Proud Diamond

Diamants nouvelle génération

Proud Diamond est une nouvelle entreprise québécoise qui propose des bijoux faits avec des diamants de laboratoire. Nous avons rencontré les deux fondatrices, Virginie Roy et Julia Van Arsdale.

« Ce sont de vrais diamants ! », s’exclame Virginie Roy, cofondatrice de Proud Diamond. « Contrairement à la croyance populaire, ce ne sont pas des faux mais de vrais diamants, et ils ont l’avantage d’être écologiques, éthiques et plus abordables. Je pense qu’il faut vraiment éduquer les gens et faire connaître ce processus de fabrication de diamants en laboratoire », lance-t-elle, très enthousiaste, le jour du grand lancement de la première collection de l’entreprise, plus tôt ce mois-ci. « C’est fou, il y a un engouement. »

Virginie Roy et Julia Van Arsdale, les deux fondatrices de Proud Diamond, se sentent investies d’une mission : nous sensibiliser à la provenance des diamants naturels et adopter ceux de l’avenir, les diamants de laboratoire.

« Le diamant est un produit de luxe, mais il peut être écologique. L’extraction d’un diamant de mine n’est pas bonne pour l’environnement. »

— Virginie Roy, cofondatrice de Proud Diamond

Mme Roy rappelle également que de nombreux diamants provenant des mines d’Afrique financent des conflits armés. « Nous voulons révolutionner le marché. »

Les deux entrepreneures se sont rencontrées lorsqu’elles travaillaient chez Airbnb, Virginie à Montréal et Julia à San Francisco. Virginie Roy est tombée dans les diamants quand elle était petite. « Mon grand-père arrivait avec des valises remplies de diamants qui scintillaient. J’étais impressionnée, et je me souviens de l’énorme cadenas qu’il y avait sur le coffre de son auto », se rappelle-t-elle. C’est lui qui lui a parlé des diamants de laboratoire et elle a eu le déclic.

Julia Van Arsdale est allemande, photographe et directrice artistique, elle habite aux États-Unis depuis 2010. « Je suis de Leipzig, en ex-Allemagne de l’Est, précise-t-elle. Mon père m’a toujours dit : “Il y a tellement de choses à voir ailleurs dans le monde, vas-y, explore !” Et me voici ! Je vis maintenant à Seattle et je lance une entreprise avec une Québécoise ! »

Elles ont vu qu’il y avait un marché pour ces bijoux, notamment celui des nouvelles générations qui souhaitent acheter des diamants éthiques qui vont durer toute une vie. « Pour ce qui est des plus âgés, il faut leur faire comprendre qu’ils doivent changer leurs habitudes, car ils ont toujours acheté des diamants naturels », estime Virginie Roy.

Processus de fabrication

Quel est le processus de fabrication des diamants de laboratoire ? « La technique que nous utilisons est celle du dépôt chimique en phase vapeur (CVD). On place une lamelle de diamant, appelée plaque, dans une chambre fermée, on insère un mélange gazeux et, grâce à des températures très élevées, le carbone va se fixer à la plaque de diamant, et la plaquette va croître selon le carat désiré », explique Virginie Roy. Elle précise que le diamant sera plus abordable (les prix débutent à 445 $ pour des boucles d’oreilles), car dans la chaîne de production d’un diamant de mine, on compte entre 10 et 15 personnes, alors que dans celle d’un diamant de laboratoire, c’est 3 personnes. « On fait aussi de la vente directe sans intermédiaire. »

La première collection est très classique, intemporelle. Il y a des bagues solitaires, des colliers avec diamants solitaires, des boucles d’oreilles et bracelets aux lignes très épurées. « On veut mettre l’accent sur la qualité du diamant. Après, on fera des collaborations avec des artistes et des bijoux plus originaux, mais avec la première collection, on souhaite faire connaître le diamant de laboratoire », affirment les deux fondatrices.

Virginie Roy et Julia Van Arsdale pensent qu’il faut payer le juste prix pour un diamant. « On a des valeurs, se soucier de l’environnement, des gens, ça fait partie de qui nous sommes. On propose un diamant de qualité, écologique, éthique, dont on connaît l’origine. Ce sont les diamants de l’avenir, et ils sont éternels aussi ! »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.