Faune et flore

Les espèces étonnantes d’Amérique centrale

Dans un territoire plus petit que la moitié de l’Ontario, l’Amérique centrale réunit une biodiversité immense. Voici quelques spécimens du royaume animal et du monde végétal qui enrichissent ses environnements naturels.

Grenouille des fraises

Si vous vous aventurez dans la jungle et croisez une jolie petite grenouille colorée, gardez vos distances. Non seulement celle-ci peut changer d’apparence selon son environnement, mais son venin est suffisamment puissant pour causer des convulsions, la paralysie et la mort chez l’humain adulte.

Orchidée noire

La fleur nationale du Belize possède de jolis pétales violacés en forme de coquillage sous lesquels s’étendent de longs sépales rappelant les tentacules d’une pieuvre. Elle pousse dans les forêts tropicales et fleurit à longueur d’année.

Capucin à face blanche

Parmi les nombreux singes d’Amérique centrale, celui-ci est célèbre pour son utilisation d’objets en guise d’armes ou pour sa débrouillardise lorsqu’il est en quête de nourriture. Il a également l’habitude de se frotter le corps avec des plantes qui repoussent naturellement les insectes ou qui ont des vertus médicinales.

Yucca géant

Avec suffisamment d’espace, cette plante peut atteindre une hauteur de plus de 5 m et produire des feuilles de jusqu’à 50 cm de long. Les fleurs blanches et croquantes de certaines espèces sont comestibles et utilisées dans la préparation de tacos, d’œufs brouillés et de pupusa, un pain plat du Salvador.

Fourmilier

Cet animal nocturne utilise son long museau – et sa langue encore plus longue – pour se nourrir de fourmis et de termites à même les colonies. Il a un appétit vorace et peut manger jusqu’à 30 000 insectes par jour.

Frangipanier

La fleur nationale du Nicaragua se reconnaît à ses pétales blancs au centre jaune, disposés en forme de vire-vent. Malgré leur parfum invitant d’agrumes, de pêche, de miel, de noix de coco ou de rose (selon les espèces), ces fleurs ne produisent aucun nectar ; il s’agit d’un leurre pour encourager les insectes pollinisateurs à toutes les butiner, en vain.

Quetzal

Le nom de cet oiseau national du Guatemala représente en fait plusieurs espèces au torse rouge et aux plumes bleues ou vertes. C’est un animal sacré dans les mythes mayas et aztèques, pour qui il est notamment associé au dieu serpent à plumes Quetzalcóatl.

Cacaoyer

Dès 1900 av. J. -C., le cacao est bien présent dans le quotidien des civilisations anciennes d’Amérique centrale. Certains peuples se servent de ses graines en guise de monnaie alors que d’autres les transforment en un breuvage chocolaté amer qu’ils boivent pendant leurs rituels et leurs fêtes.

Margay

De nombreux félins exotiques habitent les forêts tropicales et les milieux broussailleux d’Amérique centrale. Le margay ressemble à un léopard miniature, atteignant une longueur d’à peine 50 à 100 cm et ne pesant en moyenne que de 2 à 4 kg. Sa grande souplesse lui permet de grimper aux arbres sans effort.

Figuier à caoutchouc

Depuis l’ère précolombienne, les peuples aztèques, mayas et olmèques extraient le latex liquide du figuier et le mélangent avec du suc de plante pour augmenter son élasticité et obtenir du caoutchouc. Cette matière sert notamment à fabriquer des chaussures et les grosses balles du jeu de pelote.

Vautour pape

Parmi les espèces de vautours, seuls les condors des Andes et de Californie sont plus grands que celui-ci. L’envergure de cet oiseau colossal au cou coloré peut atteindre près de 2 m. Ce n’est habituellement pas un animal agressif – il s’attend à ce que les autres charognards lui cèdent leur place dès son approche.

Papayer

Cet arbuste pouvant atteindre 10 m de haut ne vit habituellement que de trois à cinq ans, mais il peut produire de 27 à 36 kg de fruits par année après seulement 7 à 11 mois. Une portion de papaye contient suffisamment de vitamine C pour combler vos besoins pendant toute une journée.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.