Eva Hu, copropriétaire de la chaîne Le Coq Frit

En entamant des études supérieures en psychologie, Eva Hu ne se doutait pas qu’elle se retrouverait quelques années plus tard à la tête d’une chaîne de restaurants qui a le vent dans les voiles.

Voici l’histoire d’un succès du centre-ville.

Jeune adulte, Eva Hu goûte rapidement à la frénésie du monde de la restauration, alors qu’elle occupe un poste de gérante les soirs et les week-ends pour payer ses frais de scolarité.

« Cette expérience m’a motivée à troquer mes études dans le domaine de la santé contre des études en gestion de projets à l’Université McGill », raconte la jeune entrepreneure montréalaise, qui maîtrise parfaitement le mandarin, l’anglais et le français.

Le marché de nuit asiatique

Pour convaincre ses parents — dont l’opinion revêt une grande importance à ses yeux — du bien-fondé de son nouveau plan de carrière, la nouvelle diplômée entreprend, avec un ami, la création du Marché de nuit asiatique, un évènement extérieur qui réunit une vingtaine de restaurateurs issus des communautés coréennes, chinoises et philippines.

Durant trois jours, tous sont invités à savourer la diversité de leurs plats, à petit prix. Une expérience de découverte culturelle qui perdure depuis 2017.

« Dès ce moment, j’ai reçu tout l’appui possible de ma famille », se réjouit-elle.

Une suite logique

À l’été 2019, elle ouvre, avec son mari, la première succursale Le Coq Frit dans le quartier chinois, et la deuxième succursale au centre-ville, en 2020.

« Nous avons travaillé d’arrache-pied pour offrir aux Montréalais un produit de qualité : un poulet frais du Québec, juteux, savoureux et toujours croustillant. Aujourd’hui, nous souhaitons le rendre accessible au plus grand nombre : plusieurs nouvelles succursales Le Coq Frit verront prochainement le jour à Montréal et dans les environs », annonce fièrement Eva.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.