ECHL

Les Lions prennent vie à Trois-Rivières

Les Lions. C’est le nom que portera la nouvelle équipe de l’ECHL à Trois-Rivières.

Le président et chef des opérations, Mark Weightman, ainsi que le vice-président et directeur général, Marc-André Bergeron, ont dévoilé le nom et les couleurs de l’équipe dans une vidéo publiée sur la page Facebook de l’organisation trifluvienne, jeudi midi.

Il y a plusieurs mois, l’organisation avait fait appel au public pour établir une liste de noms possibles. On y retrouvait les Lions, les Riverains, le Flambeau, la Forge ou les Forgerons, les Tritons, les Saints, le 1634 et le Club de hockey de Trois-Rivières.

Les dirigeants ont ensuite « scruté les livres d’histoire et consulté des historiens » afin de faire leur choix et de développer une identité, a indiqué Mark Weightman dans la vidéo de l’annonce. Le nom choisi, les Lions, fait référence à celui de la seule équipe professionnelle ayant représenté Trois-Rivières par le passé, dans les années 1950.

« Le passé sportif y était pour beaucoup, explique Weightman à La Presse. Toutes les suggestions avaient des attributs qu’on aimait beaucoup, des histoires qu’on trouvait riches en contenu, qu’on aurait aimées. »

« C’est en développant l’imagerie qu’on s’est rendu compte qu’on pouvait aller chercher toutes ces histoires et les rattacher les unes aux autres. »

— Mark Weightman, président et chef des opérations des Lions de Trois-Rivières

Le logo représente un lion gris métallique et blanc sur fond bleu. Le Québec, l’industrie du métal, l’histoire et le passé sportif de la région sont les thèmes principaux qui ont guidé sa création. L’idée était de « trouver quelque chose à l’image des Trifluviens, mais qui, en même temps, parlerait à tous les Québécois », dit Weightman.

La forme de la tête du lion est celle de la fleur de lys. On retrouve aussi le flambeau, à la fois monument historique de la ville de Trois-Rivières et symbole important de l’histoire du Canadien de Montréal, dans la crinière. La moustache que porte le lion est un clin d’œil au sieur de Laviolette, qui a fondé Trois-Rivières, en 1634. Ce dernier porte une moustache semblable sur les statues qui le représentent.

Weightman et Bergeron, qui travaillent sur ce projet depuis des mois, semblaient émotifs, une demi-heure après le dévoilement.

« Je suis très fier, a dit le directeur général. Ce matin [jeudi], j’ai lu les quatre piliers que représente notre lion à mes enfants. Je voulais leur expliquer notre lion unique. J’avais vraiment le motton dans la gorge.

« On a mis beaucoup d’efforts dans ce projet. Il nous tient à cœur depuis longtemps. Le présenter aux gens et voir leurs réactions, ça confirme comment on se sentait. C’est une fierté immense. »

Une majorité de Québécois

Tant lors du dévoilement que lors de leur entretien avec La Presse, les deux hommes ont insisté sur leur intention d’avoir une « majorité » de joueurs québécois au sein de la formation.

« Présentement, les joueurs que je regarde sont des Québécois, a fait savoir Marc-André Bergeron. J’ai la certitude que nous allons avoir une équipe particulière. Ça va donner envie aux gars de venir jouer chez nous, de revenir à la maison. Que ce soient des gars un peu plus âgés qui jouent en Europe, dont les enfants grandissent, qui veulent revenir à la maison pour jouer quelques saisons devant la famille, les amis, les parents… »

« On va toucher à des joueurs que, normalement, nous n’aurions pas la chance d’avoir à Trois-Rivières juste parce que nous aurons une identité unique, qui est la fibre québécoise. »

— Marc-André Bergeron, vice-président et directeur général des Lions de Trois-Rivières

Les deux hommes affirment déjà ressentir un grand intérêt de la population, tant en Mauricie qu’ailleurs dans la province.

« C’est probablement la plus agréable surprise dans tout ce processus », dit Weightman.

« Ça suscite énormément d’intérêt des partisans parce qu’on est affilié au Canadien, qu’on est la seule équipe du Québec de l’ECHL, mais surtout parce qu’on va devenir une autre marche dans l’escalier qui manquait pour le développement du hockey professionnel, poursuit-il. On va avoir des joueurs d’un peu partout dans la province qui vont utiliser notre club pour gravir les échelons et se rendre à la LNH. »

En contact avec le Canadien

L’organisation des Lions de Trois-Rivières, faut-il rappeler, est affiliée au Canadien de Montréal. Certains joueurs détenant un contrat avec le grand club se retrouveront donc en Mauricie.

« Je suis en contact presque quotidien avec l’organisation du Canadien, dit Marc-André Bergeron. Elle a l’intention de nous aider. Elle veut collaborer, nous comprendre.

« [Le Canadien] veut nous utiliser, d’une certaine façon, pour développer ses jeunes joueurs et ajouter une branche qu’[il] n’avait pas dans le développement de ses joueurs. »

— Marc-André Bergeron, vice-président et directeur général des Lions de Trois-Rivières

« Pour nous, c’est un avantage parce que les jeunes avec un haut potentiel, d’excellents joueurs de hockey qu’on n’aurait peut-être pas la chance de signer, vont arriver avec nous. Donc, oui, on participe aux décisions. On est impliqués dans la recherche, l’analyse, et c’est vraiment un processus agréable. »

Dans l’entente entre les deux organisations, il n’y a pas de nombre établi de joueurs sous contrat avec le Canadien qui devraient se retrouver annuellement chez les Lions. Et M. Bergeron préfère ne pas trop s’avancer sur ce sujet.

« Selon les discussions que j’ai présentement avec eux et à voir comment ils sont impliqués avec nous, j’ai tendance à dire qu’on va avoir beaucoup de soutien de leur part », précise-t-il néanmoins.

Rappelons que les Lions n’ont toujours pas d’entraîneur-chef. Mais, si tout se passe comme prévu, le nom de l’heureux élu devrait être dévoilé la semaine prochaine, affirment les dirigeants. Puis, ces derniers pourront commencer à aller chercher des joueurs à compter du 9 juillet.

Les abonnements ont été mis en vente au moment de l’annonce, jeudi.

« Autant ç’a été important pour nous d’avoir une identité de marque qui parle aux Trifluviens et aux gens de la Mauricie, autant on a mis beaucoup d’efforts dans la grille tarifaire. On a des billets de saison à partir de 15,75 $ par match », note Mark Weightman.

Les Lions de Trois-Rivières disputeront le premier match de leur histoire le jeudi 21 octobre, contre les Growlers de Terre-Neuve, au tout nouveau Colisée de Trois-Rivières.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.