Actualités économiques

Fin des commissions, économie verte, Evergrande en péril, Apple répare une faille

Quelques nouvelles économiques du jour

Desjardins abolit les commissions sur les transactions d’actions

Les clients de Desjardins Courtage en ligne (DCL) ne paient plus de commissions sur les transactions d’actions depuis lundi matin. L’annonce pourrait avoir un effet boule de neige chez les principaux courtiers à escompte du pays. Banque Nationale Courtage direct (BNCD) a été le premier courtier à escompte associé à une grande banque canadienne à faire une annonce similaire le 23 août dernier. Au Canada, Wealthsimple, dont Power Corporation est le principal actionnaire, proposait déjà le courtage sans commission et sans solde minimal dans le compte. La tendance vers la gratuité des frais de transaction était très forte, dit Marjorie Minet, vice-présidente aux services-conseils en gestion de patrimoine chez Desjardins, en entrevue. Elle souligne que les frais de transactions suivent une tendance baissière constante depuis plus de 20 ans sur le web. Depuis 2019, la gratuité des transactions est chose faite pour la grande majorité des courtiers à escompte aux États-Unis. « Tout tendait vers cette évolution-là, tout simplement. »

— La Presse Canadienne

Une économie plus verte et plus juste

La 27e édition de la Conférence de Montréal s’est ouverte lundi en mode hybride, et des spécialistes de tous les horizons ont été invités à réfléchir sur la façon de rendre l’économie plus verte et plus juste. Au cours de cette première journée de discussions, des invités comme Mark Carney, ancien gouverneur de la Banque du Canada et de la Banque d’Angleterre, Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international, et Mathias Cormann, secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques, ont insisté sur la nécessité pour les entreprises, les pouvoirs publics et le secteur financier de s’adapter aux nouvelles réalités sociales et climatiques. La pandémie, qui a forcé le monde à fonctionner autrement, est une preuve qu’il est possible de faire rapidement les changements qui s’imposent pour relever les défis d’aujourd’hui, la lutte contre les changements climatiques et les inégalités croissantes, ont relevé plusieurs des participants. La journée de mardi sera consacrée aux questions énergétiques, et l’évènement se poursuit jusqu’à jeudi.

— Hélène Baril, La Presse

Immobilier : le géant chinois Evergrande dément être proche de la faillite

Le groupe chinois Evergrande, fleuron de l’immobilier et en proie à une dette abyssale, a déclaré lundi faire face à des « difficultés sans précédent », mais a démenti les rumeurs le disant proche de la faillite. « Les récents commentaires publiés en ligne concernant une restructuration d’Evergrande sont complètement faux », a fait savoir le mastodonte chinois dans un communiqué publié sur son site internet. S’il a concédé être actuellement aux prises avec « des difficultés sans précédent », il a affirmé vouloir « assumer fermement ses responsabilités d’entreprise », se disant « pleinement concentré sur la reprise du travail et de l’activité ». En outre, Evergrande « protégera les transactions immobilières » et « entend faire tout son possible pour rétablir le cours normal des opérations commerciales et garantir pleinement les droits et intérêts légaux des clients », ajoute le communiqué. Un rapport publié la semaine dernière par Capital Economics indique qu’Evergrande comptait fin juin 1,4 million de biens immobiliers qu’il s’est engagé à terminer.

— Agence France-Presse

Apple répare une faille informatique

Apple a annoncé lundi avoir réparé une faille informatique que le logiciel controversé Pegasus, de la société israélienne NSO, était capable d’exploiter pour infecter des appareils de la marque sans même que l’utilisateur n’ait cliqué sur un lien ou un bouton piégé. La faille avait été repérée par des chercheurs de Citizen Lab, qui avaient découvert que l’iPhone d’un militant saoudien avait été infecté par iMessage, la messagerie d’Apple. Selon cette organisation de cybersécurité de l’Université de Toronto, Pegasus se sert de cette vulnérabilité « depuis au moins février 2021 ». « Cet exploit, que nous avons baptisé FORCEDENTRY, cible la bibliothèque de rendu des images d’Apple et fonctionnait contre les appareils Apple iOS, MacOS et WatchOS », les systèmes d’exploitation des mobiles, ordinateurs et montres connectées de la marque à la pomme. « Apple est au courant d’un rapport sur le fait que cette faille a pu être exploitée », a noté le géant des technologies dans sa note sur la mise à jour publiée lundi. Citizen Lab avait joué un rôle-clé dans l’exposition au grand jour du scandale d’espionnage de masse par Pegasus en juillet. En tout, d’après les associations Amnistie et Forbidden Stories, l’affaire concerne une liste de 50 000 numéros de téléphone dans le monde sélectionnés depuis 2016 par les clients de NSO. Pegasus permet « de s’acheter sa propre NSA », l’agence américaine de renseignements, avait ironisé en juillet Ron Deibert, directeur de Citizen Lab.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.