AVOCATS, ENSEIGNANTS ETNUTRITIONNISTES

Ruée sur TikTok pour s'adresser aux jeunes

Coiffée d’un bonnet, Bénédicte Chénard-Poirier danse (avec talent !) sur une musique de Jennifer Lopez, dans l’application TikTok. D’autres vidéos la montrent en train de faire des sketchs, chanter, jouer du piano ou s’amuser avec son chien labrador. Détail : Bénédicte Chénard-Poirier n’est pas une ado, mais une enseignante au secondaire.

« Je devais trouver un moyen de conserver un lien avec mes élèves à distance, pour savoir qu’ils vont bien et les faire rire », explique la professeure d’art dramatique.

TikTok, « c’est LA découverte du confinement », dit Nadia Serraiocco, doctorante en communication et chargée de cours à l’UQAM. Déjà en 2019, l’application de l’entreprise chinoise ByteDance avait été téléchargée plus de 738 millions de fois dans le monde, selon Statista. Depuis que chacun est chez soi avec son téléphone (et plein de temps libre pour concocter de courtes vidéos de danse, de lipsync ou d’humour), la popularité de TikTok explose. Ce sont souvent des jeunes qui s’y amusent, mais des experts en divers domaines commencent à y faire leur place.

Avocat Chris, « ton meilleur ami dans les pires moments »

C’est le cas d’Avocat Chris, un personnage créé par Me Eric Leblanc, membre en règle du Barreau du Québec. Sur TikTok, Avocat Chris informe les jeunes de leurs droits, par exemple l’âge auquel ils peuvent avoir des relations sexuelles ou se faire tatouer. D’un air sérieux (allégé par des émojis), il cite le Code civil du Québec et de vrais jugements. Ça marche : plus de 84 000 personnes étaient abonnées à son compte TikTok, en date du 29 avril.

« Le personnage de l’Avocat Chris découle d’un désir profond de redonner à la société », explique Me Eric Leblanc. Chargé de cours à l’Université de Sherbrooke, il dit avoir « attrapé la piqûre d’enseigner aux jeunes ». Sa présence sur TikTok est d’autant plus intéressante que bien des informations incorrectes y circulent.

« Il est primordial que les utilisateurs distinguent le vrai du faux et fassent confiance aux bonnes personnes. »

— Me Eric Leblanc, alias Avocat Chris

Popularité grandissante

La nutritionniste Cynthia Marcotte n’a publié qu’un test de recette de granola sur TikTok, mais elle compte s’y mettre plus sérieusement bientôt. « Le format court et très rapide des vidéos sur TikTok attire vraiment l’attention, constate-t-elle. C’est une plateforme qui gagne tellement en popularité qu’il me semble illogique de ne pas me joindre au mouvement. » D’autant plus que selon ce que Cynthia Marcotte y a vu, « TikTok ne comprend pas beaucoup de recettes équilibrées et de conseils basés sur la littérature scientifique ».

Valérie Chouinard-Audette, kinésiologue diplômée, envisage aussi de rejoindre TikTok.

« Le marché québécois est encore très peu développé pour l’instant. Le meilleur timing pour se lancer, c’est maintenant ! »

— Valérie Chouinard-Audette, kinésiologue

Stéphanie Côté, nutritionniste, vient de commencer à publier des vidéos sur TikTok. « Je souhaite entre autres rejoindre les jeunes avec mes recettes faciles, explique-t-elle. Après YouTube, j’ai compris que TikTok était un super moyen pour les rejoindre. Ma fille, mon ado de référence, m’a appris le b.a.-ba et m’y voici ! »

En France, le médecin Benjamin Debuc parle du coronavirus tant sur Instagram que sur TikTok.

Au Québec, Horacio Arruda s’est récemment adressé aux jeunes sur TikTok. « Je suis vraiment désolé de vous avoir enfermés à la maison », a dit le directeur national de santé publique, avant de les inviter à s’inscrire à Bouge-toi l’cube, la nouvelle initiative de Pierre Lavoie.

« À travers les folies, on voit maintenant passer sur TikTok des vidéos de l’Organisation mondiale de la santé et du Forum économique mondial. Ils font des capsules qui transmettent de l’info en 45 secondes. »

— Nadia Serraiocco, doctorante en communication et chargée de cours à l’UQAM

Malheureusement, ce contenu sérieux est rarement offert en français.

Comme entrer sans cogner

« Les jeunes sont sur TikTok, donc logiquement, il faudrait aller sur cette plateforme pour jaser avec eux », convient Nina Duque, doctorante et chargée de cours au département de communication publique et sociale de l’UQAM. Elle y a vu des succès, comme celui Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique du Canada, qui comprend bien les codes de TikTok. Mais il y a aussi des malaises – et des échecs.

