Pourquoi beaucoup d’enfants sont-ils malades ces temps-ci ?

As-tu été malade récemment ? Est-ce qu’on tousse à la maison ? Si c’est le cas, tu n’es pas seul. Il y a beaucoup d’enfants malades ces temps-ci. Mais pourquoi ?

Depuis la pandémie, certains virus ne se comportent plus comme avant. Habituellement, ils se manifestent en hiver et au printemps. Cette année, ils sont apparus dès l’automne et ont contaminé beaucoup d’enfants.

Depuis quelques jours, les urgences des hôpitaux pour enfants débordent. Ces temps-ci, de nombreux parents amènent leurs enfants à l’hôpital, parce que ceux-ci présentent des complications causées par des virus respiratoires, comme le rhume, la grippe ou encore la COVID-19.

Un vilain virus

C’est le fameux virus respiratoire syncytial (VRS) qui cause beaucoup de soucis dans les hôpitaux : ce virus très contagieux atteint normalement les enfants pour la première fois avant l’âge de 2 ans. Et avec ses petites voies respiratoires, un jeune enfant est moins bien équipé pour expulser les sécrétions causées par l’infection. Si tu es âgé de plus de 2 ans, tu as fort probablement attrapé ce virus plusieurs fois déjà dans ta vie.

Le VRS est très souvent la raison pour laquelle les bébés sont hospitalisés. Mais ne t’inquiète pas, ça reste plutôt rare. Peu d'enfants qui attrapent la maladie devront aller à l’hôpital.

Après la COVID-19

Grâce aux mesures sanitaires qui nous protégeaient de la COVID-19, le VRS a très peu circulé depuis 2020. En ce moment, un grand nombre de tout-petits qui n’y avaient jamais été exposés l’ont attrapé.

Les mesures de distanciation physique imposées depuis 2020 ont limité la circulation de tous les virus. Ils se sont remis à circuler quand les mesures ont été levées.

La bonne nouvelle, c’est que la maladie ne semble pas plus grave qu’avant la pandémie. Il y a seulement plus de bébés à l’hôpital en ce moment, parce qu’ils attrapent le virus tous en même temps.

La COVID-19 nous affaiblit-elle ?

En plus des effets de la distanciation physique, serait-il possible que la COVID-19 affaiblisse le système immunitaire, c’est-à-dire le système qui se bat contre les virus ?

C’est une hypothèse amenée par certains scientifiques. Une infection à un virus comme celui de la rougeole, par exemple, peut affaiblir le système imunitaire pendant quelques mois. Est-ce que les personnes qui ont eu la COVID-19 sont plus vulnérables aux autres virus pendant une période ? On ne le sait pas encore.

On ne sait pas encore si le pic de VRS est passé ou si le nombre de cas va encore monter un peu. Face à cette incertitude, certains se demandent s’il faudrait ramener le masque en classe. Ça ne donne pas envie à beaucoup, mais ça pourrait aider à réduire le nombre de cas ou à ralentir la transmission des virus, surtout si tout le monde le porte.

Des nouvelles chaque jour

Tu souhaites lire tes actualités chaque jour ? Rends-toi sur le site des As de l’info. Tu pourras y lire des nouvelles rédigées pour toi, les commenter, poser tes questions et participer à des sondages, des quiz et des concours ! Et reviens nous voir chaque dimanche dans La Presse+ pour des actualités exclusives et plus ! N’oublie pas que ta curiosité est un superpouvoir ! Les as de l’info sont une initiative des Coops de l’information.

Être écologique en hiver, c’est possible !

Avec l’hiver qui approche, il commence à faire plus froid et nos habitudes de vie changent. On a envie de longues douches, de feux de foyer, de ne se déplacer qu’en voiture… mais ce n’est pas toujours très écologique, tout ça ! Aujourd’hui, je te donne quelques conseils pour être écoresponsable même en hiver !

Porter des vêtements chauds

Mon premier conseil est de porter des vêtements chauds à l’intérieur. Au lieu de monter le chauffage à une température très élevée dans la maison, il est possible de porter une couche de vêtements de plus pour se garder bien au chaud.

Cette pratique, en plus d’être écologique, permettra à l’ensemble de ta famille d’économiser de l’argent.

