Livraison de chars à Kyiv

Berlin pressé d’agir par sa cheffe de la diplomatie

L’Allemagne est prête à autoriser la Pologne à livrer des chars Leopard à l’Ukraine, qui les réclame avec insistance, a affirmé dimanche la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock, renforçant la pression sur le chancelier Olaf Scholz, toujours réticent à se prononcer sur la question.

« Si on nous posait la question, nous ne nous opposerions pas » à la livraison à Kyiv de ces chars de fabrication allemande, a déclaré la ministre écologiste, qui gouverne en coalition avec les sociaux-démocrates d’Olaf Scholz et les libéraux.

« Pour l’instant, la question n’a pas été posée » par la Pologne, tenue de faire une demande officielle à Berlin, a précisé la ministre, interviewée à Paris sur la chaîne française LCI.

La décision finale appartient néanmoins au chancelier Olaf Scholz, qui a jusqu’à présent refusé de se prononcer sur la question de ces livraisons indirectes, tout comme sur celle de fournir directement des Leopard issus des stocks allemands.

« La décision […] dépend de beaucoup de facteurs et est prise à la chancellerie », a souligné le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, dans un entretien à la télévision allemande ARD, diffusé peu de temps après l’interview de la cheffe de la diplomatie.

M. Pistorius, social-démocrate comme le chancelier Scholz, n’y était toutefois pas interrogé sur les déclarations de Mme Baerbock.

Volontaristes

Le gouvernement allemand est sous pression croissante pour fournir à l’Ukraine des chars lourds Leopard, susceptibles d’avoir un impact significatif sur le champ de bataille, face aux troupes russes.

« J’ai bien compris à quel point ces chars sont importants, nous en sommes pleinement conscients », a ajouté Mme Baerbock, qui s’était récemment rendue à Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine.

La Pologne et la Finlande ont proposé de livrer des Leopard qu’elles possèdent, mais elles ont besoin de l’agrément officiel de Berlin en vue d’une réexportation.

De nouveau interrogé sur les livraisons de chars Leopard dimanche à Paris, lors d’une conférence de presse aux côtés d’Emmanuel Macron, Olaf Scholz s’est montré évasif, répétant la nécessité d’agir en concertation avec les alliés de l’Ukraine sur les questions de livraison d’armes.

La crainte d’une escalade militaire avec Moscou et les réticences de Berlin à assumer un leadership dans le camp occidental conduisent, selon des analystes, l’Allemagne à hésiter sur l’envoi de ces armes réclamées par Kyiv.

Ce n’est pas la première fois que les ministres verts du gouvernement, en particulier Mme Baerbock, affichent une ligne plus volontariste que le chancelier sur le sujet du soutien militaire à l’Ukraine.

Plusieurs figures des écologistes ont réclamé avec insistance, ces dernières semaines, qu’Olaf Scholz approuve les livraisons de tanks à Kyiv.

Lors d’une réunion vendredi à la base américaine de Ramstein, en Allemagne, les alliés occidentaux de l’Ukraine ont repoussé toute décision sur ce sujet, suscitant l’irritation de Kyiv, qui a critiqué leur « indécision ».

Échec

Chez les libéraux, autre partenaire de la coalition allemande, les dents grincent également. Il aurait été « au moins juste de donner le feu vert aux partenaires » pour des livraisons de Leopard provenant de leurs stocks, a déploré la libérale Marie-Agnes Strack-Zimmermann à propos des discussions de Ramstein.

« L’histoire nous regarde et l’Allemagne vient malheureusement d’échouer », a jugé la présidente de la commission de la défense du Bundestag.

Et dans l’opposition, les conservateurs regrettent les atermoiements du chancelier. Selon le vice-président du groupe parlementaire CDU/CSU, Johann Wadephul (CDU), « l’industrie allemande peut livrer presque immédiatement près de 200 chars de type Leopard 1 ».

De nombreuses armées européennes possèdent des chars Leopard, un avantage considérable, car cela pourrait faciliter l’accès aux munitions et pièces de rechange et simplifier la maintenance, exigeante pour ce type de matériel.

Dimanche, le premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, est une nouvelle fois monté au créneau, qualifiant d’« inacceptable » le refus de Berlin de fournir des chars lourds Leopard à Kyiv qui les réclame instamment au moment où les Russes sont à l’offensive, dans l’est de l’Ukraine notamment.

Les ministres des Affaires étrangères des trois pays baltes avaient appelé samedi l’Allemagne à livrer « dès maintenant » des chars Leopard à l’Ukraine afin de l’aider à arrêter l’agression russe.

Guerre en Ukraine

D’autres nouvelles

Plus de 300 000 morts, selon la Norvège

En bientôt un an d’affrontements, la guerre en Ukraine a fait près de 180 000 morts ou blessés dans les rangs de l’armée russe, et 100 000 du côté ukrainien, sans compter 30 000 civils tués, selon des estimations données dimanche par le chef d’état-major norvégien, Eirik Kristoffersen, dans une entrevue à la chaîne TV2, sans préciser l’origine de ces chiffres. La Russie et l’Ukraine n’ont pas donné de bilans fiables de leurs pertes depuis des mois. En novembre, le chef de l’armée américaine, Mark Milley, avait affirmé que l’armée russe avait subi des pertes de plus de 100 000 morts ou blessés, avec un bilan « probablement » similaire du côté ukrainien. Ces chiffres ne peuvent pas être vérifiés de source indépendante. — Agence France-Presse

Ukraine

Un haut responsable ministériel limogé

Un haut responsable ministériel ukrainien, soupçonné de détournement de fonds, a été limogé dimanche, tandis qu’un audit interne a été lancé au ministère de la Défense après des révélations de presse sur un présumé contrat signé à un prix gonflé. « Le cabinet des ministres de l’Ukraine ordonne le limogeage de V. M. Lozynkiï comme ministre ajdoint du Développement des communautés, des territoires et des infrastructures de l’Ukraine », a indiqué sur Telegram le premier ministre ukrainien, Denys Chmygal. Samedi, le Bureau national ukrainien de lutte contre la corruption (NABU) avait interpellé Vasyl Lozynkiï pour des soupçons de détournements de fonds. M. Lozynkiï, en poste depuis mai 2020, « a reçu [400 000 $] pour faciliter la conclusion de contrats d’achat d’équipements et de générateurs à des prix gonflés », avait indiqué le NABU dans un communiqué.

— Agence France-Presse

Guerre en Ukraine

Moscou dit progresser dans la région de Zaporijjia

L’armée russe progresse en direction de deux villages de la région de Zaporijjia, dans le sud de l’Ukraine, où les affrontements avec les troupes de Kyiv se sont intensifiés cette semaine, a affirmé dimanche un dirigeant de l’autorité régionale d’occupation installée par Moscou. « Le front est mobile, en particulier dans deux directions : Orikhiv et Gouliaïpolé », a déclaré Vladimir Rogov, un dirigeant de l’autorité régionale d’occupation installée par Moscou, cité par l’agence de presse russe Ria Novosti. Ces deux villes, chacune d’environ 15 000 habitants avant la guerre, se trouvent respectivement à 65 km et 100 km au sud-est de Zaporijjia, capitale de la région éponyme, contrôlée par les troupes ukrainiennes. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.