Petit guide du bon voisinage

Contrecoup de cette époque pandémique, les voisins se côtoient de loin. Certains sont peut-être soulagés de ne plus avoir à se demander s’ils doivent ou non piquer une jasette avec la voisine lorsqu’ils la croisent en sortant le bac de recyclage ! Parce que les règles non écrites du parfait voisin ne viennent pas avec les clés de la propriété, voici un petit guide (sans prétention) du bon voisinage.

Respect des règles

La base, c’est déjà de connaître et de respecter les règles qui sont, elles, écrites en toutes lettres. À partir de quand pouvez-vous commencer la construction de votre nouveau cabanon par un beau samedi matin ? À quelle heure devriez-vous baisser le son du cinéma maison si vous habitez un plex ? Êtes-vous en droit d’installer un foyer extérieur sur votre terrain et à quelle distance de la haie mitoyenne ? Les règlements municipaux, ceux de votre copropriété ou de votre immeuble locatif fournissent déjà un cadre qui répond à bien des questions.

Cordiales salutations

Pas toujours évident de jauger le degré d’intimité à privilégier dans les relations de voisinage ! Ce qui est certain, c’est que les salutations d’usage sont de mise quand vous croisez vos voisins. Un simple « bonjour » bien senti établit les bases d’un climat de bonne entente. De fil en aiguille, vous verrez bien si vos voisins semblent prédisposés à échanger quelques banalités de plus.

Les décibels de trop

Entre voisins, il est agréable de bien s’entendre… mais de ne pas trop s’entendre. La nuisance sonore fait partie de la liste des griefs les plus fréquents. Si votre aire de vie est contiguë à celle de vos voisins, vos activités quotidiennes pourraient nuire à leur tranquillité sans que vous le réalisiez. Pensez à installer des tapis dans les couloirs et zones passantes, à retirer vos chaussures à l’intérieur, à poser votre vélo elliptique sur un tapis de caoutchouc ou à faire fonctionner le sèche-linge à des heures raisonnables. À l’extérieur, portez aussi attention à votre impact sonore : le son voyage au-delà des haies et des clôtures.

Végétation luxuriante

Gardez à l’œil la végétation qui prolifère sur votre terrain. Les pelouses où foisonnent les pissenlits devraient être traitées pour éviter la propagation. Les haies qui envahissent le terrain voisin, elles, doivent être entretenues et taillées. Même chose pour les branches d’un arbre qui s’étendraient au-delà de votre propriété : il est de bon ton de vérifier qu’elles ne gênent pas les propriétaires d’à côté.

Comme chien et chat

Pour que l’harmonie règne dans le quartier, veillez à ce que vos animaux domestiques n’aillent pas importuner tout le voisinage. Promenez-les en laisse, ramassez ce qu’ils sèment sur leur passage et tenez-les à l’écart des bacs de sable où jouent les enfants. Si vous n’êtes pas certain que Fido aboie lorsque vous êtes au boulot, vous pouvez vous en enquérir auprès de vos voisins. C’est un bon moyen de briser la glace et de montrer que vous vous préoccupez de leur quiétude.

Actes de bonté spontanés

Fondamentalement, le bon voisinage ne se résume pas à une liste d’interdits. Les voisins sont souvent en première ligne quand un pépin survient : dégât d’eau, voiture enlisée, réception d’un colis urgemment attendu. Les bonnes relations reposent avant tout sur l’entraide et les petits services rendus entre voisins. Personne ne reste indifférent en trouvant son entrée déneigée, sa pelouse tondue ou des légumes du jardin déposés à sa porte par pure gentillesse. Une BA par-ci par-là fait d’un quartier un lieu où il fait bon vivre.

Et le télétravail dans tout ça ?

Il est fort possible que vos voisins ou vous-mêmes travailliez de la maison en ce moment, ce qui peut entraîner des ajustements à votre dynamique. Vous ne devriez pas vous empêcher de passer l’aspirateur parce que l’occupant du condo sous le vôtre travaille à distance, mais en revanche, éviter d’aller cogner pour lui emprunter du lait pendant les heures de travail…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.