« TikTok, c’est une plateforme de divertissement. Les jeunes y vont pour rire, s’amuser et se détendre… Donc, l’utiliser pour discuter d’enjeux sérieux, faire de la sollicitation ou de la business, c’est comme entrer dans la chambre d’un ado sans cogner à la porte… Tu risques de te faire envoyer promener assez rapidement. »

— Nina Duque, doctorante et chargée de cours au département de communication publique et sociale de l’UQAM

Relever le défi

Virginie Duhamel, éducatrice spécialisée à la résidence du Collège Notre-Dame-de-L’Assomption, à Nicolet, a justement été invitée sur TikTok par des adolescents. « J’ai commencé à faire des vidéos sur Tiktok en février, à la suite d’un défi lancé par mes élèves, raconte-t-elle. J’ai accepté le défi sans hésitation, car j’y ai vu une occasion en or de créer un lien avec mes jeunes. Et de leur montrer que les éducateurs peuvent être cool eux aussi. »

Roxanne Pelletier est aussi sur TikTok pour « être au courant des nouvelles tendances dont [lui] parlent les élèves ». Fait à noter, elle enseigne en… maternelle. Ses vidéos TikTok sont « une façon humoristique de parler de certaines situations » qu’elle vit en classe, explique-t-elle. Dans l’une d’elles, Roxanne Pelletier s’imagine prendre les présences en 2026, avec les petits Purell Fortin, Kovid-avec-un-K Gauthier et les jumeaux Quarantina et Quarantino Lopez.

« Je trouve important qu’il y ait des adultes sur TikTok pour inspirer les jeunes et les divertir d’une manière saine et non vulgaire. »

— Bénédicte Chénard-Poirier, enseignante d’art dramatique

L’enseignante d’art dramatique à l’école Vanguard va jusqu’à permettre à ses élèves de rendre leurs devoirs sous la forme d’une vidéo TikTok. « Comme je ne pourrai pas célébrer la graduation de mes élèves avec eux, ajoute-t-elle, je passerai par TikTok pour leur livrer mon message de fin d’année. » Gageons que ce sera tout sauf ennuyeux.

Quatre Québécois sur TikTok

Avocat Chris

Personnage de Me Eric Leblanc

Compte TikTok : @avocatchris

Profession : avocat

Thème : éducation juridique

« L’avocat Chris : ton meilleur ami dans les pires moments. » Voilà le slogan de Me Eric Leblanc, qu’il répète à la fin de ses capsules vidéo. Sur TikTok, l’avocat Chris aborde des sujets qui touchent les jeunes, comme l’âge à partir duquel ils peuvent conduire un scooter ou ce qu’ils doivent faire en cas de vol d’identité. Un avocat peut « communiquer des renseignements aux médias, se présenter en public ou effectuer des communications publiques, notamment sur un site internet, blogue ou réseau social en ligne, par déclarations, photos, images ou vidéos », précise le code de déontologie des avocats québécois.

Bénédicte Chénard-Poirier

Compte TikTok : @benedicte_cp

Profession : enseignante d’art dramatique

Thèmes : sketchs, danse, musique, humour

C’est en confinement chez elle à Saint-Lazare, avec son chien Django, que Bénédicte Chénard-Poirier a créé son compte TikTok. « Mes élèves ont commencé à me donner des défis, comme apprendre les chorégraphies, faire des imitations ou trouver des concepts originaux », explique l’enseignante d’art dramatique. Résultat : Bénédicte Chénard-Poirier danse, chante, joue du piano et invente des sketchs, avec talent et autodérision.

Stéphanie Côté

Compte TikTok : @stephanie_cote

Profession : nutritionniste

Thème : recettes faciles

Nutritionniste reconnue, Stéphanie Côté publie sur TikTok des recettes tirées des livres de cuisine qu’elle a signés. En vidéo, elle montre notamment comment faire du Nutella (miam !) à base de beurre de noix, de sirop d’érable, de cacao et d’eau, simplement mélangés au robot culinaire. « Je vais perfectionner mon art et trouver mon style, précise-t-elle. Ce n’est que le début. »

Roxanne Pelletier

Compte TikTok : @roxannepl

Profession : enseignante en maternelle

Thèmes : humour et danse

L’enseignante propose des capsules humoristiques – comme celle où elle s’imagine jouer avec ses élèves à « Horacio dit » au lieu de « Jean dit » – et des chorégraphies en vogue sur TikTok. Est-ce que les enfants de maternelle consultent TikTok ? « Cela dépend des parents, répond Roxanne Pelletier. Certains le permettent, alors que d’autres, non. À mon avis, ce n’est pas du tout du contenu pour les jeunes enfants. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.