Industrie du livre

Les libraires indépendants veulent contrôler le prix du livre

Québec

 — Selon les libraires indépendants, il est primordial de protéger la diversité de l’offre littéraire et une certaine idée de la culture en encadrant le marché du livre au Québec. Voici leur proposition, chiffres à l'appui. 

FIXER LE PRIX POUR NEUF MOIS

Le prix serait fixé par l’éditeur ou l’importateur. Il s’appliquerait à la fois pour le prix en magasin et en ligne, pour une période limitée de neuf mois. On permettrait aux vendeurs d’offrir un rabais maximal de 10 %.

Pour ce, il faudrait changer la Loi sur le livre, adoptée en 1981.

PARTS DE MARCHÉ DES GRANDS DÉTAILLANTS

Costco et Walmart : 11 % du marché du livre au Québec

LA PART DES INDÉPENDANTS DIMINUE

Librairies en chaîne : 45,5 % en 2006, 53,5 % en 2010

Librairies indépendantes : 35 % en 2006, 28 % en 2010

CE QUI NUIT AUX INDÉPENDANTS

La concurrence des grands détaillants avec les nouveautés, la vente en ligne auprès des géants comme Amazon et le numérique.

MOINS DE VENTES QUÉBÉCOISES

La vente de livres des éditeurs québécois diminue

241 millions en 2010

201 millions en 2012

Soit une baisse de 17 %

Les ventes de livres étrangers représentent 70 % du chiffre d’affaires de l’ensemble du réseau.

VENTES ANNUELLES DE LIVRES NEUFS

791 millions en 2010

C’est quatre fois plus que les billets de cinéma et trois fois plus que les billets de spectacle.

AIDE ACTUELLE AU MILIEU DU LIVRE

3,4 millions aux créateurs via la SODEC

18,7 millions aux éditeurs et aux libraires. 6,2 millions sont donnés en programme d’aide. Le reste est accordé en aide au financement et autres mesures fiscales.

91 millions aux bibliothèques publiques, dont 54,6 millions à Bibliothèques et Archives nationales du Québec

Autre aide au milieu : les livres ne sont pas taxés ce qui représente un coût annuel de 55 millions.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.