À petites doses

Quelques milligrammes de toute l'actualité scientifique de la semaine

70 %

La diminution du volume du cerveau avec l’âge est 70 % moindre chez les Chimane, des autochtones de l’Amazonie bolivienne, que chez les Occidentaux, selon des chercheurs californiens. Une diminution moins rapide du volume du cerveau protège contre la démence, expliquent à la fin du mois de mai dans le Journal of Gerontology des neurologues de l’Université de Californie du Sud. Et pourtant, les 750 Chimane âgés de 40 à 94 ans qui ont été étudiés avaient des niveaux élevés d’inflammation à cause des nombreuses infections dont ils sont victimes dans un environnement sauvage. L’inflammation est associée à une perte de volume du cerveau, mais les Chimane pourraient être protégés grâce à une excellente santé cardiovasculaire liée à leur alimentation riche en produits frais et à leur mode de vie actif.

Quiz science

Quelle nouvelle utilité pourrait avoir le système de géolocalisation GPS ?

Un système GPS d’alerte aux séismes pourrait donner deux minutes de préavis et générer moins de fausses alertes que les systèmes d’alerte actuels, selon une étude américaine publiée au début du mois de mai. Dans le bulletin de la société sismologique américaine, les géologues de l’Université Central Washington expliquent que les satellites GPS peuvent déceler des mouvements de la croûte terrestre bien avant qu’ils ne soient perceptibles. Les systèmes actuels sont basés sur des détecteurs de mouvements qui peinent à traiter les grands flux de données accompagnant les séismes, petits comme grands.

GM sur la Lune

Le géant automobile GM et la firme aérospatiale Lockheed Martin ont annoncé à la fin du mois de mai qu’elles unissaient leurs forces pour concevoir le prochain buggy lunaire. Ce « véhicule de terrain lunaire » non pressurisé pourrait s’envoler dès le milieu de la décennie. La NASA n’a pas encore fait d’appel d’offres à ce propos, mais a signalé à l’industrie l’an dernier qu’elle le ferait sous peu.

Un pollen antipesticides

Des biologistes de l’Université Cornell ont mis au point une enzyme capable de dégrader les pesticides qui s’accumulent dans la cire des ruches. Dans la revue Nature Food au début du mois de mai, ils décrivent comment ces composés, inspirés par le pollen dont ils ont la taille microscopique, ciblent six pesticides couramment retrouvés dans les ruches du Nord-Est américain. Une entreprise, Beemmunity, a été fondée pour exploiter commercialement cette biotechnologie. Les pesticides altèrent le bon fonctionnement du système immunitaire des abeilles, les rendant notamment plus vulnérables aux parasites.

Une plante antipollution

Des biologistes britanniques ont mis au point une plante transgénique capable de dégrader un produit chimique toxique présent dans les explosifs, le RDX. Les chercheurs de l’Université York, qui sont financés par le département américain de la Défense, ont introduit dans le millet vivace (Panicum virgatum) des gènes d’une bactérie capable de dégrader le RDX, retrouvée sur un site de manœuvres militaires. Leur découverte, qui pourrait servir sur les champs de bataille et sur les bases militaires, a été décrite à la fin du mois de mai dans Nature Biotechnology.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.