Les vins de la semaine

pour l’apéritif

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir un vin local et deux autres du Vieux Continent, tous indiqués pour l’heure de l’apéro. D’ailleurs, jusqu’au 13 octobre, pour tout achat d’un produit du Québec à la SAQ, un repas sera remis aux Banques alimentaires du Québec (BAQ). Profitez-en pour faire d’une pierre, deux coups : soutenir nos vignerons québécois, et aider les BAQ à nourrir les plus de 500 000 personnes au Québec qui, chaque jour, ne mangent pas à leur faim.

Notre choix local

Établi à Saint-Paul-d’Abbotsford, au pied du mont Yamaska, ce domaine fait partie de la région viticole des Versants montérégiens. On y cultive uniquement des cépages hybrides. Cette cuvée est élaborée avec du cayuga, du frontenac blanc et du seyval. Elle offre un nez tout en fraîcheur, avec des notes d’agrumes surtout, de fleurs blanches et de melon miel. La bouche suit, tout aussi fraîche, légère et pimpante. Rien de très complexe, le vin, sec, fait quand même preuve de tenue, et même d’une certaine longueur. Il sera parfait pour l’apéritif ou pour accompagner des poissons et fruits de mer, simplement grillés ou frits, un ceviche ou bien une salade aux agrumes et au fenouil.

Garde : de 1 à 2 ans

Les Artisans du Terroir Prémices Vin du Québec 2019, 17,05 $ (14567593), 12 %

Éclatant gamay

Dans cette petite appellation du Pays nantais, sur des sols de schistes et de gneiss, le gamay règne en maître pour l’élaboration des vins rouges et rosés. Et entre les mains de la famille Landron, il donne des vins pleins d’éclat et de vitalité. Comme celui-ci : une délicieuse cuvée 100 % gamay, qui représente à merveille le caractère croquant, juteux et gouleyant du cépage. Tout plein de petits fruits rouges et quelques notes épicées, poivrées au nez, précèdent une bouche gourmande, tout en fraîcheur. Très sec, avec juste un peu de tanins qui apportent du relief, il appelle les amis et la nourriture. À servir rafraîchi, avec des charcuteries, une salade de betteraves ou encore un steak tartare ou un poulet rôti.

Garde : de 2 à 3 ans

Bernard et Benoît Landron Coteaux d’Ancenis Esprit Détente 2020, 19,75 $ (14172612), 12,5 %, bio

Minéral et salin

Dönnhoff, un domaine familial de la région de Nahe en Allemagne, est un des meilleurs producteurs du pays. Ce vin sec est une excellente introduction au style de la maison : droit, épuré, minéral. Il offre un nez fin, retenu, où les notes de pêche, d’agrumes et d’aiguilles de pin se pointent au travers d’une forte impression minérale, comme de la poussière de roche. La bouche fait preuve de fraîcheur, accentuée par un peu de gaz carbonique, et de tension, mais aussi de matière, d’une certaine mâche, malgré sa légèreté et son faible taux d’alcool, et d’une finale saline. Une fois ouvert, le vin se garde très bien plusieurs jours : le gaz s’estompe et le fruit se développe. À déguster à l’apéro, avec une salade de crevettes, un poisson frit, en tartare ou avec un jus agrumes et romarin.

Garde : de 4 à 6 ans

Riesling Trocken Dönnhoff 2020, 24,90 $ (13510552), 11,5 %

Plat chic pour l’Action de grâce

Cette recette est un clin d’œil à un grand classique de la gastronomie française : le canard à l’orange. Elle transforme le carré de porc en un vrai plat de fête. Une option d’un chic fou pour recevoir à l’Action de grâce, si on a envie de changer un peu de la dinde.

Carré de porc, sauce à l’orange

Préparation : 30 minutes

Cuisson : 1 heure

Rendement : 6 portions

INGRÉDIENTS

Carré de porc

• 15 ml (1 c. à soupe) de moutarde à l’ancienne

• 15 ml (1 c. à soupe) de miel

• 1 gousse d’ail, hachée

• 1 carré de porc de 6 côtes d’environ 1,8 kg (4 lb)

• 15 ml (1 c. à soupe) d’huile d’olive

Purée de courge

• 1 oignon, haché

• 40 g (3 c. à soupe) de beurre

• 840 g (6 tasses) de courge Butternut pelée, épépinée et coupée en cubes

• 60 ml (1/4 de tasse) d’eau

Sauce à l’orange

• 15 ml (1 c. à soupe) de fécule de maïs

• 30 ml (2 c. à soupe) d’eau

• 60 g (1/4 de tasse) de cassonade

• 30 ml (2 c. à soupe) de vinaigre de vin rouge

• 1 petit oignon rouge, haché

• 1 gousse d’ail, hachée

• 1 orange, le zeste râpé finement

• 125 ml (1/2 tasse) de jus d’orange

• 310 ml (1 1/4 tasse) de fond de veau

PRÉPARATION

Carré de porc

1. Placer la grille au centre du four. Préchauffer le four à 200 °C (400 °F).

2. Dans un bol, mélanger la moutarde, le miel et l’ail. Réserver.

3. Dans une grande poêle allant au four, à feu moyen-élevé, dorer le carré de porc dans l’huile. Saler et poivrer. À l’aide d’un pinceau, badigeonner le carré du mélange de moutarde et le placer couché sur les os, dans la poêle.

4. Cuire au four 55 minutes ou jusqu’à ce qu’un thermomètre inséré au centre de la viande indique 57 °C (135 °F). Réserver le carré de porc sur un plat de service et couvrir de papier d’aluminium sans serrer. Laisser reposer jusqu’à ce que la température atteigne 63 °C (145 °F).

Purée de courge

1. Entre-temps, dans une grande casserole, à feu moyen, attendrir l’oignon dans le beurre. Ajouter la courge et poursuivre la cuisson 2 minutes en remuant constamment. Ajouter l’eau. Couvrir et poursuivre la cuisson 30 minutes ou jusqu’à ce que la courge soit tendre, en remuant de temps en temps.

2. Transvider dans la cuve du robot culinaire et réduire en purée lisse. À l’aide d’une spatule, racler les parois à quelques reprises. Saler, poivrer et réserver au chaud.

Sauce à l’orange

1. Dans un petit bol, délayer la fécule dans l’eau.

2. Dans une petite casserole, mélanger la cassonade, le vinaigre, l’oignon, l’ail et le zeste d’orange. Porter à ébullition et laisser mijoter jusqu’à ce que la cassonade commence à caraméliser. Ajouter le jus d’orange et laisser mijoter 1 minute. Ajouter le fond de veau et le mélange de fécule. Porter à ébullition en fouettant constamment. Laisser mijoter 5 minutes. Saler et poivrer.

3. Trancher le carré de porc entre les os. Servir avec la purée de courge et la sauce à l’orange. Accompagner d’une tombée d’épinards, si désiré.

Note : pour les amateurs de sauce, celle-ci se double facilement.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.