La parole aux électeurs

Notre panel d’électeurs reste indécis après le Face-à-Face des chefs de jeudi soir à TVA. Ils expriment leur opinion sur le débat qui a mis un terme à la troisième semaine de cette campagne électorale.

François Sabourin

Circonscription : Masson, Lanaudière

Député sortant : Mathieu Lemay, CAQ

Il a grandi dans une famille indépendantiste. Ouvert à l’immigration, au bilinguisme et au multiculturalisme, il se décrit comme « plutôt à gauche socialement et un peu plus à droite économiquement ».

François Legault a perdu des plumes jeudi soir avec des réponses qui manquaient d’empathie, selon moi. Rabâcher plusieurs fois que les travailleurs sont contents parce que les salaires ont augmenté, c’est aussi manquer le bateau sur les inquiétudes liées à l’inflation. Dominique Anglade était sur la défensive et n’a pas réussi à faire passer son message. Paul St-Pierre Plamondon tente de ramener la souveraineté, ce qui n’intéresse plus les Québécois. Gabriel Nadeau-Dubois ne peut pas faire oublier ses taxes orange qui feraient payer les Québécois deux fois lors d’une succession. Francis Vailles l’a également relevé cette semaine. D’ailleurs, Gabriel Nadeau-Dubois a omis de répondre à M. Legault à ce sujet, lors du débat.

Thibaut Temmerman 

Circonscription : Mercier, Montréal

Députée sortante : Ruba Ghazal, QS

Nouveau citoyen canadien après 12 ans de résidence au pays, il votera pour la première fois au Québec. S’intéressant aux propositions des différents partis, il souligne que « le gouvernement sortant n’a pas à rougir de ses résultats ».

Le débat m’a permis de découvrir Paul St-Pierre Plamondon, posé et bon communicateur, ainsi que Gabriel Nadeau-Dubois, qui poursuit sa mue depuis le printemps érable. Avantage à Québec solidaire qui souhaite accélérer l’immigration pour combler les besoins de main-d’œuvre et accroître les fonds en francisation. François Legault ne semble pas à la hauteur des enjeux actuels, ayant rejeté le « pacte vert » quelques heures avant le déluge à Montréal. J’approuve les propositions de Dominique Anglade concernant la régionalisation au Québec. Quant à Éric Duhaime, qui a poli son image et son programme, ses dernières casseroles illustrent son manque d’honnêteté, selon moi.

Thérèse Boutin

Circonscription : Champlain, Mauricie

Députée sortante : Sonia Lebel, CAQ

Franco-Ontarienne, elle habite en Mauricie depuis plus de 20 ans. « Infidèle » politiquement, elle se considère comme « légèrement à gauche ».

Il me semble qu’on fait face à une absence généralisée de vision, qui transcende toutes les plateformes électorales. Où s’en va le Québec comme société ? Que diriez-vous de ceci : des citoyens de tous les âges, instruits et en santé, avec un revenu imposé à sa juste valeur pour donner un milieu d’apprentissage sain et stimulant aux enfants et aux adultes ? Ou encore, un travail et un revenu digne pour chacun, né ici ou ailleurs, avec un système de santé basé sur la prévention plutôt que sur la guérison, le tout dans un environnement où chacun contribue à garder l’air et l’eau sans polluants ?

Manon Decelles

Circonscription : Blainville, Laurentides

Député sortant : Mario Laframboise, CAQ

Elle suit les enjeux politiques de près, mais hésite encore quant à son choix électoral cette année. Elle se décrit notamment comme de centre gauche.

Les partis se lancent encore dans les baisses d’impôt et promettent des chèques aux contribuables. Ultimement, c’est notre argent collectif qu’ils vont redistribuer, et ce sont les générations futures qui vont hériter d’une dette plus élevée. Le plan environnemental d’Éric Duhaime est pratiquement inexistant. Le chef ne propose aucune mesure pour promouvoir le logement social. L’erreur de 12 milliards de dollars dans le cadre financier du Parti libéral est inquiétante. La taxe sur les « riches » de Québec solidaire devrait exclure la résidence principale, comme elle représente un fonds de pension pour beaucoup de gens.

Noëlla Robin

Circonscription : Nicolet-Bécancour, Centre-du-Québec

Député sortant : Donald Martel, CAQ

Plutôt de centre gauche, notamment en matière économique, elle précise être pour l’égalité et la parité hommes-femmes sur tous les plans.

