Nouvel An lunaire

Des artistes asiatiques sous les projecteurs

Arbre à souhaits, danses du lion et du dragon, défilé de mode et prestations d’artistes, la communauté chinoise présente ce week-end son premier Festival du printemps pour célébrer le Nouvel An lunaire. La Presse a rencontré deux des artistes qui se produiront dimanche à la place Sun-Yat-Sen.

Ce n’est pas tous les jours que la communauté artistique chinoise se fait entendre.

Hormis le spectacle collectif à grand déploiement Shen Yun, présenté chaque année à la Place des Arts, les talents individuels des artistes issus des communautés asiatiques nous sont à peu près inconnus.

Avec Eva Hu, le coorganisateur du Festival du printemps du Quartier chinois, Winston Chan, a voulu remédier à cela. « On a commencé à programmer des artistes au Marché de nuit asiatique, qu’on organise depuis trois ans, explique-t-il, mais on voulait créer un évènement pour marquer le passage du Nouvel An, célébré dans plusieurs communautés asiatiques. Avec le Partenariat du Quartier des spectacles, on a trouvé cette formule. »

Winston Chan avoue avoir eu de la difficulté à trouver des artistes. « Il n’existe aucune plateforme pour les artistes asiatiques, regrette-t-il. J’ai dû enquêter sur les réseaux sociaux, sur YouTube, TikTok. C’est comme ça que j’ai trouvé des artistes chinois ou asiatiques de Montréal. »

Parmi eux, Anqi Sun, auteure-compositrice-interprète montréalaise, qui a quitté la Chine à 21 ans pour s’établir d’abord en Colombie-Britannique, puis à Montréal, pour entamer des études en musicothérapie. L’artiste de 37 ans chante pour le groupe de musique électro-pop Ossa Project, tout en menant des projets solos.

Écoutez la pièce Not Too Far, d’Ossa Project

« Je chante en anglais et en mandarin », dit Anqi Sun, qui interprétera dimanche trois pièces qu’elle a composées. « Ce sont des pièces d’influence chinoise, mais de style jazz », précise cette touche-à-tout, qui anime une balado (Under The Sun) et une émission radio (Cha Party), où elle rencontre des artistes asiatiques.

Anqi Sun avoue que sa famille – toujours en Chine – n’est pas « enchantée » par son choix de carrière. « Ils sont inquiets. Pour eux, c’est un métier tellement précaire… » Mais de toute évidence, c’est ce qui la rend heureuse.

Rencontre de plusieurs communautés

Un autre participant à cette fête du printemps, qui célèbre l’arrivée de l’année du Lapin – symbolisant le calme, la diplomatie et l’espoir, nous informe Winston Chan –, s’appelle Andy Khun, jeune Montréalais d’origine cambodgienne âgée de 18 ans.

Contrairement à Anqi Sun, ce sont les parents d’Andy qui l’ont encouragé à chanter depuis sa tendre enfance. Sa mère, Vanna Khun, est une chanteuse bien connue dans son pays. Elle était en tournée au Québec quand elle a rencontré son futur mari – Sivro Sak –, lui aussi musicien. « J’ai grandi avec des parents artistes, raconte Andy Khun, donc dès l’âge de 6 ans, je chantais dans des évènements. »

Andy Khun, qui est suivi par un peu plus de 430 000 abonnés sur TikTok (sous son nom d’artiste Tobiruno), a été finaliste à La voix junior en 2016.

Consultez le compte TikTok d’Andy Khun (Tobiruno)

Le jeune artiste – qui étudie au cégep – parle parfaitement le français, le khmer et l’anglais, en plus de chanter dans une demi-douzaine de langues. Dimanche, il chantera Hallelujah, de Leonard Cohen, en mandarin, en français et en anglais.

Les autres artistes attendus dimanche (entre 13 h et 15 h) sont Sophie Chen, Tamini, Mando, Miumiu, Hua Li et le Montreal Confucius School Folk Music Ensemble.

Winston Chan, qui s’attend à ce qu’au moins un millier de festivaliers se présentent dans le Quartier chinois ce week-end, insiste sur la présence de plusieurs artistes issus de diverses communautés asiatiques. « Il y a bien sûr des membres de la communauté chinoise, mais il y aura par exemple des gens de la communauté vietnamienne [qui célèbre l’année du Chat]. »

Une installation « suspendue » de l’artiste visuelle Karen Tam, Les dragons à la poursuite de la lune, sera également inaugurée ce week-end – et visible jusqu’en mars. Une centaine de lanternes traditionnelles compléteront cette installation présentée dans le cadre des Moments lumineux du cœur de l’île, rue De La Gauchetière.

Le Festival du printemps du Quartier chinois se tiendra de vendredi à dimanche à la place Sun-Yat-Sen, au coin des rues Clark et De La Gauchetière.

Consultez la page du festival

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.