie est un secteur que la banque a beaucoup soutenu durant la crise sanitaire. Mais le fruit du succès vient aussi des entrepreneurs avec lesquels on a collaboré », précise-t-il.

Fondée en 1983 par un ancien banquier chez Wells Fargo et un professeur de l’Université Stanford, la Banque Silicon Valley a installé son siège social à Santa Clara, au cœur de la Silicon Valley.

La Banque Silicon Valley a aidé quelque 30 000 entreprises depuis sa création. Des entreprises internationales comme Cisco, Shopify, Airbnb, Coinbase, Fitbit et Pinterest ont toutes été liées à la Banque Silicon Valley au fil des années.

Revue boursière

Wall Street inquiète des résultats d’entreprises et du pétrole

La Bourse de New York a terminé en baisse lundi, inquiète de résultats d’entreprises moins bons qu’attendu ainsi que de la flambée des prix de l’énergie. Le Dow Jones a abandonné 0,72 %, à 34 496,06 points. La journée de lundi était fériée aux États-Unis et a été marquée par un volume d’échanges assez faible, qui a contribué à la volatilité des indices. La Bourse de Toronto était fermée en raison de l’Action de grâce. — Agence France-Presse

Airbus

40 livraisons et une seule commande

Airbus a livré 40 appareils en septembre, mais a annoncé lundi n’avoir enregistré dans son carnet qu’une seule nouvelle commande au cours du mois. Cette commande concerne un A319neo pour un client privé non précisé. Elle porte à 270 le nombre total de commandes brutes depuis le début de l’année. Dans le même temps, l’avionneur européen a enregistré 137 annulations. Airbus a par ailleurs livré 4 monocouloirs A220 en septembre, dont le premier des 60 appareils commandés par Air France en juillet 2019. Depuis le début de l’année, Airbus a livré 424 avions commerciaux à 74 clients, contre 341 sur la même période en 2020. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.