Après deux heures de débat, je n’ai rien appris de nouveau qui pourrait influencer mon vote. Selon moi, le chef parlementaire de Québec solidaire et le chef du Parti québécois ont assuré, jeudi soir. J’ai apprécié leur commune détermination concernant la francisation en milieu de travail pour les immigrants, ainsi que leur programme respectif sur l’environnement. Dominique Anglade a encore été la seule à mentionner la reconnaissance des diplômes pour les nouveaux arrivants comme moyen d’intégration et comme solution à la pénurie de main-d’œuvre. Quant à Éric Duhaime, ses réparties me semblaient contradictoires. Les références répétées de François Legault aux prédécesseurs de Mme Anglade m’ont également agacée.

Serge de Merlis

Circonscription : Deux-Montagnes, Laurentides

Député sortant : Benoit Charette, CAQ

Ayant voté auparavant pour le Parti québécois et le Parti libéral, il est toujours indécis quant à son choix pour les élections provinciales qui approchent. Il se considère comme plutôt de centre gauche.

La formule du Face-à-Face de TVA était déjà chargée avec quatre chefs, alors avec cinq, nous avons reçu des répliques courtes, incomplètes et souvent interrompues. Par moments, il y avait beaucoup de cacophonie et le modérateur semblait perdre le contrôle. Quant à la performance des chefs, MM. Gabriel Nadeau-Dubois et Paul St-Pierre Plamondon ont été les meilleurs, selon moi. Toutefois, le projet de taxes proposé par Québec solidaire semble difficile à appliquer. J’ai trouvé que François Legault détournait les questions en y répondant avec des sophismes.

René Charbonneau 

Circonscription : Verchères, Montérégie

Députée sortante : Suzanne Dansereau, CAQ

Nationaliste et orphelin politique, s’il s’intéresse à certaines propositions des différents partis politiques, aucun parti ne l’a encore convaincu.

Selon moi, Québec solidaire propose le meilleur programme environnemental, qui offre une vision à long terme. Les tarifs à 1 $ par jour pour les transports en commun proposés par le Parti québécois sont également intéressants. Par ailleurs, je n’ai aucun problème avec les impôts sur les successions et les actifs nets qui excèdent 1 million. Les chefs ne discutent pas assez d’éducation au cours de leur campagne : pourtant, cet enjeu devrait être au premier plan, selon moi. De manière générale, je considère que seul Québec solidaire, le Parti conservateur et le Parti québécois proposent une vision claire.

Aurélie Caron-Julien

Circonscription : Sherbrooke, Estrie

Députée sortante : Christine Labrie, QS

Étudiante en soins infirmiers, elle votera pour la deuxième fois aux élections provinciales. Elle garde les yeux ouverts sur les propositions de tous les partis pour faire un choix éclairé.

Je n’ai pas aimé que les chefs s’attaquent à François Legault concernant la manière dont il a géré le confinement au cours de la pandémie. On l’a même traité de « pire confineur ». C’était la première fois que nous traversions une pandémie, François Legault n’avait pas une boule de cristal. Il ne pouvait pas savoir comment la situation allait se dérouler. Selon moi, il voulait seulement limiter les décès. J’ai trouvé intéressant que Dominique Anglade mentionne les besoins criants en santé mentale au Québec. La santé mentale est une problématique omniprésente dont on ne parle pas assez souvent. C’est le temps de défaire les tabous et d’agir.

Ryan Harfouche

Circonscription : Vimont, Laval

Député sortant : Jean Rousselle, PLQ

Étudiant en génie aérospatial, il soutient l’idée d’apporter une aide économique contre l’inflation, notamment pour les étudiants, les personnes âgées et les nouveaux arrivants. La crise du logement, le contrôle des armes à feu et la crise climatique le préoccupent particulièrement.

Québec solidaire demeure le parti ayant la meilleure stratégie pour lutter contre les changements climatiques. Gabriel Nadeau-Dubois reconnaît les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs environnementaux, comme la taxation des véhicules énergivores. En revanche, la « révolution transport » promise par Québec solidaire apparaît comme irréaliste, à mon avis. J’ai été étonné d’entendre Éric Duhaime se dire favorable à des projets tels que la liquéfaction du gaz naturel. La baisse des émissions de gaz à effet de serre par une transition à l’hydrogène vert du Parti libéral me laisse perplexe. Selon moi, aucun parti n’a proposé de solutions concrètes aux enjeux en éducation, notamment la vétusté des écoles et le manque de personnel. Les partis qui souhaitent abaisser les seuils d’immigration ne proposent rien d’explicite pour régler la pénurie de main-d’œuvre qui afflige le Québec.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.