découverte

Andy St-Louis, drôle de chanteuse

Andy St-Louis lance cette semaine L’album que tout le monde attendait, 11 chansons humoristiques d’abord créées sur le web, qu’elle a fabriquées dans son studio maison pour mettre un sourire dans la pandémie. Discussion avec une autrice-compositrice-interprète drôle, débrouillarde et talentueuse.

L’humour

Andy St-Louis ne s’en cache pas : à la base de sa démarche, il y a le désir de « donner un sourire aux gens », d’appuyer sur pause à travers des œuvres plus graves qui font réfléchir. « J’avais envie d’aller chercher la mini-Bolduc en moi, de trouver des façons comiques de laisser sortir la vapeur. » Le mois de janvier qui est « plaaaate », les hauts et surtout les bas du télétravail, des questions existentielles comme « Pourquoi personne écrit des tounes sur l’Halloween », une (vraie) quête dans Je veux ton appartement : Andy St-Louis aime prendre des sujets banals et en faire des chansons, mais aussi l’ironie. Rien ne l’amuse plus que de décortiquer la recette pour passer à la radio dans Le hit de l’été… alors que ses chansons ne passent jamais à la radio. « C’est le genre d’affaire qui me fait rire beaucoup chez nous toute seule. » Mais être ainsi à cheval sur l’humour et la musique est une arme à double tranchant. Non seulement elle est impossible à faire « fitter » dans une catégorie, mais le risque de ne pas se faire prendre au sérieux comme artiste est élevé. « En même temps, j’ai l’impression que depuis le début de ma carrière, le monde ne me prend pas vraiment au sérieux, peu importe ce que je fais. Alors, autant aller au bout de mon projet et faire ce qui me tente. »

La musique

Andy St-Louis a toujours aimé les comédies musicales, leur flamboyance, leur légèreté. « Au secondaire, j’en avais même écrit une. Je jouais déjà du piano, mais c’est comme ça que j’ai commencé à chanter », raconte l’artiste de 30 ans, qui s’est ensuite inscrite au cégep en musique pour « apprendre à écrire des chansons » et améliorer son interprétation. Elle n’a jamais cessé de faire de la musique depuis, a étudié à l’École nationale de la chanson de Granby, participé à La voix, accompagné de nombreux artistes sur scène, sorti un premier album en 2019. « Mais autant j’aime écrire des chansons proches des émotions, autant j’ai continué à faire des chansons avec un esprit de cabaret, théâtral. » Andy St-Louis aime les œuvres qui ne se prennent pas au sérieux et « qui jouent sur l’autodérision » comme The Book of Mormon, et c’est cette tangente qu’elle a prise pour cet album de 11 chansons « pop-cabaret » exubérantes et joyeuses. « On se prend trop au sérieux parfois, et la comédie musicale a un laisser-aller que je trouve vraiment l’fun. »

Twitch

Andy St-Louis est très présente sur les réseaux sociaux, et la plupart des chansons de l’album ont d’abord été diffusées en capsules sur sa chaîne YouTube ou sa page Facebook, par exemple. Mais c’est sur la plateforme Twitch, qui est peu utilisée par les artistes québécois, qu’elle a passé le plus de temps depuis le début de la pandémie : plus de 1500 heures de diffusion en direct où elle incarne des personnages, répond aux commentaires du public, chante ses compos et prend des demandes spéciales. AndyTheFrenchy – « c’est moi, mais en anglais » – est maintenant suivie par plus de 20 000 personnes. « J’avais déjà commencé à monter mon Twitch avant que tout le monde se ramasse dessus au début de la pandémie. Ça a augmenté tranquillement, par le bouche-à-oreille. » Et pas question d’arrêter même si la vie normale est reprise en partie, parce que la plateforme répond à tous ses besoins. « La musique, l’animation, les sketchs, les personnages, les idées folles que je peux difficilement développer ailleurs… Et c’est complémentaire avec ma vie de musicienne, entre le studio le jour et les spectacles le soir. »

Femme-orchestre

À la manière d’un Damien Robitaille, Andy St-Louis est une véritable femme-orchestre. « Oui, mais bon, je joue de la flûte à bec, de la cloche à vache, du piano-chat… » Elle rigole. N’empêche qu’elle maîtrise aussi la flûte traversière et le (vrai) piano, que pour ses capsules sur Twitch elle s’est acheté un « boucleur » qui lui permet d’être un band à elle toute seule, et qu’elle a enregistré et réalisé son album au complet dans son studio maison. En fait, l’autonomie a toujours été sa manière de fonctionner. « Je me suis toujours un peu battue contre l’industrie parce que c’est difficile de me mettre dans une boîte. Alors j’ai ajouté des cordes à mon arc en essayant de trouver comment je pouvais mettre mes idées créatives en pratique. » Bref, elle s’est réinventée sans arrêt, bien avant que le mot soit à la mode. « Je n’avais tellement pas d’autres choix ! Je n’ai jamais eu de plan B à part la musique. » Quant à l’album, elle le lance sans attente et sans prétention, « parce que c’est l’fun de donner une finalité à ce projet des capsules ». « Il pourrait lui arriver n’importe quoi que je serais contente. Je l’ai fait pour m’amuser pendant la COVID. J’avais besoin de rire et pour sortir un peu du dark, j’ai écrit des niaiseries. Et ça fait du bien. » À tout le monde.

Offert sur les plateformes numériques à compter de jeudi

Lancement en direct sur la page Facebook d’Andy St-Louis le 14 octobre à 19 h

Pop

L’album que tout le monde attendait

Andy St-Louis

Disques Café Noir

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.