Opinion : Montréal

Un appel à la solidarité envers le Quartier chinois

Au mois de janvier 2020, bien avant la fermeture généralisée des commerces pour des raisons sanitaires, les commerçants du Quartier chinois éprouvaient déjà beaucoup de difficultés en raison de la couverture médiatique reliant la COVID-19 à la Chine.

Nul besoin de mentionner que la désaffection des clients couplée à l’absence de touristes a porté un dur coup au Quartier chinois. Habitué d’être un lieu animé, familial et dynamique, le Quartier chinois ressemble aujourd’hui à un endroit littéralement abandonné.

Depuis plusieurs générations, ce Quartier représente à plusieurs égards le berceau de la communauté chinoise. Ce lieu historique symbolise la résilience d’une collectivité. Il ne fait aucun doute que le Quartier chinois contribue à l’économie de notre métropole et à la vitalité de son centre-ville.

Il est un symbole de la diversité culturelle québécoise dans toute son harmonie. C’est également un lieu d’accueil et d’entraide à l’employabilité pour les nouveaux arrivants grâce aux cours de francisation qu’offre le centre communautaire Service à la famille chinoise, une institution qui existe depuis plus de 45 ans.

Enfin, le Quartier forme un milieu de vie pour des centaines de résidants, dont de nombreux aînés, ainsi que des bénéficiaires de l’Hôpital chinois de Montréal, un centre hospitalier de longue durée.

C’est également un lieu d’inspiration pour une nouvelle génération d’artistes québécois d’origine chinoise qui souhaitent demeurer en contact avec leur culture.

L’autrice-compositrice-interprète Sophie Chen y chantait lors d’activités sociales et la cinéaste Victoria Catherine Chan y a réalisé un long métrage sur la plus ancienne famille de Montréal.

Depuis le début de la pandémie, de nombreux Québécois d’origine asiatique ont malheureusement été victimes de propos et d’actes haineux et discriminatoires. Habituées à la discrétion, les victimes de ces actes dénoncent de plus en plus ces gestes dans les médias, ainsi que sur les réseaux sociaux. Parallèlement, le Quartier chinois n’a pas été épargné, devenant la scène de plusieurs actes haineux.

Tolérance et ouverture

C’est avec cette toile de fond que nous désirons faire appel à la solidarité de la population québécoise. Plus que jamais, face à une recrudescence des gestes d’intolérance, de racisme et de discrimination, le moment est venu de créer un meilleur rapprochement entre la communauté asiatique et sa société d’accueil. Évidemment, les récents actes à caractère raciste ne représentent certainement pas les valeurs de tolérance et d’ouverture des Québécois. Il y a toutefois lieu de s’inquiéter de voir qu’une minorité de personnes peuvent causer autant de dommages à une communauté et, par le fait même, à toute une nation.

En réaction aux nouvelles récentes sur la stigmatisation de la communauté asiatique, de nombreuses personnes nous demandent quelles pistes explorer.

Comme collectivité, nous pouvons tous redoubler nos efforts pour le développement de relations interculturelles harmonieuses.

Il y a plusieurs façons de démontrer notre solidarité envers la collectivité asiatique. Un exemple concret serait d’apporter notre soutien au Quartier chinois en encourageant un commerce, en commandant un repas à emporter d’un restaurant du Quartier ou en faisant un don au centre communautaire Service de la famille chinoise du Grand Montréal ou à la Fondation de l’Hôpital chinois de Montréal. Ou simplement de participer à la vie du Quartier chinois qui a longtemps été un endroit d’un dynamisme enrichissant.

Depuis plus d’un siècle, le Quartier chinois de Montréal joue un rôle double. Pour les immigrants et les Montréalais d’origine asiatique, il constitue un lieu historique d’accueil, de rassemblement et de solidarité. Pour les Montréalais et les Québécois, c’est un lieu emblématique grâce à son patrimoine, son rayonnement culturel et son histoire unique au cœur de notre métropole. Nous vous invitons tous à appuyer et à redécouvrir le Quartier et à profiter pleinement de tout ce qu’il apporte à l’identité québécoise.

*Cosignataires : Benny Y. W. Shek, président de l’Association des restaurants chinois du Québec et propriétaire du restaurant Kim Fung ; Ponora Ang, associé chez Fasken et président du conseil d’administration de la Fondation de l’Hôpital chinois de Montréal ; Xixi Li, directrice du Service de la famille chinoise au Grand Montréal ; Kenny Hui, propriétaire du magasin Ma tasse de thé ; YiFang Hu, propriétaire du Coq frit ; Charles Milliard, président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec ; Virginie Tan, spécialiste en financement principal, Services financiers aux entreprises, RBC et ex-présidente de l’Association des jeunes professionnels chinois-YCPA ; Michelle Hui, conseillère municipale de Brossard ; Laura Luu, fondatrice de Local 88 ; Martin Liu, ex-président de l’Association des jeunes professionnels chinois-YCPA ; Channt Chea, directeur principal, Financement technologie et innovation, Banque Nationale ; Cyclia Lai, conseillère Stratégies d’affaires – développement des communautés culturelles, Desjardins ; Renée Loiselle, associée, Norton Rose Fulbright Canada ; Julia Wang, associée, Blake, Cassel & Graydon ; Michael Tann, directeur principal, KPMG Canada ; Shan Jiang, conseillère juridique, Investissements PSP ; Cindy Bach, agent logistique en aéronautique ; Ashlee Chang Liu, conseillère senior, Rio Tinto ; Isabella Palombo, directrice, PwC Canada

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.