Si tu vis à Montréal, tu sais que les feux de foyer sont interdits à cause de leur impact environnemental. Si tu habites en dehors de la métropole, c’est une bonne habitude à prendre de n’en profiter que lors d'occasions spéciales.

Réduire le temps des douches

Ensuite, c’est bien important de ne pas prendre des douches trop longues en hiver.

Avec la température qui chute, on a tendance à vouloir rester plus longtemps sous l’eau chaude. Mais prendre une douche un peu plus courte permet d’économiser de l’eau et d’être plus écologique.

Être écoresponsable dans ses achats

Puisque le temps froid nous incite souvent à passer plus de temps à l’intérieur, nos passe-temps changent. Durant cette période, il est plus tentant de faire des activités comme magasiner dans un centre commercial, par exemple. Cependant, il ne faut pas oublier que consommer et acheter beaucoup de choses n’est pas une pratique écoresponsable !

Si tu as quand même besoin d’acheter des vêtements, les friperies sont une bonne option. Mais sinon, le lèche-vitrine n’a jamais tué personne non plus.

Du vélo, même en hiver

En hiver, une chose est sûre, il est beaucoup plus difficile de se déplacer. Toutefois, plusieurs possibilités existent. Il y a bien sûr les transports en commun. Sinon, la Ville de Longueuil annonçait cette semaine qu’elle déneigerait plus de 60 km de pistes cyclables cet hiver. D’ici 2026, c’est plus de 116 km de pistes cyclables qui seront déneigés durant la période hivernale.

Ce projet permettra à de nombreuses personnes de se déplacer à vélo tout au long de l’hiver de façon sécuritaire. Espérons que cela inspirera d’autres villes à faire la même chose dans les années qui viennent !

Sais-tu comment gérer ton argent ?

Comprendre les notions de base sur l’argent, c’est aussi important que de savoir lire et compter. C’est même essentiel ! Comme on le dit souvent, « l’argent, ça ne pousse pas dans les arbres ». Ce qui signifie qu’il faut le gagner, soit en travaillant ou grâce à des cadeaux ! Il est donc très important de savoir comment bien dépenser l’argent qu’on a gagné et aussi comment l’économiser.

Et justement, le mois de novembre est le mois de la littératie financière. Un titre un peu compliqué pour dire que c’est le mois de l’éducation à l’argent.

Des astuces qui peuvent t’aider

Nous avons pensé à quelques trucs pour t’aider à prendre les bonnes décisions concernant ton argent. Les voici !

• Commence par te fixer des limites. Lorsque tu reçois de l’argent et que tu as envie de t’acheter quelque chose, vérifie toujours les prix et fixe-toi un montant précis à ne pas dépasser. Il ne faut pas te laisser influencer par les autres. En voulant acheter les mêmes objets que ton ami ou ta voisine, par exemple, tu pourrais être amené à dépasser le montant que tu as fixé au départ.

• Ensuite, il faut faire attention à toutes les publicités que tu vois dans la rue, à la télévision ou sur l’internet. Garde en tête que les images que tu vois sont créées pour provoquer de nouvelles envies ou de nouveaux besoins.

• Enfin, il faut se rappeler que plus on dépense, plus on encourage les entreprises à produire. Et qui dit production dit aussi problèmes écologiques, puisque les composants comme le plastique ou le carton utilisés pour les emballages peuvent être source de pollution pour la planète. Même si la plupart sont recyclés, ce n’est pas le cas de tout.

Lorsqu’on garde tout ça en tête, on a tendance à faire des achats plus réfléchis, moins impulsifs. Et on est aussi souvent plus satisfait des choses qu’on finit par acheter !

L’épargne, ta meilleure amie

La chose la plus importante, c’est de penser à épargner. Mettre de l’argent de côté pour se faire plaisir plus tard ou pour économiser pour un projet particulier est toujours une bonne idée.

Tu n’es pas obligé de garder tout ce que tu reçois, mais tu pourrais décider de mettre de côté quelques dollars chaque fois ! Tu peux en parler à tes parents et te confectionner une tirelire personnelle. Certaines banques offrent aussi des programmes spéciaux pour les enfants.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.