Kellogg se scinde en trois entreprises distinctes

Le champion américain du petit-déjeuner va bientôt se diviser : Kellogg a en effet annoncé mardi une scission de ses activités en trois entreprises distinctes, avec une cotation en Bourse pour chacune d’entre elles.

La nouvelle structure comprendra un groupe s’occupant des ventes de collations, céréales et nouilles instantanées à l’international ainsi que de petits-déjeuners congelés en Amérique du Nord, une société centrée sur la vente de céréales aux États-Unis, au Canada et dans les Caraïbes et, enfin, une entité spécialisée dans la vente de produits d’origine végétale.

Les nouvelles entreprises seront respectivement baptisées « Global Snacking Co. », « North America Cereal Co. » et « Plant Co. », a indiqué Kellogg, précisant qu’il s’agissait de noms temporaires.

Les activités de l’entreprise tournée vers l’international représentaient l’an dernier plus de 80 % du chiffre d’affaires du groupe (11,4 milliards US), celles de la division nord-américaine, environ 17 % (2,4 milliards US) tandis que les solutions de rechange à la viande totalisent moins de 3 % des recettes de Kellogg, soit 340 millions US.

Kellogg vise la fin de 2023 pour finaliser la scission de « North America Cereal Co. » et de « Plant Co. » du groupe principal, à condition d’obtenir l’approbation des régulateurs américains.

Connu pour ses céréales Corn Flakes, Frosties, Miel Pops ou encore Special K, le groupe a précisé que les entreprises conserveraient leur siège.

La société de vente de céréales en Amérique du Nord et celle de ventes de produits d’origine végétale seront ainsi établies à Battle Creek, dans le Michigan. L’entreprise à vocation internationale aura son siège principal à Chicago (Illinois), ainsi qu’un campus à Battle Creek.

L’action de Kellogg, cotée au New York Stock Exchange, a monté d’environ 6 % au moment de l’annonce dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de Wall Street. Le titre a finalement clôturé la journée en hausse de 1,95 %, à 68,86 $ US.

« Potentiel considérable »

Chacune des nouvelles entités possède « un potentiel considérable de manière indépendante, et une concentration renforcée leur permettra de mieux diriger leurs ressources vers leurs priorités stratégiques spécifiques », a déclaré dans un communiqué Steve Cahillane, PDG de Kellogg.

« L’objectif de chaque entreprise sera de créer de la valeur supplémentaire pour l’ensemble des parties prenantes et chacune est bien placée pour construire une nouvelle ère d’innovation et de croissance. »

— Steve Cahillane, PDG de Kellogg

L’histoire de Kellogg, marque emblématique pour des millions de foyers, remonte à 1894, date à laquelle l’industriel américain W. K. Kellogg crée l’entreprise Corn Flakes avant d’ouvrir, en 1906, la Battle Creek Toasted Corn Flake Company, plus tard renommée Kellogg Company.

Implanté dans 180 pays, le géant de l’agroalimentaire produit, en plus de ses célèbres céréales, les croustilles Pringles, les biscuits salés au fromage Cheez-It, les pâtisseries fourrées Pop-Tarts, ainsi que les gaufres surgelées Eggo.

Il possède également des marques de produits d’origine végétale, dont MorningStar Farms, Gardenburger et Kashi.

Son chiffre d’affaires s’est établi à 14,2 milliards de dollars en 2021 et son profit annuel a été de 1,8 milliard de dollars.

D’autres grandes entreprises américaines ont annoncé leur scission au cours des derniers mois. Ce fut le cas en novembre dernier du conglomérat General Electric et du groupe pharmaceutique Johnson & Johnson.

Revue boursière

Les marchés terminent en hausse

Les gains du secteur de l’énergie ont permis à l’indice phare de la Bourse de Toronto de clôturer en hausse, mardi, pendant que les grands indices américains rebondissaient au lendemain d’une séance de congé pour récupérer une partie des pertes brutales de la semaine dernière. La Bourse de New York a conclu en forte hausse mardi, le brutal repli de la semaine dernière ayant créé un appel d’air, mais le pessimisme reste dominant.

— D’après l’Agence France-Presse et La Presse Canadienne

Cinéplex impose des frais pour l’achat de billets en ligne

Les cinéphiles pourraient avoir à payer un peu plus pour une place dans un cinéma Cineplex cet été. Le plus grand exploitant de salles de cinéma du Canada a annoncé l’introduction de nouveaux frais de réservation de 1,50 $ pour chaque billet acheté par l’entremise de son application mobile et de son site Web. Cependant, tout le monde ne devra pas payer ces nouveaux frais de service. Cineplex affirme que les achats effectués en personne à la billetterie, aux kiosques ou aux stands de concession ne seront pas soumis à ces frais, tandis que les membres du programme de récompenses Scene Plus paieront un montant réduit de 1 $ par billet. — La Presse Canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.