« Ça sent la coupe »

Des milliers de partisans ont célébré la victoire du Canadien dans les rues du centre-ville

L’ambiance était électrique. Des milliers de fans massés aux abords du Centre Bell ont laissé éclater leur joie après la victoire du Tricolore en prolongation, lundi soir. Les partisans sautaient et criaient de bonheur.

Dans la foule, Gilles Boivin semblait avoir la voix éraillée à force de crier. « Quand je regarde Price, c’est comme si je voyais Patrick Roy. C’est comme si je vivais 93. Price, c’est un combattant », s’est-il exclamé, le sourire aux lèvres.

Un peu plus loin, Jean-Charles Antoine filmait la foule de fêtards. « Ça sent la coupe », s’écriait-il.

Sur place, des dizaines de feux d’artifice jaune, orange et rose ont été allumés, éclairant le ciel du centre-ville. Certains d’entre eux ont été allumés très près des foules, causant de brefs mouvements de panique.

Des cônes orange se sont également transformés en projectiles que les fêtards lançaient dans les airs. D’autres brandissaient les cônes au-dessus de leur tête pour imiter la Coupe Stanley.

Pas de grabuge

« La foule est festive, mais il n’y a pas de débordements à proprement dit. La foule se disperse tranquillement, et nos policiers sont présents pour s’assurer que tout se passe dans l’ordre, mais ça va bien », a indiqué en soirée Emmanuel Anglade, superviseur aux relations médias du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

De nombreux policiers du SPVM étaient sur les lieux, notamment la patrouille à cheval. Les policiers du Groupe tactique d’intervention se tenaient en périphérie de la foule, prêts à intervenir.

Vers minuit, le SPVM a annoncé, au moyen d’un camion-crieur, une « opération de dispersion » en ordonnant aux partisans de « quitter les lieux immédiatement ». Les fêtards se sont alors dispersés dans les rues du centre-ville.

Certains d’entre eux, en continuant de chanter, de crier et de faire éclater des pétards, ont joué au chat et à la souris avec la police pendant un certain temps.

Balayer les Jets

Des fans du Canadien, équipés de balais en signe d’optimisme, s’étaient donné rendez-vous devant le Centre Bell, avant le début de la partie.

« On est venus de Saint-Hyacinthe pour encourager notre équipe, après être passés par le Canadian Tire pour acheter nos balais. C’est un 12 $ bien investi ! », lance Alexandre Tremblay.

Avec son frère Sébastien et son ami Benoît de Grandpré, le partisan arpentait la rue longeant le Centre Bell en scandant « Go Habs Go » et en secouant son balai dans les airs, provoquant des cris d’encouragement parmi la foule.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.